Licorice Pizza, une histoire d’amour

Au cœur des sentiments amoureux les plus purs.

Alexandre Gontier | Le Délit

Licorice Pizza, le nouveau long métrage de Paul Thomas Anderson, est l’histoire d’un adolescent nommé Gary Valentine et d’une jeune adulte nommée Alana Kane. Les deux personnages principaux trouvent l’amour et l’amitié au courant de l’année 1973 dans la vallée californienne de San Fernando. 

Alana Kane et Gary Valentine tombent amoureux. Et c’est aussi simple que ça.

Ce film agit comme un retour dans le temps, un éclair momentané de ce qu’avait l’air la vie des jeunes adultes de cette époque. Le spectateur est positionné comme voyeur, complètement immergé dans le paysage et le quotidien des personnages.

« Alana Kane et Gary Valentine tombent amoureux. Et c’est aussi simple que ça »

Le charme de la première quête

Gary Valentine, interprété par Cooper Hoffman, rencontre Alana Kane, dont le rôle est joué par Alana Haim, lors de sa prise de photos de finissants. Gary tombe immédiatement sous le charme de la jeune femme qui travaille pour la compagnie de photos. Immédiatement, une chimie se forme entre les deux personnages principaux qui s’échangent les répliques dans un accord de caméra et de jeu d’acteur captivant. Les deux protagonistes jouent avec le mouvement en se lançant des regards espiègles par-dessus leurs épaules ainsi qu’en se déplaçant rapidement dans les couloirs de l’école. Leurs déplacements sont fluides et accompagnés par la caméra qui offre au public un plan séquence magnifique. Cette première scène du film est rapide, poignante ; elle donne l’élan de départ au long métrage et introduit bien la dynamique qui se développera entre Gary et Alana. Le spectateur est plongé dès l’amorce du long métrage dans la première quête de Gary : conquérir Alana.

Entre amour et amitié

Ce que je retire du scénario de Licorice Pizza, c’est la légèreté avec laquelle les sentiments amoureux sont abordés. Il n’y a pas là un manque de sérieux ; au contraire, les émotions sont si bien jouées par les comédiens et amenées subtilement entre les lignes que le jeu à l’écran semble quasiment réel. Lors du visionnement, j’avais l’impression d’observer un couple d’amis vivre le début de leur histoire d’amour. 

Cette mise en scène des débuts mêmes d’un jeune amour, d’un premier amour, qui s’inscrit dans le temps agit comme un vent frais et revigorant qui peut certainement donner envie de retourner aux moments de ses premières passions. Gary et Alana développent tout au long du film une affection particulière l’un pour l’autre. Cette composition des émotions et cet enchaînement tout à fait naturel permettent d’apprécier encore plus la crédibilité du scénario. 

Entre rêves et passions

C’est dans un rythme puissant et déchaîné que les événements se suivent tout au long du film. Entre les idées entrepreneuriales de Gary – qui se découvre une passion pour la vente de matelas d’eau ou encore de machines à boule – et les ambitions politiques d’Alana – qui s’implique aux élections municipales –, entre leurs rêves de devenir comédien et comédienne professionnels, les coeurs des deux protagonistes sont bousculés entre la réalité, les possibilités et l’envie inconditionnelle de laisser tomber le rationnel et de s’aimer pour toujours. Gary semble plus convaincu qu’Alana de leur avenir amoureux et tente le tout pour le tout afin de séduire sa meilleure amie. La conquête de Gary prend alors une tournure acharnée qui m’a laissée haletante. Malgré les nombreux obstacles qui viennent bousculer les quotidiens de Gary et d’Alana, entre autres leur différence d’âge d’une dizaine d’années ou encore la réticence d’Alana de fréquenter un garçon plus jeune qu’elle, une amitié à envier les unit. 

Surprises sur surprises

Surprenant est le mot parfait pour décrire l’ensemble de l’œuvre de Paul Thomas Anderson. La cadence de Licorice Pizza mélange bien l’humour et l’amour pour créer une bouffée de fraîcheur plus qu’intéressante dans le monde cinématographique. Terminés les films à l’eau de rose avec des histoires d’amour kitsch et impossibles. Si vous souhaitez sauter dans du vrai, du concret, ce film est pour vous. Vous n’aurez qu’une seule envie : réunir ces deux âmes farfelues en un duo imbattable.

« Malgré les nombreux obstacles qui viennent bousculer les quotidiens de Gary et d’Alana, entre autres leur différence d’âge d’une dizaine d’années ou encore la réticence d’Alana de fréquenter un garçon plus jeune qu’elle, une amitié à envier les unit »

La direction artistique permet d’apprécier grandement l’époque des années 70. Avec des costumes colorés ou à motifs, combinés à une ambiance festive, l’univers dans lequel les personnages évoluent est en lui-même une œuvre d’art.

Licorice Pizza, c’est léger, c’est drôle, c’est attachant. Entre les blagues politiques, les revirements de situation, l’apparition cocasse de Bradley Cooper, quelques scènes abracadabrantes de cascades en moto et l’arrestation de Gary, les touches d’humour viennent pimenter et harmoniser le film.

Pour tomber ou retomber amoureux avec l’amour lui-même (ou avec ses propres souvenirs), ce long métrage saura vous combler. Le cadre fictionnel s’inscrit aussi près de la réalité qu’il le peut : le jeu de séduction imprenable qui lie les protagonistes met de l’avant le respect, la loyauté, l’amitié et la confiance.


Dans la même édition