La Dame de Shalott
27 octobre 2009
Le Musée des beaux-arts de Montréal présente la plus vaste rétrospective faite à ce jour sur le peintre William Waterhouse.

Au moment où l’impressionnisme est à son plus fort, un peintre refuse de suivre les Dugas, Renoir, Monet et Sisley: c’est John William Waterhouse, surnommé Nino. Il acquiert une certaine renommée, mais reste néanmoins peu populaire puisque son oeuvre est en marge des courants de son époque, tels l’impressionnisme, le réalisme et le naturalisme. Bien qu’il admire les raphaélites –qui refusent l’académisme et voient en Raphaël la figure de l’artiste suprême–, il n’appartient pas à leur génération. Ces derniers préconisent le traitement réaliste des thèmes de la mort et de l’amour, tandis que Waterhouse, lui, ajuste ce réalisme à un monde provenant de la rencontre de plusieurs textes, folklores et mythologies. Le peintre utilise les techniques du naturalisme français pour traduire son imaginaire résolument romantique. Le Musée des beaux-arts de Montréal rend compte de cet univers unique et mystérieux à travers une rétrospective de l’artiste britannique.

L’exposition s’ouvre sur dix tableaux exhibant les principales influences de Waterhouse. Les oeuvres de Millais et de Gardner, entre autres, ainsi que le Saint Georges et le dragon de Briton Rivière, donnent le ton de l’exposition en présentant un certain mysticisme dans la représentation de la nature et des mythes antiques. La toile de Rivière évoque un sens du drame et de la composition théâtrale qui marque profondément toute l’oeuvre de Waterhouse.

La rétrospective est divisée en neuf sections montrant chacune un aspect différent de l’oeuvre du peintre. Les murs et les plafonds des salles sont peints d’un noir jais profond qui contraste intensément avec le doré des cadres et avec le jaune et l’or utilisés dans les peintures. De grandes colonnades de style gréco-romain s’élèvent autour des toiles, accentuant encore l’aspect théâtral des tableaux de l’artiste. Cette théâtralité s’exprime dans l’illustration de femmes puissantes et envoutantes, surprises dans leur plus grande solitude, assises indolemment dans un jardin fleuri ou devant un cours d’eau à l’orée d’un bois sombre. Les oeuvres de jeunesse de Nino dévoilent l’intérêt de celui-ci envers les thèmes mythologiques, qu’ils soient grecs ou bibliques, puisqu’ils permettent l’exploration du caractère surhumain, presque surnaturel de la tragédie. Ces personnages, essentiellement féminins, sont issus de mythes, de récits folkloriques, et d’oeuvres poétiques et dramatiques –comme Miranda, de The Tempest de Shakespeare. Les femmes sont magnfiées, peintes avec douceur, dans une langueur sensuelle. Cette attention portée aux héros littéraires est d’ailleurs soulignée tout au long de l’exposition par la présence des recueils de poésie, de romans, de pièces de théâtre et de livres de contes près des toiles auxquels ils se rapportent.

La rétrospective J.W. Waterhouse: Le Jardin des Sortilèges est ingénieusement réalisée et favorise une approche nouvelle de l’artiste et de ses toiles, trop souvent négligés, voire dénigrés. Le Musée souligne intelligemment la place centrale des oeuvres littéraires dans les toiles de Waterhouse, et réussit à plonger le spectateur dans l’ambiance mystérieuse et unique propre à ses créations.

J. W. Waterhouse: Le jardin des sortilèges
Du 2 octobre 2009 au 7 février 2010
Musée des beaux-arts de Montréal
7,50$ (étudiants)

 
Sur le même sujet:
17 janvier 2017
11 janvier 2011