Les McGillois·e·s, sans opinion sur l’éducation gratuite ? – Le Délit
Les McGillois·e·s, sans opinion sur l’éducation gratuite ?
Par · 31 mars 2018
L’Assemblée Générale du 23 mars devient finalement un forum de consultation
Image par Alexis Fiocco

Ce lundi 23 mars avait lieu l’Assemblée Générale de l’Association des étudiants en premier cycle de l’Université McGill (AÉUM, ou SSMU en anglais, ndlr) du semestre d’hiver dans la salle 132 du bâtiment Leacock , puisque le bâtiment Shatner est dorénavant fermé. Prenant place juste après les élections de l’AÉUM, cette assemblée faisait acte de transition entre la nouvelle équipe d’exécutifs et l’ancienne.

Désintérêt étudiant

Avec un total de seulement 65 personnes présentes dans la salle pouvant voter, le quorum agrandi en Novembre a 350, ne fut pas atteint ce qui transforma l’Assemblée Générale en forum de consultation ; la différence principale entre les deux étant que les votes prenant placent durant un forum de consultation mènent à des décisions non-contraignantes qui peuvent être remises sur la table durant les futurs conseils législatifs. Ce taux de participation particulièrement faible est expliqué d’après Muna Tojiboeva, présidente actuelle de l’AÉUM par «la nature non-controversée des motions discutées ce soir».

Suite à ce manque de participation, plusieurs membres de l’audience demandèrent à Tre Mansdoerfer, nouveau président de l’AÉUM, comment il comptait augmenter la participation des étudiants aux assemblées générales l’année prochaine. Ce à quoi il répondit vouloir permettre aux membres de l’association de participer à ces assemblées en ligne pour faciliter leur accès.

Un système d’éducation à revoir

L’Assemblée Générale dura un total de trois heure malgré l’unique motion figurant sur l’agenda. La plupart de l’Assemblée tourna autour de la Motion pour orchestrer la lutte pour une éducation gratuite et pour l’annulation des dettes étudiantes (Motion to organise the fight for free education and cancellation of student debt, en anglais, ndlr).

Cette motion, avancée par des étudiants membres de La Riposte (Socialist Fightback, anglais, ndlr) de l’Université McGill, propose le lancement d’une campagne de soutien pour la lutte pour une éducation gratuite et pour l’annulation des dettes étudiantes, la création de liens avec d’autres syndicats étudiants à travers le Canada et l’organisation d’une grève d’une journée durant le semestre d’automne 2018. Malgré une opposition intense, cette motion reçut cependant le support de la v.-p. aux Affaires Externes sortante Connor Spencer et il fut voté de parler de cette motion de nouveau au conseil législatif du 29 mars.

L’assemblée se termina avec les rapports des exécutifs établissant des bilans de leur année. Pour plus d’informations sur ces évaluations de fin d’année, rester à l’affut de nos prochaines publications web.

 
Sur le même sujet: