Conseil législatif de l’AÉUM – Le Délit
Conseil législatif de l’AÉUM
Par · 4 mars 2019
L’accès à l’information au centre d’un houleux débat.
Image par Grégoire Collet

Jeudi soir, une réunion du conseil législatif de l’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM, SSMU en anglais, ndlr a pris place au 688 rue Sherbrooke Ouest. L’absence de l’ancien représentant des étudiants de la Faculté des arts, Andrew Figueiredo, n’a échappé à personne, même si peu de conseillers se sont risqués à émettre des commentaires. Le président de l’AÉUM, Tre Mansdoerfer, a tout de même dû répondre à une question soumise par le public au sujet de la crise qui a frappé l’AUS la semaine passée (voir l’article sur les élections de l’AUS, p.3, ndlr). Il a rappelé au conseil que l’AÉUM laissait aux associations étudiantes de chaque faculté la prérogative d’accorder les crédits à certains cours, et donc que l’AÉUM n’interviendrait pas dans cette controverse. Il s’est abstenu de faire des commentaires supplémentaires sur l’affaire.

 

Santé mentale et services aux étudiants

La visite de la directrice exécutive aux services étudiants de l’Université, Martine Gauthier, a suscité beaucoup d’intérêt chez les conseillers et les conseillères. Mme Gauthier donnait une présentation pour expliquer les transformations que subiront les services de santé mentale à McGill suite au déblocage de 14 millions de dollars supplémentaires pour le programme. La totalité de ces fonds sera consacrée à créer de nouveaux services, dans l’objectif avoué de réduire drastiquement le temps d’attente des étudiants. Le centre de service, qui sera d’ailleurs rénové, sera reconfiguré d’ici peu afin que tous les étudiants voulant régler un problème de santé mentale ou psychologique puissent se présenter au bon endroit et être redirigés vers les bonnes ressources. La vingtaine de sites internet consacrés aux soins de santé à McGill seront aussi refondus en un seul afin qu’il soit plus facile pour les étudiants de s’y repérer. La majorité des nouvelles ressources sera consacrée aux usagers occasionnels, qui ont besoin d’une seule consultation pour régler un problème urgent et qui bien souvent, selon Mme Gauthier, y renoncent faute de savoir où trouver les bonnes ressources. Les conseillers et conseillères se sont montré largement satisfaits du travail de la directrice.

 

Débat houleux sur l’accès à l’information

L’absence du représentant Figueiredo n’a pas empêché son collègue, le sénateur Bryan Buraga, de déposer une motion sur l’accès à l’information qu’ils avaient élaboré conjointement. Le sénateur a donc présenté à l’assemblée un texte visant à obliger l’AÉUM, à la manière d’une institution publique, à répondre à toutes les demandes d’accès à ses documents écrits. Entre autres, la motion du sénateur Buraga aurait donné à n’importe quel élève le droit de demander à voir, par exemple, des courriels ou des documents privés échangés entre les membres de l’AÉUM. Plusieurs conseillers présents dans la salle se sont opposés de manière véhémente au projet, dont le vice-président aux Affaires universitaires Jacob Shapiro. Selon celui-ci, rendre public certains des courriels échangés entre les membres de l’AÉUM risquait de provoquer de graves problèmes éthiques. Le sénateur de médecine André Lametti, moins en désaccord avec le projet sur le fond que sur la forme, a plaidé pour sa part que la motion était trop mal écrite pour être réellement applicable. Au moment du vote, le sénateur Buraga, visiblement excédé par l’opposition à sa motion, a usé d’une motion pour forcer l’assemblée à voter sur sa motion par appel nominal, un processus beaucoup plus long que le vote électronique habituellement utilisé. Une peine inutile, car au final, il a été le seul à voter en faveur de sa motion.

 

L’assemblée a aussi débattu, entre autres choses, sur la reconduction des frais étudiants destinés aux bibliothèques et sur des motions concernant le fonctionnement interne de l’AÉUM. L’assemblée a entériné l’envoi d’une lettre à la direction demandant une plus grande participation des étudiants dans le choix des nouveaux fournisseurs alimentaires sur le campus.

 
Sur le même sujet: