L’AÉUM manifeste pour la vaccination obligatoire

L’association étudiante s’est installée devant le bâtiment de l’administration de McGill le premier jour de classe.

national cancer institute | Unsplash

Le mercredi 1er septembre 2021, jour de la rentrée, l’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM) a organisé une manifestation devant le Pavillon James pour critiquer la stratégie sanitaire de l’administration de l’Université McGill. De 9h à 17h, les étudiant·e·s de l’Université ont pu s’y rendre pour participer à la manifestation, écrire une carte postale à l’administration ou simplement poser des questions aux organisateur·rice·s. 

Les demandes de l’AÉUM

Interrogée par Le Délit, la v.-p. aux Affaires universitaires de l’AÉUM, Claire Downie, a déclaré que « l’Université manque d’accommodements pour les étudiants immunosupprimés et les étudiants internationaux qui ne peuvent pas retourner à McGill ». Depuis quelques semaines, les témoignages d’étudiant·e·s internationaux·les ne pouvant pas retourner au Canada se sont multipliés. Pour ces étudiant·e·s, explique Claire Downie, « l’Université n’offre pas d’enseignement à distance, malgré le fait que nous sommes l’une des dernières universités au Canada sans vaccination obligatoire ».

→ Voir aussi : Entre diplomacie et bureaucratie : Le chemin de croix des étudiant·e·s internationaux·les pour revenir à Montréal

Disant vouloir prioriser la santé des étudiant·e·s, l’AÉUM réclame avant tout un « mandat de vaccination clair et inclusif » à l’échelle de l’Université. Pour ceux et celles qui ne pourraient pas être sur le campus en personne – soit « les étudiants et membres du personnel immunosupprimés » et certains « étudiants internationaux » –, l’AÉUM souhaite voir de nombreux accommodements dont, notamment, l’enseignement à distance. 

Par ailleurs, l’association demande aussi à l’administration qu’elle fasse davantage appel aux étudiant·e·s dans ses décisions quant aux mesures sanitaires. Malgré ses courriels à l’administration tout l’été, Claire Downie dit ne pas avoir reçu de réponse. « Il n’y a pas du tout eu de consultation de la part de l’administration. »

→ Voir aussi : Vaccination obligatoire : McGill n’a pas la piqûre

Et maintenant ?

La manifestation conclue, il reste maintenant à voir si les demandes de l’AÉUM résonneront au sein de l’administration de McGill. Questionnée à savoir si elle pensait que la manifestation porterait des fruits, Claire Downie a admis ne pas en être certaine. « Nous avons eu beaucoup de couverture médiatique de la part de différentes organisations. C’est toujours utile, car ce qui importe le plus à l’administration, c’est la réputation de l’Université. Si l’administration pense que leur image publique [est en péril], les choses peuvent changer. »

Dans un courriel envoyé le 27 août dernier à l’ensemble de la population mcgilloise, la principale Suzanne Fortier soutient que les engagements de l’Université sont, pour l’instant, suffisants pour lutter contre la pandémie sans compromettre la qualité de l’expérience universitaire des étudiant·e·s. Selon elle, « l’heure est venue de nous retrouver sur le campus ».

→ Voir aussi : Guide pratique de la rentrée pandémique : Que prépare McGill pour l’automne 2021 ?

Quant à la demande de rendre la vaccination obligatoire sur le campus, Suzanne Fortier a précisé que l’Université doit se « conformer au cadre juridique propre au Québec, notamment au Code civil du Québec », qui garantit le « droit de refuser un acte médical – comme la vaccination – sauf disposition contraire prévue par la loi ». Pour l’instant, le taux de vaccination et l’évolution de la pandémie ne justifieraient pas d’exiger une preuve de vaccination pour l’accès aux activités de recherche et d’enseignement sur le campus. 


Dans la même édition