Mi-mandat : Matthew McLaughlin – Le Délit
Mi-mandat : Matthew McLaughlin
Par · 15 janvier 2019
Le Délit s’entretient avec le vice-président aux Affaires internes de l’AÉUM.
Image par Iyad Kaghad | Le Délit

Le Délit (LD) : Tu as fait plusieurs promesses dans ta plateforme électorale telle qu’instaurer un calendrier d’évènements centralisé ou encore un town hall mensuel, qui n’ont pas encore été réalisées. Est-ce que ce sont encore des projets pour le semestre à venir?
Matthew McLaughlin (MM) : J’ai commencé à travailler sur le calendrier centralisé dès le début du semestre dernier, mais à cause de la bureaucratie et de certaines contraintes financières, cela a pris un peu de temps. Mais ce projet est en train d’être construit par notre développeur web, et devrait être prêt bientôt. Après, il faudra s’assurer que le calendrier soit bien mis en avant, que les gens l’utilisent vraiment lorsqu’il sera accessible. Il y aura un town hall ce semestre, même si tout n’est pas encore planifié. J’avais prévu en organiser un à la fin du semestre dernier, c’est de toute façon ce que j’avais conçu, de le faire une fois par semestre, mais cela n’a finalement pas marché cet automne. J’espère que cela se fera plus tôt cet hiver.

Des vidéos de mises à jour bimensuelles vont commencer à être publiées ce semestre, j’y travaille avec TVM (Student Television at McGill, ndlr). Elles sortiront après chaque conseil législatif, avec des mises à jour par tous les exécutifs… Nous voulons montrer ce que les exécutifs font, ce que les étudiants ne savent pas. Ils y expliqueraient leurs projets actuels, ce sur quoi ils travaillent…

LD : L’évènement Children of the Corn a suscité beaucoup de critiques au semestre dernier (une fête d’Halloween où 10 000 $ du budget ont été déboursés en taxis, de manière imprévue, ndlr). Comment empêcher un tel incident de se reproduire?
MM : Nous avons redoublé d’efforts en ce qui a trait à la planification d’évènements. Nous avons maintenant une longue liste contenant près de vingt nouveaux règlements internes pour nous guider lorsque l’on planifie des évènements. Il n’y avait auparavant pas de politique portant là-dessus. Ces nouvelles règles doivent donc assurer que ceux qui travaillent sur certains aspects de la planification ont de l’expertise, comme sur la sécurité par exemple. Les étudiants n’ont pas ces connaissances de toute façon. Nous avons aussi de nouvelles règles sur le budget, les délais… Pas qu’on ne faisait pas attention à cela avant, mais ces politiques assurent que le tout est cimenté et plus strict.

LD : Un élément important pour toi était d’encourager les étudiants à sortir de la « bulle mcgilloise », en travaillant avec Marina (l’ancienne VP affaires externes, ndlr). Maintenant que iel s’est résignée, comment évolue cet enjeu?
MM : Cela a été assez difficile, avec le départ de Marina. Nous avons jugé ne pas avoir assez de temps pour réélire une nouvelle personne avant les prochaines élections, et avons simplement redistribué les parties de son mandat à chacun de nous, ce qui a marché en grande partie. Mais il n’y a pas eu beaucoup d’opportunités pour encourager les étudiants à s’engager dans leur communauté, à cause de notre charge additionnelle de travail. Par exemple, les affaires francophones ont été transférées dans mon mandat, sur lesquelles je me suis beaucoup concentré.

LD : Justement, comment évoluent-elles?
MM : Nous avons engagé une nouvelle commissaire des affaires francophones à la fin du semestre dernier. Nous lançons aussi un nouveau comité des affaires francophones. Nous sommes encore à la recherche de membres! Notre objectif est pour l’instant de clarifier le mandat. Le but, c’est bien sûr que McGill et l’AÉUM soient accessibles pour les élèves francophones, de défendre les causes francophones au sein du campus… C’est assez général pour l’instant. Nous aimerions publier un sondage pour en apprendre sur ce que les francophones désirent, et comment nous pourrions promouvoir la vie francophone au sein du campus.

Nous avons aussi commencé à traduire la constitution de l’AÉUM en français, ce qui n’a jamais été fait avant. Et elle est presque finie! Je trouve ça déjà très excitant.

 
Sur le même sujet: