Chair et Blanc
5 avril 2011

Chère Maryam

Tu me manques beaucoup et j’aimerais tellement que tu sois ici avec moi durant cette période difficile. Je t’écris maintenant d’un coin de la cafétéria de mon école, le Collège Dawson. Ces deux derniers mois, j’ai été incroyablement solitaire. Les gens ici au Québec sont tellement différents – plus différents que je l’avais imaginé.

Une fois, en Décembre, je suis allée un samedi soir avec une de mes cousines, qui avait vécu ici, chez un chocolatier au centre-ville. Il était peut-être vingt-trois heures, et j’ai été choquée par les filles qui faisaient la queue à l’extérieur des discothèques. Il faisait étonnamment froid, mais les filles portaient des jupes et robes qui couvraient seulement leurs fesses. Leurs talons hauts étaient sans fin, et quelques-unes étaient « peep toes », mais il y avait de la neige sur le sol. Plusieurs filles ne portaient pas de manteau, et ma cousine m’a dit qu’elles devaient être assez ivres pour ne pas sentir le froid. C’était comme une scène dans l’un des bordels les moins chers de Bahreïn.

Partout, la débauche s’étalait. Pour aller chez moi, nous avons pris le métro. Quelle horreur : un couple se donnait un baiser en face de nous. J’étais sur le point de faire un commentaire à ma cousine, quand je me suis rendu compte que c’était une fille de ma classe. J’étais stupéfiée. Cette fille éduquée et sympa, qui s’était approchée de moi la première semaine de l’école était assez impudique pour partager son affection en public comme ça. Maintenant, je sais que c’est juste ce qui est normal ici.

Quelquefois je suis encore surprise par ce que je vois, mais si je ne change pas mes perceptions, je ne pourrai jamais accepter ou être acceptée. Mes expériences ici m’ont convaincue qu’avec la reconnaissance du fait que nous sommes culturellement différents, il est encore possible de ne pas être seul. Je dois finir cette lettre parce que mon amie va arriver d’une minute à l’autre pour manger avec moi. Elle est la fille du métro, maintenant la plus proche amie que j’ai ici.

J’ai hâte que l’été arrive !

Mona

Emma Feldman, Omar Chatur et Fatema Mohamed Ali

 
Sur le même sujet:
5 avril 2011
5 avril 2011
5 avril 2011