TaCEQ en difficulté
21 janvier 2014
Référendum à l’Université de Sherbrooke: la place de l’AÉUM est questionnée au sein de la TaCEQ.

Le regroupement national d’associations étudiantes dont fait partie l’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM) a un avenir incertain. Jusqu’à présent composée de quatre associations étudiantes, la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) pourrait voir ce nombre réduit de moitié. En effet, la population étudiante de deuxième et troisième cycle de l’Université de Sherbrooke est appelée à participer à un référendum ayant comme choix de continuer dans la TaCEQ ou de s’en désaffilier.

En entrevue avec Le Délit, Samuel Harris, le vice-président aux affaires externes de l’AÉUM, explique que ce référendum pose un enjeu important pour l’AÉUM. «Si REMDUS [le Regroupement des étudiants et étudiantes de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l’Université de Sherbrooke] quitte la TaCEQ, la question suivante se pose: est-ce que ça vaut la peine pour l’AÉUM de rester dans la TaCEQ quand celle-ci sera seulement composée de deux autres associations?». Pour Samuel Harris, un départ d’un des membres de la table de concertation affectera la réputation et le fonctionnement de la TaCEQ, qui selon lui souffre déjà d’une mauvaise image. «Je ne vois pas comment la TaCEQ pourrait marcher sans la REMDUS».

Selon ce dernier, l’Association étudiante de l’Université de Sherbrooke a été un allié important pour l’AÉUM, notamment dû au fait qu’elle s’est elle aussi positionnée contre la charte de la laïcité et qu’elle demande que les documents de la TaCEQ soient traduits en anglais, chose dont bénéficierait l’Association étudiante de McGill.

Dans le cas où la REMDUS quitterait la TaCEQ, Samuel Harris recommanderait que l’AÉUM se pose la même question quant à son affiliation à la table de concertation étudiante. Selon lui, il n’y a pas de protocole établi concernant la manière dont l’AÉUM se désaffilierait, mais il recommande la voie du référendum, qu’il perçoit comme étant la manière la plus transparente. Quant à l’hypothèse d’une affiliation de l’AÉUM à une autre association étudiante, Samuel explique qu’il n’en voit pas parmi celles existantes qui conviendrait aux membres de l’AÉUM. Il recommanderait donc que l’AÉUM développe des rapports avec les regroupements étudiants, tels la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) ou l’ Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ), sans y être formellement liée. Le référendum de désaffiliation de la REMDUS se déroulera du 21 au 23 janvier.