Caméra cachée à McGill

Le Délit a rencontré le·a créateur·rice du compte Tiktok Fake People of McGill.

@FakePeopleOfMcGill

Les étudiant·e·s de McGill qui utilisent la populaire plateforme Tiktok pourraient avoir la surprise de se voir apparaître sur le flux d’actualités de leur application ( For You Page, ou FYP, ndlr). En effet, le compte Fake People of McGill (Fausses personnes de McGill, ndlr), créé au début du mois de septembre 2021, publie des vidéos prises à leur insu de personnes se promenant sur le campus mcgillois et leur attribue un faux nom et une fausse personnalité à des fins humoristiques.

Le compte a rapidement gagné en popularité, accumulant jusqu’à maintenant près de 15 000 abonné·e·s avec moins d’une dizaine de vidéos publiées ; leur première publication a été vue plus d’un million de fois. Dans les commentaires, plusieurs partagent la même pensée : apparaître dans ces vidéos est à la fois leur plus grand espoir et leur plus grande peur.

« Ne vous inquiétez pas si vous trébuchez sur le campus : je ne vais pas publier ça ! »

Le·a créateur·rice de la page, étudiant·e à McGill, a préféré garder l’anonymat même auprès de la plupart de ses ami·e·s pour « conserver une aura de mystère ». « Je trouve cela plus amusant », a‑t-il·elle expliqué au Délit. « Sur le campus, j’ai entendu des gens parler de cette page à côté de moi et raconter avoir essayé de ne pas avoir l’air trop essouflé·e·s en montant une côte sur le campus au cas où ils se feraient filmer. »

Le·a créateur·rice assure toutefois que son objectif n’est pas de mettre qui que ce soit dans l’embarras. Il·elle a comme règle de ne pas publier des vidéos montrant des personnes qui ne sont manifestement « pas à leur meilleur » et de filmer les vidéos de suffisamment loin pour rendre l’identification difficile. De plus, il·elle affirme sur son compte que quiconque souhaite faire retirer une vidéo n’a qu’à le·a contacter.

« C’est facile d’oublier que chaque personne a son propre monde et mène sa propre vie »

Le concept n’est pas nouveau : c’est en découvrant des comptes du même genre pour d’autres universités nord-américaines que le·a créateur·rice a eu l’idée d’en créer un pour McGill. « C’est facile d’oublier que chaque personne a son propre monde et mène sa propre vie. C’est un peu le but de cette page : d’observer les gens dans leur quotidien et de s’imaginer leur histoire. », explique-t-il·elle. « C’est aussi un moyen de célébrer le retour des activités sur le campus. »

Au Québec, la loi interdit de publier sur les réseaux sociaux l’image d’une personne que l’on peut reconnaître et qui n’a pas donné son accord. Puisque les vidéos sur le compte sont généralement filmées de trop loin pour clairement discerner le visage des personnes qui y figurent, Fake People of McGill se situe dans une zone grise en ce qui a trait au cadre légal. Quelques personnes dans les commentaires affirment également trouver le concept inquiétant ou étrange. 

Ces critiques n’inquiètent pas trop le·a créateur·rice, qui soutient qu’elles sont contrebalancées par les côtés positifs de la page, comme le fait de pouvoir échanger entre étudiant·e·s et de promouvoir la vie de campus. « Il y aura toujours des gens qui ne seront pas d’accord avec ce que vous faites », conclut-il·elle.


Dans la même édition