Débat des candidats du Plateau
29 octobre 2013 - Image par Camille Chabrol
Les élections municipales, ça se passe aussi au niveau des arrondissements.

L’Université Concordia accueillait, le jeudi 24 octobre, quatre candidats aux élections municipales dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, pour un débat autour des préoccupations étudiantes et de la qualité de vie sur le Plateau. Sont venus débattre, en anglais, dans l’amphithéâtre D.B Clarke de l’Université, un candidat au poste de conseiller d’arrondissement, David Côté (Groupe Mélanie Joly), deux candidates à des postes de conseillères de la ville, Eleni Fakotakis (Équipe Denis Coderre) et Piper Huggins (Coalition Marcel Côté), et l’actuel maire et candidat à sa propre succession Luc Ferrandez (Projet Montréal). Le débat était organisé par l’Union des Étudiants en premier cycle (Concordia Student Union, CSU) et l’Association des Étudiants en cycles supérieurs (Graduate Students Association, GSA) de Concordia, ainsi que par l’Association des Étudiants de l’Université McGill (AÉUM) et l’Association des étudiants de cycles supérieurs de l’Université McGill (AÉCSUM).

Le présentateur de CBC-Montréal, Thomas Daigle, était le modérateur de ce débat.

«Il faut que les gens [et surtout les jeunes] s’impliquent dans la politique municipale; c’est le niveau de gouvernement le plus proche de vous en tant que citoyens», a déclaré Piper Huggins, s’adressant principalement aux étudiants dans la salle.

 

Droits sur le logement

Le premier thème était celui du développement urbain et du logement sur le Plateau. Les candidats ont expliqué qu’ils souhaitaient créer de nouveaux espaces verts dans l’arrondissement. Piper Huggins et Eleni Fakotakis ont parlé des «toits verts» – qui devraient être établis sur toutes les nouvelles constructions selon David Côté. Luc Ferrandez a mentionné des projets de revitalisation de certains secteurs, notamment autour de l’Hôtel-Dieu.

Une des questions importantes pour les étudiants, portait sur le logement, les problèmes de spéculation et d’abus de pouvoir des propriétaires. «C’est un problème propre à toutes les villes attractives», a noté Luc Ferrandez. Pour Piper Huggins: «il faut avoir les moyens d’agir au niveau du municipal, pas seulement du provincial et il faut informer les étudiants de leurs droits le plus possible». Eleni Fakotakis a recommandé qu’il y ait plus d’inspecteurs de la ville pour surveiller ces problèmes.

 

OPUS, abordable et plus accessible

Le deuxième grand thème était celui des transports en commun. Au sujet de la carte OPUS mensuelle pour les étudiants de 18 à 25 ans, tous les candidats ont dit que leurs partis souhaitaient maintenir le prix réduit (actuellement de 45$). David Côté et Piper Huggins ont ajouté que leurs partis voulaient étendre ce tarif  à tous les étudiants, peu importe leur âge. Luc Ferrandez a dit pour sa part que Projet Montréal souhaitait créer un tarif réduit social pour toutes les personnes qui n’ont pas les moyens de payer le plein prix.

Au sujet du Service Rapide par Bus (SRB) – le grand projet du groupe Mélanie Joly – et du tramway (proposé par Projet Montréal), Luc Ferrandez a dit: «Le SRB peut être utile, mais parfois le tramway est plus approprié, il est plus étroit». «La décision de construire un tramway est une décision technique», a-t-il ajouté, en réponse à David Côté qui jugeait ce moyen de transport «vieille école».

La discussion a aussi tourné autour de la question des vélos, «un des moyens de transport les plus utilisés par les étudiants», comme l’a rappelé le modérateur Thomas Daigle. Piper Huggins a déclaré qu’il était primordial que les gens se sentent en sécurité lorsqu’il s’agit de prendre leur vélo: «les pistes cyclables sont surchargées et c’est pour ça qu’elles sont dangereuses».

 

Contre P6?

Le dernier thème portait sur la vie sur le Plateau. Les candidats ont tout d’abord donné leur avis sur le règlement municipal P6. «C’est un règlement qui empire la situation. Personnellement – et parce qu’au sein de la Coalition Marcel Côté il n’y a pas de ligne de parti – je m’y oppose», a dit Piper Huggins, appuyée à ce propos par David Côté et Luc Ferrandez. Eleni Fakotakis n’a pas été aussi critique que ses opposants: l’Équipe Coderre y est plutôt favorable.

 

Commerces locaux

Les candidats ont également discuté de la situation des commerces locaux. Luc Ferrandez a récemment été critiqué pour les mesures de stationnement prises sur le Plateau (notamment l’installation de nouveaux parcomètres), mesures qui auraient des effets négatifs sur les commerces du quartier. Le maire a justifié ces politiques, qui permettent de diminuer le trafic automobile dans l’arrondissement, et qui ne sont pas, selon lui, néfastes aux commerces. Il a avoué que l’impact sur l’avenue Mont-Royal ne pouvait pas encore être bien déterminé, mais qu’il restait aux aguets face à cette possible problématique.

La dernière période du débat était réservée aux questions du public dans la salle. Un étudiant a abordé le sujet de la qualité de vie des étudiants internationaux à Montréal. Tous les candidats ont alors souligné l’importance que Montréal soit et reste une ville attractive pour les étudiants d’autres pays. «On a besoin de vous», a souligné Piper Huggins.