Coopération communautaire – Le Délit
Coopération communautaire
Par · 17 septembre 2019
Le Délit a rencontré Adam Gwiazda-Amsel, v.-p. aux affaires externes de l’AÉUM.
Image par l'AÉUM

Le Délit (LD) : D’abord, pour que les étudiants puissent un peu mieux comprendre ce que tu fais, pourrais-tu nous expliquer en quoi consiste le poste de vice-président aux affaires externes?

Adam Gwiazda-Amsel (AG) : Oui bien sûr! Donc, le vice-président aux affaires externes s’occupe de tout ce qui est relations communautaires et gouvernementales, c’est-à-dire, en gros, représenter les positions de l’AÉUM face aux politiques gouvernementales. Donc, disons, par exemple, nous avons une politique pour s’opposer à l’inaction face aux changements climatiques; donc si jamais il y avait une politique gouvernementale de développement économique qui ne prendrait pas en considération, nous présenterions cette opposition. Là, on travaille avec des groupes communautaires pour la politique municipale, on travaille avec les fédérations étudiantes pour ce qui est du provincial, et aussi du fédéral.

LD : Comment est-ce que vous déterminez quelles sont les positions que les étudiants veulent que vous adoptiez?

AG : Le processus est quand même transparent, ça se trouve dans les régulations internes sur la gouvernance de l’AÉUM. Donc, c’est le conseil législatif qui se rencontre à chaque deux semaines, des conseillers et des conseillères peuvent proposer des motions qui vont être adoptées ou non. La responsabilité de chacun et chacune des conseillères, c’est vraiment de voir si les positions qui sont présentées au conseil sont cohérentes avec celles de leur électorat.

LD : L’environnement est l’un des quelques enjeux sur lequel la communauté mcgilloise est d’accord. D’ailleurs, le 27 septembre, il va y avoir une manifestation à Montréal qui va rassembler beaucoup d’étudiants ; est-ce que l’AÉUM s’organise pour cette manifestation?

AG : Pour ce qui est des manifestations et des grèves, c’est certain que nous pouvons aider avec ça. Dans le cas d’une mobilisation de masse, il faut vraiment que ça vienne d’en bas de l’organisation, du corps étudiant. S’il devait y avoir une grève [ou un mouvement rassemblant plusieurs étudiants], il faudrait vraiment qu’elle soit votée dans une assemblée générale pour que les étudiants sentent qu’ils peuvent vraiment participer aux décisions. Ce que l’AÉUM peut faire, c’est de donner du financement aux groupes qui essaient de l’organiser, vu que c’est en ligne avec nos propres politiques. Nous pouvons aussi offrir du soutien institutionnel, par exemple des salles s’ils en ont besoin ou de la visibilité sur nos plateformes de médias sociaux.

LD : C’est du bureau des affaires externes de l’AÉUM que dépendent les Affaires francophones. Que comptez-vous faire pour améliorer la relation des francophones avec l’AÉUM et leur participation à celle-ci, qui est pour le moment très faible?

AG : Bon, c’est sûr qu’il y a des problématiques internes à l’AÉUM qui font que la participation est faible donc il faut absolument régler ces problèmes de façon directe. On identifie surtout un certain manque de bilinguisme dans les documents, dans les publications sur les réseaux sociaux. Donc, l’outil principal qui pourrait être utilisé est la Comission aux affaires francophones. Nous avons embauché une commissionnaire; l’an passé, cela s’est produit seulement en mars, donc on peut dire qu’on a un peu d’avance! Juliette Chesnel va travailler avec les différents groupes francophones sur le campus, entre autres Le Délit. Comme ça, il y aura vraiment une façon de voir la communauté francophone et d’identifier quels sont ses besoins.

LD : Toi, tu parles français, tu as vécu à Montréal; est-ce que tu penses que ça va t’aider à être un meilleur représentant aux affaires externes?

AG : C’est sûr que ça dépend de quoi on parle, mais par rapport aux fédérations étudiantes, c’est certainement le cas. Il y a une perception de McGill comme étant différente, comme étant internationale, comme étant une université qui n’est pas intéressée à participer au mouvement étudiant québécois. Alors si je me présente en parlant au moins en français, c’est sûr qu’on va être reçus de façon plus cordiale.

 
Sur le même sujet: