À la croisée des arts
27 octobre 2009
Avec Le peintre comme graveur, le Musée des beaux-arts fait découvrir son importante collection de gravures et d’estampes de peintres impressionnistes.

Présentée jusqu’au 6 décembre au Musée des beaux-arts du Canada, l’exposition Le peintre comme graveur: Estampes impressionnistes du Musée regroupe quelque 70 gravures de peintres réalistes, impressionnistes et postimpressionnistes, en grande majorité d’origine française.

Si l’exposition n’a pas bénéficié d’une grande couverture médiatique, voire d’aucune, c’est qu’elle traite d’un médium peu connu à notre époque: l’estampe. S’étendant sur deux salles du troisième étage du Musée, la collection comprend des gravures de Renoir, Pissaro, Degas, Van Gogh, Manet, Monet, Signac, Cassatt, Millet, Corot, Cézanne et quelques autres artistes moins influents.

Ce qui frappe à la première observation, c’est le caractère essayiste et référentiel des images sur papier: essayiste, parce que le matériel reste nouveau et expérimental pour ces peintres; et référentiel, parce que les premières gravures faites par les peintres à cette époque étaient des représentations d’autres peintres. On a ainsi, à titre d’exemple, Renoir dessinant Rodin, Pissaro représentant Cézanne, et Degas traçant le portrait de Manet. On y retrouve aussi des portraits de Comte Lepic et d’Edmond de Goncourt, clins d’œil lancés à ces premiers défenseurs du groupe de graveurs.

Aux côtés de ces nombreuses estampes présentant les principaux artistes et mécènes, l’estampe «artistique» prend une place importante. Cinq gravures de Manet, soit L’enfant et le chien, Le gamin, L’enfant portant un plateau, L’enfant aux billes de savon et Les chats, toutes conçues entre 1861 et 1868, apportent un nouvel éclairage sur le médium qui, autrement, paraîtrait strictement expérimental, scientifique et «commercial».

On découvre ensuite Signac qui, quelques décennies plus tard, travaillera la gravure selon une toute autre finalité. Dans Dimanche parisien (vers 1887), où une bourgeoise pose de façon anecdotique, un point de vue psychologique se dégage de la scène. L’intimité du personnage vient se coller au processus privé que nécessite le genre lui-même.

C’est dans les estampes de Mary Cassatt que l’on distingue le mieux les influences japonaises sur la gravure française de cette époque. En parallèle à ces références, on trouve des gravures de tableaux connus de l’artiste, dont La toilette, La carte ou L’enfant au fauteuil, faites entre 1890 et 1903.

On assiste aussi, dans Le peintre comme graveur, à la transformation de l’œuvre de Degas. Les lithographies illustrant les passe- temps urbains se transformeront avec les années et deviendront plus personnelles, jusqu’à toucher la sphère privée dans les deux magnifiques estampes La sortie du bain (vers 1880) et Les grands baigneurs (vers 1896).

La deuxième salle regroupe presque entièrement des estampes de paysages de Corot, de Pissaro et de Césanne. Quelques images sont intéressantes à explorer du point de vue de l’influence reconnaissable dans les peintures: Les Glaneuses et Les bêcheurs (vers 1855) de Millet, Le petit berger et Le Clocher (en 1855 et 1871) de Corot et L’exécution de Maximilien (1868) de Manet.

De l’exposition ne reste rien que l’assouvissement d’une curiosité pour la technique méconnue de l’estampe et l’usage qu’en ont fait certains artistes célèbres. En outre, pour apprécier Le peintre comme graveur, il faut savoir apprécier l’art de l’estampe et reconnaître la beauté d’une œuvre inachevée ou fragmentaire.

Le peintre comme graveur: Estampes impressionnistes du Musée des beaux-arts du Canada
Où: Musée des Beaux-Arts, 1380, rue Sherbrooke Ouest
Quand: 10 septembre au 6 décembre
Combien: ntrée libre

 
Sur le même sujet: