Débat sans dents
24 mars 2015 - Image par Luce Engérant
Brève.

Ce mercredi 18 mars se sont réunis tous les candidats aux différentes positions de l’Association Étudiante de la Faculté des Arts (AÉFA), exécutives ou représentatives (auprès de l’Association Étudiante de l’Université McGill) pour débattre de leurs programmes. Des débats qui, étant donné que seulement deux positions exécutives sur sept ont plusieurs candidats (vice-présidences aux affaires internes et communications), ont souvent été une vitrine pour les idées de candidats uniques.

Voilà ce qui en était de Jacob Greenspoon, unique candidat à la présidence de l’AÉFA, qui faisait justement la promotion de l’AÉFA auprès de tous les étudiants en Arts sa priorité pour l’année à venir. M. Greenspoon compte, entre autres, effectuer une «réforme démocratique» au sein de l’AÉFA, en sondant régulièrement le corps étudiant et en lui permettant de voter directement l’allocation d’un fonds réservé à un projet au choix. Pour la vice-présidence aux affaires internes se présentent deux candidats: Maria Vedeshkina et Ali Taghva. Mme Vedeshkina insiste sur l’inclusion des étudiants francophones ou vivant hors-campus quand M. Taghva souligne la nécessité d’une vision à long-terme pour l’AÉFA, en dépit d’un roulement exécutif annuel, via un plan sur 5 ans se voulant flexible mais cohérent.

Tout comme Mme Vedeshkina, Becky Goldberg, candidate unique au poste de v.-p. aux affaires externes, désire rassembler toute la communauté des étudiants en arts et en particulier les étudiants en première année, Mme Goldberg faisant part de son expérience en tant que floor fellow et membre de l’équipe Rez Warz. Thomas Cole Baron et Elaine Patterson, candidats à la vice-présidence au communications, ont aussi persévéré dans cette idée d’intégrer le plus d’étudiants possible au quotidien et aux événements de l’AÉFA. M. Baron, contributeur occasionnel au Délit, veut rendre la population de l’AÉFA plus homogène – réunissant francophones et anglophones – et en améliorer la communication interne. Mme Patterson  espère quant à elle instituer une communication collaborative, «à deux sens», surtout via les réseaux sociaux et l’application de l’AÉFA.

Finalement, Gabriel Gilling et Christine Koppenaal, candidats incontestés aux v.-p. académique et social, ont respectivement prôné plus de transparence dans la répartition et l’attribution des notes, et l’utilisation de Frosh  – le plus grand événement organisé par l’AÉFA – pour faire connaître l’AÉFA aux nouveaux étudiants de la Faculté des arts. Le poste de v.-p. finances n’avait quant à lui aucun candidat.