Franco-canadien·ne·s et Québec – Le Délit
Franco-canadien·ne·s et Québec
Par · 25 novembre 2019
Entretien avec Sue Duguay, présidente de la FJCF.
Image par Courtoisie de la FJCF

Le Délit (LD) : Pourrais-tu nous présenter la FJCF et ton rôle dans l’organisme?

Sue Duguay (SD) : La Fédération de la jeunesse canadienne-française regroupe onze organismes membres. Dans chacune des provinces et territoires au Canada, il y a un organisme qui représente la voix des jeunes francophones et des jeunes d’expression française. C’est onze organismes — on n’en a pas au Québec ou au Nunavut. Au Nunavut, c’est dû à un trop petit nombre [de jeunes francophones], mais on travaille certainement avec toutes les provinces et territoires. Quand on pense à nos événements principaux, on peut nommer les Jeux de la francophonie canadienne, le Forum jeunesse pancanadien, le Parlement jeunesse pancanadien. Nos événements principaux sont ouverts à tous·tes les jeunes Canadiens et Canadiennes d’expression française ; même si le Québec et le Nunavut n’ont pas d’organismes jeunesse, ils ont quand même accès à nos événements. On représente la jeunesse d’expression française, ce qui veut dire qu’on organise des événements. On a un bureau d’employé·e·s qui travaillent sur ça. Nous sommes aussi la voix des jeunes d’expression française auprès du gouvernement du Canada. On se positionne politiquement, toujours dans le but de faire entendre la voix de nos jeunes. Ces temps-ci on parle beaucoup d’environnement, on parle également de la place de la voix francophone et de la modernisation de la Loi sur les langues officielles. Mon rôle en tant que présidente est entre autres de représenter la voix commune de ces onze organismes, qui représentent indirectement 65 000 jeunes, approximativement, de partout au Canada. Alors c’est vraiment d’être sensible à la réalité de différentes minorités au pays. Quand on pense aux treize provinces et territoires, c’est treize réalités toutes différentes les unes des autres, même si elles sont toutes en contexte de minorité francophone.

LD : Quels sont les projets actuels de la Fédération?

SD : De façon cyclique, on a le Parlement jeunesse pancanadien (PJP), qui se déroulera du 8 au 12 janvier 2020, viendront ensuite les Jeux de la francophonie canadienne (JeuxFC), qui auront lieu du 14 au 18 juillet 2020, le Parlement jeunesse pancanadien, et le Forum jeunesse pancanadien (FJP) qui lui, aura lieu en 2021. Sinon, on a aussi des projets un peu plus ponctuels, qui nous sont mandatés par nos membres lors de nos assemblées générales annuelles. On peut entre autres penser à l’incubateur entrepreneurial qu’on a eu l’année dernière, [dont le but était que] des jeunes entrepreneurs développent leurs propres projets. On a eu aussi un projet qui traitait de l’abaissement de l’âge du vote à 16 ans, qui est encore un de nos dossiers actifs — dans les derniers mois, il y a tellement eu de mouvement politique qu’on est restreints par le nombre de ressources humaines [dont nous disposons], bien qu’on soit choyé comparé à d’autres organismes.

LD : Si je ne me trompe pas, il y a aussi un dossier sur l’insécurité linguistique?

SD : Oui! On est en train de développer une stratégie nationale pour la sécurité linguistique. C’est important de noter que c’est la FJCF qui a été mandatée de mettre en place cette stratégie, mais c’est une collaboration qui se fait dans la communauté francophone canadienne. On a des gens dans le domaine de l’enseignement qui nous aident dans ce processus. La FCFA (Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, ndlr) était directement impliquée aussi. On a recueilli des informations, des expériences de gens partout au Canada sur comment ils vivent la réalité d’être minoritaires. On posait des questions qui tournaient autour de la sécurité et de l’insécurité linguistique. Le but final est qu’en mars 2020, on aurait une stratégie qui serait applicable dans divers domaines partout au pays et pour différents groupes sociaux. On s’entend que le dossier de l’insécurité linguistique, c’est un sujet [complexe] en soi, ça fait qu’on a naturellement collaboré avec des linguistes.

LD : Comment vois-tu la situation actuelle des droits linguistiques francophones au Canada?

SD : Les droits linguistiques en ce moment sont en cours de modernisation. Le gouvernement [Trudeau] a promis une modernisation de la Loi sur les langues officielles. Il y a cinquante ans, on a eu la dernière version de notre loi, et elle n’est plus très d’actualité. On a évolué en tant que société canadienne et on a besoin d’une loi qui a plus de mordant. La loi qu’on a présentement est une loi qui est, je ne voudrais pas dire molle, mais si on ne respecte pas cette loi, il n’y a pas vraiment de pression [de s’y conformer] de la part d’une instance légitime, sauf peut-être un mépris social. Quand ça arrive, comme en Colombie-Britannique par exemple avec leur système scolaire, à un point tel où les gens peuvent se rendre en Cour d’appel ou à la Cour suprême [pour leur système scolaire], on voit qu’il y a des questions de responsabilité canadienne. Mais du jour au jour, si on imagine une société d’État qui ne respecte pas le statut bilingue du Canada, la pénalité n’est pas énorme, il n’y a pas d’amende à payer. Quand on parle de modernisation, c’est un des points qui pourraient être changés.

LD : Comment vois-tu la relation de la FJCF aux jeunes du Québec? Est-ce que tu voudrais travailler plus avec le Québec?

SD : On cherche toujours des opportunités de collaboration. On a toujours des délégations québécoises à nos activités. Il y a clairement un effort, ça fait du bien de voir [ça] parce que ç’a souvent été le cas dans l’histoire que les Québécois s’éloignaient un peu parce qu’ils avaient leur propre réalité et leurs propres défis. Alors de voir ce vouloir de collaboration, qui a encore vraiment le potentiel de croître, ça fait du bien pour l’unité francophone canadienne ou l’unité canadienne point, en fait.

« Si on imagine une société d’État qui ne respecte pas le statut bilingue du Canada, la pénalité n’est pas énorme […] c’est un des points qui pourrait être changé »

LD : De façon générale, comment vois-tu les relations entre le Québec et la francophonie  hors Québec?

SD : Si on m’avait posé la question il y a dix ans, j’aurais eu un peu plus de difficulté à répondre, pour le simple fait que je pense que les relations étaient inexistantes — on [ne mettait] pas beaucoup d’attention là-dessus, pas beaucoup d’effort. Mais là, quand on a vu les mouvements entre autres qui se sont faits avec l’Ontario : quand M. Ford a fait des coupures, on a vu l’Assemblée nationale lever le drapeau franco-ontarien. Je pense que ç’a vraiment été un beau signe de solidarité. Naturellement, il n’y a pas seulement une communauté francophone en Ontario, il y en a dans toutes les autres provinces et territoires, mais on démontrait une solidarité qui est extrêmement importante et je pense qu’à partir de là, même dans le cadre du Sommet de la francophonie organisé par l’OIF (Organisme international de la francophonie, ndlr), il y a eu des rapports entre le Québec et les autres communautés francophones du pays dont on voit des répercussions positives jusqu’à date.

LD : Comment perçois-tu ton travail au sein de la francophonie canadienne étant donné que la présence de la langue française au Canada est issue d’un passé et d’un présent coloniaux?

SD : C’est toujours une question qui est super sensible, surtout au cours des dernières années — c’était temps qu’on se réveille à ce sujet et qu’on parle de réconciliation. Je pense que l’important c’est de comprendre qu’on parle pas ici de [droits francophones] ou de [droits autochtones], c’est plutôt une idée [des deux], d’une langue et d’une autre. Légalement, on a deux langues qui constituent le Canada, et je pense qu’il faut être conscients qu’on a beaucoup d’autres communautés, surtout des communautés autochtones, qui méritent aussi de ne pas voir leurs langues disparaître. Quand on voit justement ces statistiques qui démontrent que leurs langues sont beaucoup plus en décroissance que [la nôtre], c’est difficile. C’est toujours pour nous un défi de collaborer avec [les communautés autochtones], mais encore une fois [en prenant] conscience de ce passé colonialiste et de savoir que nous, à un moment donné, notre communauté a fait partie des colonisateurs. Alors [la question est] comment est-ce qu’on crée des relations saines à partir de ça. Bref, c’est un dossier qui est très difficile mais c’est au cœur de toutes nos décisions à la FJCF.

 
Sur le même sujet: