Il les a tous battus
7 novembre 2017 - Image par Joachim Dos Santos
Loud lance Une Année Record, son premier album qui s’annonce prometteur.

Après avoir fait sonner son premier EP solo New Phone tout l’été, le rappeur montréalais Loud sort  Une année record, un album marquant pour son originalité. Prévu le 10 novembre, il est possible de l’écouter sur les plateformes de streaming depuis le 27 octobre.

Jusqu’ici tout va bien

L’album a été réalisé par Ajust et Ruffsond, avec qui il avait déjà travaillé pour son EP. Du côté production on retrouve Ride Record, coordonné avec Caroline International France, pour prévoir une sortie outre-Atlantique simultanée, mais aussi quelques dates de concerts en France. Il y aurait également un contrat avec la compagnie européenne Auguri Productions, ce qui est plutôt exceptionnel pour un premier album solo. Affaire à suivre donc.

Si Loud Lary Ajust, l’ancien groupe de l’artiste, n’est plus d’actualité, ce n’est pas pour autant qu’il faut complètement tirer un trait dessus. Le rappeur souligne dès  So far so good  que ses origines s’y trouvent, même s’il y annonce son chemin divergeant. L’on retrouve par ailleurs Lary Kidd sur deux chansons de l’album ainsi que 20Some, membre des  Dead Obies en collaboration sur une piste.

Traverser les frontières

Loud se démarquait déjà par un style fluide, vulnérable et poétique. Ce style est plutôt bien conservé tout au long d’Une année record, et particulièrement dans Devenir immortel (et puis mourir). À cette légèreté viennent s’ajouter des punchlines marquantes, et des images fortes, presque clichées. Tout cela est souligné par des beats d’Ajust et Ruffsound, avec lesquels on obtient finalement un cocktail explosif.

L’un des aspects frappants de l’album est aussi le côté autobiographique et la franchise de ses chansons.  Une année record  est un album qui tourne beaucoup autour des phénomènes qui font le quotidien d’un artiste de renom: la gloire, le succès, la réussite. Le rappeur ne se détache pas de ses origines pour autant. Dans Il était moins une, il ressasse des éléments (évènements, albums, clichés) qui ont fait partie de sa vie alors qu’il grandissait à Athunsic.

Officiellement dans le game

Ce triomphe ne lui est pas tombé dessus par hasard, comme en témoigne TTTTT ,  où Loud parle des défis liés à son art, notamment gérer simultanément sa vie privée et sa vie d’artiste.

Cette seconde vie apporte tout de même son lot de désagréments, énumérés dans Hell, what a view: les envieux, les groupies, avec qui le rappeur ne veut plus avoir affaire. C’est pourquoi il s’élève au-dessus d’eux. Malgré son énorme succès, le rappeur n’hésite pas à dénoncer les dérives dans les comportements de certains artistes dans  SWG, où il est secondé par Lary Kidd.

Dans Une année record, qui conclut l’album, l’artiste revient sur le chemin qu’il a parcouru, avec «Le rap de garderie [qui] s’apprête à graduer le collège», même si certains étaient persuadés que le rap québécois était voué à l’échec.  Nul doute que l’ambitieux rappeur ne s’arrêtera pas là, et qu’il a mérité sa place parmi les plus grands. 

 
Sur le même sujet: