Turbo symphonique
29 septembre 2014 - Image par Cécile Amiot
Entrevue avec les Trois Accords et Simon Leclerc en vue de leur concert pour la série OSM POP.

Le contenu du concert du 30 septembre et 1er octobre prochain à l’OSM est tenu top secret et il est impossible d’obtenir des détails à l’exception de deux éléments: “Saskatchewan”  (Gros Mammouth Album Turbo, 2004) sera chantée en russe par une soprano et “Dans mon corps” Dans mon corps, 2009) sera interprétée en italien par un baryton. Le chef d’orchestre Simon Leclerc et les quatre membres du groupe, Alexandre Parr (guitare), Simon Proulx (guitare), Pierre-Luc Boisvert (basse) et Charles Dubreuil (batterie), ont accepté de nous rencontrer.

Le Délit: Quand j’ai su que le concert OSM POP serait avec les Trois Accords, j’ai pensé que l’idée était très intéressante. Coïncidence, j’ai trouvé une entrevue que vous avez faite avec Richard Martineau pour les Francs Tireurs (émission 393 du 27 mars 2013, ndlr) où il  mentionnait la possibilité de collaborer avec les Trois Accords. 

Simon Leclerc: (surpris) Oh my god! C’est bon! Parce que j’étais sûr que personne ne soulèverait ça. Effectivement, (faisant référence aux Trois Accords) il trouvait qu’on faisait trop de concerts populaires. Il a dit: «ce sera quoi la suite? Hawaïenne en symphonique?». 

Alexandre Parr: OH! 

SL: Et je lui avais dit: «Pourquoi pas?»

LD: Vous lui aviez suggéré Hawaïenne avec du Vivaldi…

SL: C’est fou la jonction que tu fais, parce que… Non, je ne peux pas en dire plus… Parce que c’est fou… C’est fou! 

LD: Hypothétiquement, sans parler d’Hawaïenne au concert à venir, pourquoi Vivaldi? 

SL: Le groupe s’appelle «Les Trois Accords». Ce n’est pas un groupe qui est réputé pour la complexité harmonique de ses chansons. C’est un four-piece band qui fait de très bonnes chansons dans un univers absurde. Le fait que le langage harmonique ne soit pas comme du Stockhausen ou quelque chose d’excessivement complexe me permet de le traiter d’une autre façon. J’ai mentionné Vivaldi lors de l’entrevue, parce que quand tu analyses du Vivaldi il n’y a pas une grande complexité harmonique non plus. Alors, il est possible de faire un lien entre les deux univers.

LD: J’ai également lu que vous commencez toujours par étudier le langage musical d’un groupe pour le pousser un peu plus loin… 

SL: Ce qui fait partie de ma démarche dans un premier temps est d’écouter attentivement ce que les artistes ont à proposer. Donc, j’ai tout écouté de ce qu’ils ont fait à ce jour et qui était disponible. Je dois le souligner parce qu’il y a peut-être des choses qui ont été effacées. Ensuite, j’ai réfléchi aux façons dont on peut approcher ça pour que ce soit symphoniquement intéressant, qu’on aille ailleurs et qu’on ait leur aval, c’est-à-dire qu’ils soient confortables avec la vision que j’amène. Je peux amener une vision qui ne leur correspond absolument pas et il est important pour moi qu’ils soient heureux dans cet aquarium-là.

LD: Comment l’idée est-elle venue: les Trois Accords pour la série OSM POP?

AP: Je pense que c’est venu autant de l’OSM que de nous. Vous étiez à la recherche d’excellents groupes (rires) pour la série et nous cherchions depuis longtemps un spectacle spécial pour clore la tournée (J’aime ta grand-mère). C’était vraiment un match parfait et tout s’est très bien déroulé. On avait une vision assez claire de ce qu’on voulait faire et qui n’était pas très standard. On est habitué de voir le groupe, avec ses instruments et l’orchestre. Mais ce ne sera pas du tout ça. Ce sera l’orchestre qui interprétera les chansons des Trois Accords. 

LD: Est-ce que des membres du groupe ont une formation classique? 

AP: Moi, en guitare classique alors que j’étais au cégep Vincent-d’Indy. C’était il y a très longtemps, mais j’ai toujours aimé la musique instrumentale et pour moi c’est un honneur de venir avec les Trois Accords à l’OSM. C’est comme un rêve impossible (Simon Leclerc rit). J’ai écouté ce qui a été fait et c’est incroyable. Les arrangements sont parfaits. Je n’aurais pas pu faire mieux (rires)

LD: Pour l’instant on sait seulement qu’il y aura «Saskatchewan» en russe et «Dans mon corps» en italien. Comment Saskatchewan est-elle devenue «Saskachevan» [écriture phonétique de Saskatchewan en russe, ndlr]? 

SL: Après quelques rencontres, nous nous sommes entendus sur le fait qu’on voulait faire quelque chose de vraiment différent. Simon (Proulx) a mentionné qu’il existe des traductions de certaines de leurs chansons. Cela m’a intéressée et je leur ai demandé de me les trouver. Ils ont fait leurs recherches et m’ont présenté quelques trucs. Par la suite, on s’est mis d’accord sur ce que nous retenions, et ce qu’on en ferait. C’est une belle folie. 

LD: Quels étaient les objectifs des Trois Accords pour cette expérience? 

Simon Proulx: Je pense que l’objectif était, un peu comme pour le reste, de ne pas faire les choses comme les autres. Tout simplement. Puisque la série (OSM POP) existe déjà depuis quelques années, nous voulions essayer de l’approcher différemment et de ne pas être sur scène avec nos instruments. Nous voulions intégrer complètement le monde et les codes du classique et ce dans la mesure de nos capacités (rires). Nous voulons y aller pleinement et que cela nous mène dans une zone que les gens n’ont pas tant l’habitude de voir. C’est agréable de rencontrer Simon, un gentil chef d’orchestre (rires). On avait peur au départ. C’est une belle rencontre, vraiment cool.

LD: Quel est l’instrument classique  que vous aimeriez apprendre? 

SP: Ce serait définitivement le triangle, parce que c’est un mal-aimé. Je pense d’ailleurs qu’il faut être ambidextre et ce serait ma prétention pour en jouer. 

AP: Pour moi, ce serait le basson. «Pop pop pop» (il imite un basson)

Pierre-Luc Boisvert: Je dirais la contrebasse. J’aurais besoin de pratiquer la tenue d’un archet. 

SP: Tu pourrais jouer du jazz dans un orchestre classique. Tu serais le premier. 

PLB: On fera ça la semaine prochaine. (rires) 

Charles Dubreuil: Peut-être chef d’orchestre? Je ne pense pas que j’irais vers un instrument si j’étais dans le monde du classique. Je ne me vois pas dans cet univers-là autrement.

SL: On fera ça aussi la semaine prochaine. 

LD: En mélangeant deux univers totalement à l’opposé l’un de l’autre, c’est-à-dire le symphonique et les Trois Accords, est-ce que cela pourrait aider à populariser un peu la musique classique? 

SL: Je pense qu’il y a zéro lien. Des études ont été faites sur ce sujet et l’un n’a pas un impact sur l’autre. Ce n’est pas parce qu’on fait une rencontre trippante comme celle-ci, qu’il y aura plus de personnes à l’OSM la semaine suivante.  

AP: Mais, je peux dire par contre qu’il y a des gens qui ne seraient jamais venus et qui seront là. 

SL: Ça c’est un point différent. Est-ce qu’ils vont revenir? On ne sait pas. 

SP: Donc tu veux dire qu’on ne va pas aider Beethoven dans sa carrière? 

SL: J’ai le malheur de t’annoncer que non. (rires) 

Après cette rencontre fort sympathique, Le Délit souhaite faire quelques prédictions sur le concert à venir. Les Trois Accords désirant maximiser leur expérience classique, nous pensons qu’il y aura du triangle, du clavecin, le chœur de l’OSM et de la harpe. Affaire à suivre…  

 
Sur le même sujet:
17 février 2015
29 octobre 2013