Conseil législatif de l’AÉUM
29 janvier 2013

L’Association des  Étudiants de l’Université McGill (AÉUM) soutiendra le comité du «oui» lors  du référendum d’existence de la Société de publication du Daily (SPD). C’est une des décisions prises lors de l’Assemblée Générale de l’association qui a eu lieu le 24 janvier dernier.
Après une discussion pesant le pour et le contre par les membres du conseil, le vote s’est conclut par une majorité de 21 membres en faveur et six contre un appui au vote du «oui». Selon le préambule de la motion «considérant, que la [SPD] est une organisation indépendante, à but non lucratif, étudiante qui publie le McGill Daily et Le Délit, […] que Le Délit est le seul journal étudiant francophone de McGill», alors l’AÉUM se doit de donner son soutien.
L’AÉUM a également accepté la tenue d’un référendum cet hiver afin de déterminer si les frais pour les installations sportives et récréatives augmenteront de 7,25 dollars pour les étudiants à temps plein, pour une facture annuelle de 127,75 dollars.
Même son de cloche du côté du centre d’aide à l’écriture, qui souhaiterait voir une contribution de 1,50 dollar supplémentaire de la part des élèves.
Il a aussi été question de la semaine du Québec lors de l’Assemblée. L’événement, qui  a débuté le 21 janvier dernier, soulève quelques questions au sein de l’exécutif de l’AÉUM. En effet, la Commission des Affaires Francophones (CAF) de l’Université devait, selon la page Facebook de l’AÉUM, participer à une présentation. Hors, la commission n’avait pas été avisée et l’a elle-même appris sur le dit site. Ainsi, Zachary Rosentzveig, représentant des clubs et services, a soulevé une question par rapport aux récents événements: «J’aimerais savoir pourquoi la CAF n’était pas au courant qu’elle donnait une présentation». Le conseil a expliqué la tournure des événements par un manque de communication et un trop petit nombre de réunions visant à l’organisation de la semaine du Québec. La vice-présidente aux affaires externes de l’AÉUM, Robin Reid-Fraser, avait affirmé au Délit la semaine dernière que l’erreur provenait du vice-président aux affaires événementielles, Mike Spedzja.

Ce dernier, admettant sa faute, a présenté ses excuses au conseil mercredi dernier.

 
Sur le même sujet: