Le Duras Show – Qui trop embrasse mal étreint
24 février 2011
Avec son Duras Show, la Compagnie Mobile Home présente une œuvre à la fois riche et certainement inachevée.

L’Amant, Un barrage contre le Pacifique, Le Ravissement de Lol V. Stein, Écrire (et bien d’autres), autant d’œuvres qui ont marqué et qui ont inspiré maintes relectures et adaptations. Rendre hommage à l’univers de Marguerite Duras et à son personnage public est à la fois une entreprise complexe, de par la diversité de son œuvre, et une valeur sure, de par sa popularité et son caractère si distinctif. Pourtant, l’approche multidisciplinaire du Duras Show de la Compagnie Mobile Home déçoit sur presque toute la ligne, tant sa formule manque de cohérence et son ton se fait chancelant.

Gracieuseté Photo Josué Bertolino

Quelque part entre l’admiration et la dérision, les metteurs en scène Steeve Dumais et Lucas Jolly nous présentent une série de numéros très variés, portant tantôt sur des romans de Marguerite Duras, des extraits d’entrevues avec l’auteure ou des témoignages de ses lecteurs. On assiste par exemple à une scène du radio-roman adapté d’Un barrage contre le Pacifique présentée à la manière d’ombres chinoises, à un numéro de danse inspiré de l’alcoolisme de Marguerite Duras, à une interprétation des Mots d’amour d’Édith Piaf, ou encore à quelques monologues tirés des textes de l’auteure. Bien que certaines scènes traduisent fort bien l’ambiance et le ton qui émanent du style de l’écrivaine (à ce titre, la célèbre description de la mort d’une mouche que l’on trouve dans Écrire est adroitement reproduite), force est d’admettre que cet hommage cherche en vain à rendre compte de toute l’étendue de l’œuvre de Marguerite Duras, tout en dressant au passage un portrait assez fidèle de la complexité de son personnage public. Bref, une entreprise carrément impossible à réaliser en un peu moins de deux heures.

Ainsi, de cette volonté de tout évoquer découle une création qui semble totalement inachevée, à peine prête à être présentée. Le caractère humoristique du Duras Show est certes agréable, mais est loin d’être entièrement assumé, ce qui ne fait que contribuer à l’aspect chaotique de la nouvelle création de Mobile Home. La volonté des metteurs en scène de rendre hommage à Marguerite Duras est bien réelle, cela ne fait aucun doute. Toutefois, l’enchainement de numéros disparates qu’ils nous proposent manque cruellement de cohérence. Il faudrait transformer l’intention en véritable création, c’est là le défi que présente un hommage à un écrivain prolifique.

 
Sur le même sujet:
23 novembre 2010
5 avril 2011