Retour progressif sur le campus

L’Université McGill bonifie son offre de services en présentiel. 

Adélia Meynard | Le Délit

L’Université McGill a informé les membres de sa communauté de la mise en oeuvre, dès le lundi 8 février, de certaines « activités d’enseignement en présentiel améliorées », communément appelées les activités de niveau 2 . Cette annonce faisait suite au point de presse du premier ministre François Legault qui, le mardi 2 février dernier, partageait son intention de voir les établissements d’enseignement supérieur offrir davantage d’activités d’enseignement en personne à leurs étudiant·e·s.

Une valeur ajoutée à l’expérience académique

Les activités de niveau 2 ne seront pas obligatoires : aucun·e étudiant·e ne sera tenu·e de se rendre sur le campus. En conférence de presse avec les médias mcgillois, le vice-principal exécutif adjoint (enseignement et programmes d’études) Christopher Buddle a affirmé que les activités nouvellement autorisées – qui pourraient entre autres inclure des séminaires, des séances de tutorat, des conférences et possiblement certains cours magistraux ou activités en laboratoire – se voulaient plutôt une « valeur ajoutée » pour les étudiant·e·s qui pâtiraient de leur isolement prolongé et qui désireraient être présent·e·s sur le campus de façon sécuritaire. Il est à noter que les activités nouvellement permises sont restreintes à l’enseignement et aux services étudiants : bien que des opportunités de travail d’équipe ou d’étude en petits groupes puissent être autorisées, les rassemblements de clubs étudiants, par exemple, demeurent strictement interdits. 

Bien que les nouvelles pratiques permises par le passage au niveau 2 varient d’un programme d’études à l’autre, Pr Buddle a affirmé que chaque faculté offrira des opportunités d’apprentissage en présentiel bonifiées. Ces diverses mesures ne se déploieront cependant pas toutes au même rythme, et les facultés devraient communiquer directement avec leurs étudiant·e·s – si cela n’a pas déjà été fait – pour leur détailler les activités qui seront offertes.

La demande et la sécurité au coeur des préoccupations

Le premier vice-principal exécutif adjoint (études et vie étudiante) Fabrice Labeau a tenu à souligner l’importance de la demande étudiante, que l’Université tentera d’évaluer afin de mieux adapter son offre de services et d’opportunités d’apprentissage. À titre d’exemple, Pr Labeau a cité la faible demande pour la prestation en présentiel de soins de santé mentale au Pôle bien-être étudiant (Student Wellness Hub), laissant entendre que ces services demeureront vraisemblablement offerts à distance. Bien que les facultés mcgilloises devraient communiquer prochainement avec leurs étudiant·e·s afin d’évaluer leur appréciation des activités présentielles offertes, Pr Labeau a encouragé les membres de la communauté étudiante à continuer de contacter les services étudiants pour leur partager leurs avis et suggestions.

« Même si un individu positif à la COVID-19 se présentait sur le campus – ce qui s’est déjà produit –, les autres membres de la communauté mcgilloise seraient protégé·e·s adéquatement, aux dires de Pr Labeau »

Pr Buddle et Pr Labeau ont également tenu à rassurer la communauté universitaire quant à l’efficacité des mesures de sécurité encadrant les activités qui seront permises sur le campus. L’Université a choisi une « organisation conceptuellement sécuritaire » (safe by design): les activités d’enseignement seraient organisées de manière à ce que même si un individu positif à la COVID-19 se présentait sur le campus – ce qui s’est déjà produit –, les autres membres de la communauté mcgilloise seraient protégé·e·s adéquatement, aux dires de Pr Labeau. Ce dernier a d’ailleurs souligné que l’Université n’avait eu aucune transmission communautaire durant les activités essentielles de niveau 1 en vigueur depuis plusieurs mois, les seules infections mcgilloises ayant été le résultat de rassemblements interdits dans les résidences étudiantes.

→ Voir aussi : Des étudiant·e·s expulsé·e·s de leurs résidences pour non-respect des mesures sanitaires

Le port du masque procédural obligatoire

En même temps que l’entrée en vigueur des activités d’enseignement en présentiel améliorées, l’Université McGill exigera désormais le port du masque procédural dans les espaces intérieurs partagés, interdisant par cette mesure le couvre-visage personnel auparavant toléré. Ainsi, dès le 8 février, des masques procéduraux devraient être offerts aux membres de la communauté mcgilloise dans les bulles d’étude, les bulles d’enseignement, les résidences étudiantes et à plusieurs points de distribution sur les campus du centre-ville et Macdonald. 

Gabrielle Genest | Le Délit

Dans la même édition