Mi-mandat : Sanchi Bhalla – Le Délit
Mi-mandat : Sanchi Bhalla
Par · 4 février 2020
Le Délit parle affaires autochtones et francophonie avec la v.-p. interne
Image par AÉUM

Vice-présidente aux Affaires internes à l’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM, SSMU en anglais), Sanchi Bhalla est chargée des communications et de l’organisation d’événements. Elle a aussi pour mission de promouvoir la participation des étudiant·e·s de première année.

Le Délit (LD) : Étant donné l’affaire de la listserv avec le comité des affaires autochtones [un message de Tomas Jirousek, commissaire aux affaires autochtones, n’avait pas été envoyé par courriel aux élèves à temps, par erreur, ndlr], comment perçois-tu ce qui s’est passé avec l’appel à ta démission?

Sanchi Bhalla (SB) : L’AÉUM n’a malheureusement traditionnellement pas été un environnement très favorable aux communautés marginalisées. Pour des raisons diverses, nous n’avons pas été capables de leur [le comité des affaires autochtones, ndlr] donner l’accès à la listserv à temps, ce qui fait que nous avons envoyé le courriel avec douze (12) heures de retard. Étant donnée l’erreur, je pense absolument valable l’argument qui dit que « l’AÉUM n’est pas un endroit facile pour l’expression des voix marginalisées », et c’était là une des raisons qui ont mené à l’adoption des frais d’équité autochtone — discutés depuis des années maintenant. Tout cela dans le but de leur donner autant d’autonomie que possible dans notre système légal.

LD : Suite à cette affaire, comment décrirais-tu la relation entre les Affaires internes de l’AÉUM et les étudiant·e·s autochtones sur le campus, notamment Tomas Jirousek, commissaire aux affaires autochtones?

SB : Bonne. Sur la base de conversations par courriel que nous avons eues avec Tomas Jirousek, l’idée d’une justice réparatrice ressort. J’ai maintenu le contact avec plusieurs groupes à Montréal où je pourrais faire du bénévolat pour aller dans la direction d’une réconciliation avec la communauté autochtone et d’une justice réparatrice.

LD : Puisque l’une de tes responsabilités est la communication, quelle est ton approche au problème de traduction française à l’AÉUM?

SB : Le problème a toujours été que nous embauchons nos traducteur·ice·s à travers le même programme de ressources humaines que tout autre poste à l’AÉUM. Nous avons clairement senti le besoin que les traducteur· ice·s passent une entrevue de nature différente. Pendant l’été, nous avions un·e traducteur·ice qui s’est vu accablé·e par la montagne de travail, et qui a fini par utiliser Google Translate pour son travail, ce qui a créé beaucoup de confusion avec de mauvaises traductions. Nous sommes alors passés à une entreprise externe. Cette fois-ci, ils nous donnaient des traductions grammaticalement correctes, mais qui ne s’adaptaient pas au vocabulaire du contexte mcgillois. Alors nous avons commencé à travailler avec la commissaire aux affaires francophones, qui s’est occupée de superviser les traductions.

LD : À propos de cela, nous avons parlé avec la commissaire aux affaires francophones, et elle nous a dit qu’elle passait beaucoup de temps à s’occuper de ces traductions qui ne font pas officiellement partie de ses obligations. Comment penses-tu gérer ce problème?

SB : C’est exactement ce que j’ai remarqué puisque le v.-p. externe était souvent en dehors de son bureau pour aider la commissaire aux affaires francophones avec ses tâches.Malheureusement, il est trop tard dans ce mandat pour changer quoi que ce soit. Le semestre prochain, nous aurons cela en tête lorsque nous embaucherons. Mais maintenant que nous sommes conscient·e·s du problème, nous changerons cela avec certitude. J’ai surtout pensé à ce que les candidatures soient examinées par le commissaire aux affaires francophones lui-même, plutôt que de n’avoir que les Affaires internes de l’AÉUM, soit moi-même, les examiner.

Interrogée sur ses futurs projets pour ce mandat, Bhalla a notamment mentionné la création d’une page Instagram avec les informations (rôle, processus de recrutement) des différents services étudiants gérés par l’AÉUM, souvent méconnus des étudiant·e·s. Elle s’est finalement aussi dite engagée dans l’organisation des Olympiades entre facultés (Faculty Olympics, en anglais), ainsi que dans la transformation du réseau d’ancien·ne·s élèves de McGill, dans le but de le rendre plus accessible aux étudiant·e·s actuel·le·s.

 
Sur le même sujet: