Brun et Blanc
5 avril 2011

Cher journal,

Ce n’est pas juste. Chaque jour, je vois Julien, mais nous ne pouvons pas être ensemble. Tout le monde nous regarderait, me jugerait. Si mes parents savaient que j’aime un homme blanc, ils mourraient. Ils ont déménagé ici à Montréal pour que je puisse avoir une plus belle vie canadienne, mais ils veulent que, en même temps, j’applique la tradition à ma vie. Ils seront heureux seulement quand je trouverai un «bon homme musulman». Je suis fière d’être musulmane, mais je suis canadienne aussi. Je suis presque une adulte maintenant, mais comment est-ce que je peux faire ce que je veux sans offenser mes parents? Ils ne comprendront jamais.

Quelquefois je pense, «et si j’enlevais mon hijab pour la première fois?» Toute ma vie, j’ai porté le hijab sans doute, même si en vivant au Québec, la majorité des filles ne le portent pas. Je sais que je dois être modeste et garder ma beauté. Mais récemment, je sens un changement en moi, un doute en pleine croissance. Aujourd’hui, un événement s’est produit, un événement que je ne peux partager avec personne sauf toi, journal, en restant dans ce parc ce jour de printemps.

Julien et moi avons fait une expérience de laboratoire ensemble pour le cours de biologie. Tout à coup, nous avons avancé nos mains pour observer les contenus d’une boîte de Petri. Nos mains se sont rencontrées comme par magie, s’attardant sur la boite quelques secondes et, finalement, il a retiré sa main et s’est excusé rapidement, sans regarder mes yeux. Est-ce que mon hijab l’intimide? Je veux que Julien me voie et qu’il voie tout de moi. Je veux sentir ses mains dans mes cheveux.

Il y a un moment déjà que je regarde deux enfants qui jouent au parc Jeanne-Mance, où je suis en ce moment pour t’écrire. L’une est une petite fille musulmane et l’autre est un petit garçon canadien. Ils semblent tellement heureux…

La seule chose que je veux c’est une chance d’être comme ces enfants-là —d’être heureuse. Je porte toujours ce hijab, mais je ne porte pas toujours la culture de mes parents. Je suis arabe, cher journal, mais je suis aussi canadienne. Et les Canadiens, je pense, ne doivent pas se cacher des autres Canadiens.

Yasmine

Jennifer Walls, Taylor Steele et Carolina Millán Ronchetti

 
Sur le même sujet:
5 avril 2011
5 avril 2011
5 avril 2011