Un bain

Premier prix du concours d’écriture créative de la Francofête 2021 – volet francophone. 

Adélia Meynard | Le Délit

Je pense aux Français·es qui évoluent dans leur bain francophone

Une grande baignoire de céramique blanche et lustrée

Avec d’amusants canards en plastique anglophones

Je regarde mon paysage nord-américain

Les sapins coniques incolonisés

Ma langue molle arrachée, remodelée, battue au fer

La roche violente

Les grandes hémorragies de ma grammaire

Mon vocabulaire tous les jours au front

En première ligne avec ses voyelles victimes

Les poings pleins de couteaux

Les dents pleines d’acide

Ma gorge à la guerre sans congés payés

Ma voix retentissant une seule nuit en 70

Ma voix soldate des Amériques

Bardée d’acier

Je regarde par ma fenêtre

Les branches acérées se sont aiguisées sur des milliers de massacres

Ceux des Abénaki des Anishinabeg des Attikamekw

Ceux des idiomes des secrets linguistiques des e à la fin des mots

Dans le ciel en flammes l’incendie des rideaux de douche

La céramique de la baignoire qui fond devient neige

Les canards en plastique enflent et deviennent carnivores

Balisent de jaune les autoroutes du Nord

Dévalisent les dictionnaires à grands coups de bec

Laissent sur nos étagères de pauvres plaquettes à l’encre cheap

Je pense aux Français·es qui paient

Pour pailleter leurs organes d’exotiques calligraphies

Pour de la mousse de bain saveur glitter

Je regarde ma ville qui se parke au coin d’un pays

Pour ne pas gêner la circulation

Je regarde les gros chars qui smokent mon quartier

Ma ville qui s’abat se déracine se tronçonne

Timber ! Montreal city in flames.


Dans la même édition