Temps difficiles pour l’AÉFA – Le Délit
Temps difficiles pour l’AÉFA
Par · 23 mars 2020
La Faculté de Arts n’attire plus l’attention des étudiant·e·s
Image par Parker Le Bras-Brown | Le Délit

Jeudi 13 février 2020, l’AÉFA (Association étudiante de la Faculté des Arts, AUS en anglais) organisait le débat des candidat·e·s aux différentes responsabilités de l’association. Les postes de président·e et vice-président·e·s de l’AÉFA, représentant·e·s des Arts auprès du Conseil Législatif de l’AÉUM (Association étudiante de l’Université McGill), et membres de l’AÉFA au Sénat de McGill étaient en jeu. La salle Leacock 232 se voyait cependant déserte, alors que seulement cinq étudiant·e·s (dont trois journalistes) étaient présent·e·s pour une Faculté qui compte en réalité plus de 8000 membres. « L’AÉFA ne donne pas l’impression d’être connectée à ses étudiant·e·s », déplorait une étudiante de première année interrogée par Le Délit, révélant une tendance plus large à l’échelle de ce semestre. 

 

Déclin de participation

 

Si l’on se fie au premier semestre de cette année scolaire, l’AÉFA semble loin d’être déconnectée de ses étudiant·e·s. Le 25 septembre 2019, l’Association étudiante de la Faculté des arts organisait une assemblée générale historique, réunissant près de 900 étudiant·e·s, pour voter en faveur d’une grève générale officielle à l’échelle de la Faculté en soutien à la cause climatique. Par ailleurs, le vote en ligne pour la motion comptabilisait quelques 3022 votes, soit 36% du corps étudiant de l’AÉFA, alors que seulement 8% sont nécessaires pour officialiser les résultats d’une motion. La motion fut ratifiée avec 97,2% des voix en faveur.

 

Cependant, cette assemblée historique ne représentait qu’un vague souvenir lorsque, le 17 janvier 2020, à peine 90 étudiant·e·s assistaient à une nouvelle assemblée générale de l’AÉFA, cette fois-ci pour voter une grève en opposition à la loi 21, une loi visant à restreindre le port de signes religieux aux employés de l’État québécois en position d’autorité. 

 

Le même phénomène devenait récurrent lorsque seulement cinq personnes, dont trois journalistes étudiant·e·s, assistaient au débat des candidat·e·s le 13 février 2020. « Quelle participation impressionnante! » s’exclamait ironiquement Adin Chan, alors représentant de l’AÉFA au conseil législatif de l’AÉUM, qui ne semblait pas être particulièrement surpris par la faible assistance au débat. Les deux étudiant·e·s non-journalistes présent·e·s ne se sont d’ailleurs pas attardé·e·s à quitter la salle immédiatement après avoir posé leur question.

 

De plus, plusieurs des positions exécutives de l’AÉFA n’ont pas reçu de candidatures du tout. En conséquence, l’association a dû envoyer un courriel à tou·te·s ses élèves pour appeler à de nouvelles candidatures pour les postes de v.-p. interne, externe, finance, et communications. Ces candidatures seront cette fois-ci inspectées et votées par l’exécutif de l’AÉFA, et non plus par l’électorat.

 

Les causes de l’absence

 

Un questionnement s’est ensuite lancé autour des raisons du manque flagrant de spectateurs au débat. Yasna Khademian, journaliste du McGill Daily présent·e à l’évènement, parlait du manque de communication comme raison principale de la faible assistance. « Je pense que le débat n’a pas été proprement annoncé. L’année passée, il y avait davantage de gens », déclarait-iel.

 

Interrogé par Le Délit sur le manque d’assistance au débat, Alex Karasick, candidat pour la représentation de l’AÉFA au Conseil Législatif de l’AÉUM, constatait une distance entre l’AÉFA et ses étudiant·e·s. « Je pense que c’est décevant, mais cela indique aussi une tendance croissante dans le domaine de la gouvernance étudiante. De moins en moins de gens semblent s’intéresser, ou se sentent investi·e·s dans l’AÉFA, l’AÉUM, et la gouvernance étudiante dans son ensemble. Nous pouvons constater cela non seulement dans ce débat, mais aussi dans la faible assistance à l’assemblée générale de l’AÉFA sur la loi 21. Malheureusement, la plupart du temps, les étudiant·e·s ne reconnaissent la gouvernance étudiante que lorsqu’elle fait quelque chose de controversé. Je pense qu’il y a toujours eu une érosion de la gouvernance étudiante dans une certaine mesure, et je ne pense pas que ce soit nécessairement la faute de quiconque impliqué dans la gouvernance étudiante. Mais il s’agit néanmoins d’un problème que nous devons absolument adresser », conclut-il.

 

Un vote déplacé

 

Les embûches sur la route de l’AÉFA, ce semestre, n’avaient alors pas cessé de se présenter. Le mercredi 19 février, l’AÉFA annonçait qu’elle relançait ses élections d’hiver suite à « une erreur concernant le logiciel de comptage des votes ». Certains votes auraient été comptés deux fois, invalidant ainsi les résultats.

 

Suite à cela, Jonah Fried, candidat lui-même aux élections, disait comprendre que le relancement des élections constituait l’option la plus démocratique. « Même si l’incident des élections de l’AÉFA est malheureux », il pense que « si l’AÉFA estime que l’instauration d’une nouvelle période de scrutin est le recours le plus démocratique, alors [il est] prêt à l’accepter ». « C’est peu pratique et frustrant, » ajoute-t-il finalement, «mais les résultats de ces élections doivent refléter la volonté du corps étudiant. Si une nouvelle période de vote est la seule façon de le faire, alors elle est par tous les moyens nécessaire ».

 

Résultats du vote 

 

Représentant·e·s de la Faculté des arts :

Paige Collins, élue à 31,6%

Chip Smith, élu à 31,5%

Alex Karasick, élu à 19,4%

Jonah Fried, 17,5%

Abstention, 10,3%

 

Sénateur·rice·s de l’AÉFA :

Mary Lynne Loftus, élue à 50,3%

Darshan Daryanani, élu à 49,7%

Abstention, 10,8%

 

Président·e :

Ananya Nair, élue à 95,1%

Non, 4,9%

Abstention, 18,0%

 

Vice-président·e aux affaires sociales :

CJ Pospisil, élu à 73,7%

Belanna Gans, 26,3%

Abstention, 11,3%

 

Vice-président·e universitaire :

Catherina Musa, élue à 66,0%

Rachel Lawal, 26,7%

Avni Aghi, 7,3%

Abstention, 22,1%

 

Vice-président·e aux services :

Samad Fagbohun, élu à 93,3%

Non, 6,7%

Abstention, 21,0%

 
Sur le même sujet: