Les toits croqués

Ligne de fuite.

Parker Le Bras-Brown | Le Délit

J’ai besoin des longs trajets
des marches à travers le temps
Tends-moi la rame rends-moi la faux
On ira ensemble la marée et moi
au pays où il pleut par le bas


Il pleut par en bas dans mon pays
sur les sentiers où j’ai rêvé
du pourpre des prunes et du soleil
du vignoble tressé avec le ciel

L’eau coule sur la courbe des routes
qu’on n’a jamais su aménager

me mène du bois jusqu’au champ
du champ au chantier

et quelque part sur la terrasse
entre le galet et la fête
il y a le froid

et une maison.


Moi je resterai bâtir un radeau
pour nous, ma sœur.


Nous serons enfants des couloirs.
Nous grandirons sur la corde à linge sur le poêle
sur la pointe des pieds, la porcelaine
Nous vivrons de la blancheur des pierres
du balcon derrière les étoffes fermées

les déchirures du rideau laisseront respirer

Nous serons enfants des toits croqués
par endroit et en dedans.
Nous grandirons dans les yeux des immeubles
entre le levier des fenêtres
Nous saurons cultiver les jours.

Nous serons enfants sur les murs.
Je t’apprendrai comment
accrocher ton corps à côté de la porte
dormir dans les cadres les regards
devenir un chapeau un foulard
attendre

le retour des promenades.