Okinum : guérisons multiples – Le Délit
Okinum : guérisons multiples
Par · 16 octobre 2018
Émilie Monnet présente une histoire d’identité et d’apprentissage.
Image par Valérie Remise

Au sein du rythme effaré de la vie de tous les jours, nous oublions parfois la terre sur laquelle nous marchons et les voix de ceux et celles à qui elle appartient sont trop souvent ignorées. L’artiste franco-anishnabe Émilie Monnet a toutefois su se faire entendre avec sa pièce Okinum, présentée dans le contexte d’une résidence au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.

Okinum allie son, chanson, film et théâtre pour juxtaposer des histoires de maladie, d’identité personnelle et de connexion à son patrimoine. Seule sur une scène recouverte de peaux de castor et d’écorce de bouleau, Émilie Monnet nous présente un témoignage puissant sur son expérience en tant que femme anishnabe, à la fois un cri de désespoir et un processus de guérison.

Passés entremélés

La pièce est tissée en trois langues : français, anglais, et anishnabemowin. Le public apprend ainsi que le mot « okinum » signifie « barrage ». Autour de ce mot, l’œuvre se construit, mettant en parallèle les barrages intérieurs et ceux des castors, qui sont à la source de sa création.

Les scènes s’interrompent et se superposent : rêves de castors géants, visites à l’hôpital, et mini-documentaires se relayent sans pause ni transition, mais sans que le public ne se sente essoufflé ou perdu pour autant. En racontant son histoire, Émilie Monnet raconte également celle de son peuple et de sa terre et comment tous deux ont été brutalement colonisés. Elle déchiquète l’écorce de bouleau recouvrant la scène, empile les peaux de castor et rage contre le sort des femmes autochtones, racontant les histoires de son peuple et sa famille et hurlant les insultes dont elle a été elle-même victime d’une voix qui déchire l’âme.

Penser les cicatrices

L’artiste a expliqué, durant la période de questions suivant la représentation, que son cancer de la gorge était étroitement lié à sa relation avec son héritage culturel; une manifestation physique de ses barrages intérieurs, un signe à l’image de son rêve répété d’un castor géant, qui a inspiré la pièce.

Sa guérison physique s’opère donc en simultané avec la reconquête de son patrimoine culturel et de ses traditions, ainsi que son apprentissage de la langue anishnabemowin. Émilie Monnet étend de nouveau les peaux de castor sur une partie de la scène tandis que sur les écrans, on assiste à une démonstration d’art traditionnel anishnabe, consistant à faire des dessins sur de l’écorce de bouleau avec les dents. Le ton de la pièce devient, le temps des dernières scènes, réparateur, presque paisible.

Émilie Monnet présente une histoire à la fois entièrement personnelle et complètement universelle. Elle parvient à communiquer toutes les émotions d’une quête presque frénétique pour se définir, de la réconciliation d’héritages multiples. Extraordinairement pertinent, ce récit touchant incite le public à réfléchir sur la question de l’identité, et à la manière dont nous percevons le Canada.

Okinum nous laisse la tête remplie de réflexions, le cœur lourd de tristesse, et léger d’espoir.

 

Okinum sera jouée en semaine jusqu’au 20 octobre 2018, au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.

 
Sur le même sujet:
18 septembre 2018
14 février 2018
31 janvier 2018