Antiracisme à McGill : des explications de l’administration

En conférence de presse, des membres de l’administration mcgilloise ont discuté de leur Plan de lutte contre le racisme anti-noir. 

Magali Thouvenin | Le Délit

Le 14 octobre dernier, l’administration de l’Université McGill a convié les médias étudiants à une conférence de presse au sujet de son Plan de lutte contre le racisme anti-noir, dévoilé le 30 septembre dernier. Les journalistes du Bull & Bear, du Délit et du Daily ont pu poser leurs questions à la Pre Angela Campbell (vice-principale adjointe à l’équité et aux politiques académiques) et au Pr Christopher Manfredi (vice-principal exécutif et vice-principal aux études). 

Iconographie et toponymie

En ce qui a trait à la statue de James McGill sur le campus du centre-ville, la Pre Campbell a expliqué que l’administration universitaire a choisi d’installer une plaque de contextualisation historique avant la fin de la session d’automne 2020. Cette plaque, qui sera conçue par des expert·e·s en histoire, mettra en lumière les liens entre le fondateur de l’Université, le colonialisme et la traite transatlantique des esclaves. La décision d’installer la plaque était un geste urgent en réponse à la polémique récente entourant la statue, a affirmé la Pre Campbell. Une décision quant au lieu le plus adéquat pour la statue – le lieu actuel n’est d’ailleurs pas exclu d’emblée – devrait être atteinte avant la fin de l’année bicentenaire de l’Université McGill, qui s’entamera en mars 2021. Cette décision serait le résultat de consultations à grande échelle avec la communauté mcgilloise, a expliqué le Pr Manfredi.

Interrogée sur la possibilité de renommer des bourses mcgilloises en l’honneur des personnes contraintes à l’esclavage par James McGill, la Pre Campbell a affirmé qu’aucune décision n’avait été prise à ce sujet. Le Pr Mandredi a quant à lui rappelé, comme il l’a fait à plusieurs reprise durant la conférence de presse, certaines conclusions du rapport final (en anglais seulement) du Groupe de travail sur les principes régissant la commémoration et les changements de nom. Ce rapport publié en décembre 2018 affirmait entre autres que renommer des lieux ne devrait pas être la première option et qu’il fallait contextualiser l’histoire plutôt que l’effacer. 

Cette réponse, conjuguée à une affirmation de la bonne foi de l’Université, a également été offerte par le Pr Manfredi à la suite d’une question portant sur la possibilité d’excuses officielles de McGill envers ses communautés noires et autochtones, une demande de la lettre ouverte « Enough Is Enough : Take James McGill Down ». Les médias étudiants mcgillois n’ont pas obtenu de réponse officielle de l’administration à ce sujet lors de la conférence de presse.

Responsabilité étudiante, facultaire et universitaire

Les médias étudiants de McGill ont pu interroger les professeur·e·s Manfredi et Campbell sur les mécanismes qu’emploierait l’Université pour s’assurer de la mise en oeuvre du Plan de lutte par ses membres et institutions responsables. 

La Pre Campbell a affirmé que, comme pour le module « Ça nous concerne toutes et tous » (It Takes All of Us), un refus de compléter le module d’apprentissage en ligne sur le racisme systémique restreindrait l’accès des étudiant·e·s à leur relevé de notes. Quant aux comportements racistes perpétrés par des étudiant·e·s qui menaceraient le climat de respect de l’Université, le Pr Manfredi a souligné que ces comportements étaient susceptibles de sanctions disciplinaires conformément au Code de conduite de l’étudiant·e et procédures disciplinaires

En ce qui a trait au corps professoral, les professeur·e·s Campbell et Mandredi ont répondu aux questions soulevées par les médias étudiants sur le cinquième élément d’action du volet « expérience étudiante » du Plan de lutte, appelant à développer l’inclusion et la diversité dans les contenus de cours. La Pre Campbell a d’abord clarifié qu’il ne serait pas question de vérifier les plans de cours pour s’assurer de leur niveau d’inclusion. L’objectif serait plutôt d’offrir les ressources nécessaires aux professeur·e·s souhaitant assurer un curriculum inclusif et respectueux, notamment grâce aux services du Soutien à l’enseignement et à l’apprentissage (Teaching and Learning Services). Questionnée davantage sur la nature volontaire de cette mesure, la Pre Campbell a affirmé que favoriser l’inclusion au sein de l’environnement de classe serait vu d’un bon oeil par les directeur·rice·s de département lors de l’attribution de prix d’excellence en enseignement : ce renforcement positif agirait à titre de mécanisme de responsabilité pour les professeur·e·s. Il ne serait pas question d’appliquer des sanctions disciplinaires en raison d’un curriculum insuffisamment inclusif, a ajouté la Pre Campbell, qui a également tenu à souligner que bon nombre de professeur·e·s souhaitaient savoir comment faire mieux et comment en faire plus pour favoriser l’inclusion et la diversité. 

Je crois qu’il est important que nous nous tenions toutes et tous responsables afin d’assurer que le racisme anti-noir diminue au sein de notre communauté

Pr Christopher Manfredi

L’Université s’est quant à elle engagée à être transparente dans la réalisation des éléments d’action du Plan de lutte en publiant son progrès sur un site web et en continuant à dialoguer avec des membres de la communauté noire mcgilloise, a expliqué le Pr Manfredi. Elle planifie aussi engager une personne qui s’occuperait exclusivement de la mise en oeuvre du Plan. Au-delà des mécanismes officiels de responsabilité, le Pr Manfredi a souligné que l’Université n’est pas qu’une administration : elle est composée de ses étudiant·e·s et ses employé·e·s. « Je crois qu’il est important que nous nous tenions toutes et tous responsables afin d’assurer que le racisme anti-noir diminue au sein de notre communauté. Nous devons toutes et tous nous assurer que nous faisons notre part », a‑t-il dit. 

Expérience personnelle

Les médias étudiants de l’Université McGill ont ensuite pu entendre les professeur·e·s Campbell et Manfredi partager leur expérience personnelle en lien avec l’élaboration du Plan de lutte. Le Pr Manfredi a tenu à souligner que le tout avait été une expérience enrichissante lui ayant permis d’en apprendre davantage sur la spécificité de l’expérience du racisme anti-noir tout en travaillant avec des gens qu’il connaissait de longue date – notamment des membres du Comité professoral noir Dr Kenneth Melville – sur quelque chose qui leur était cher. La Pre Campbell a quant à elle souligné l’importance d’avoir un moment où les voix et les expériences noires de McGill étaient à l’avant-plan. Selon elle, c’était quelque chose qui aurait dû arriver depuis longtemps, et il est triste qu’une tragédie planétaire ait été nécessaire pour y arriver, a‑t-elle affirmé, faisant référence à la répression du mouvement « La vie des Noir·e·s compte » (Black Lives Matter) au cours des derniers mois. 

En conclusion, le Pr Manfredi a tenu à souligner deux aspects du Plan de lutte. Selon lui, ce dernier aurait à la fois une valeur pratique en tant que moteur d’action contre le racisme anti-noir, mais également une valeur pédagogique, en éduquant la communauté mcgilloise sur l’importance d’agir, surtout en ce moment. Enfin, le Plan de lutte ne serait pas qu’une politique ou une régulation, selon lui, mais plutôt un document vivant et dynamique, modelé par les conversations continues entre l’administration universitaire et les communautés mcgilloises noires. 


Dans la même édition