Nouvelle composition de l’AÉUM – Le Délit
Nouvelle composition de l’AÉUM
Par et · 2 avril 2019
Entretiens avec les membres du nouveau commité
Image par Iyad Kaghad | Le Délit

Le Délit s’est entretenu avec le président élu de l’AÉUM, Bryan Buraga.

Le Délit (LD) : D’abord, comment te sens-tu à propos de ton élection?

Bryan Buraga (BB) : Je suis très excité! C’est vraiment bien de savoir que beaucoup d’étudiants m’ont soutenu et ont soutenu ma vision. J’ai évidemment vraiment hâte de me mettre au service de ces étudiants.

LD : En parlant de ces étudiants, en ce moment, beaucoup d’entre eux se soucient peu ou pas de l’AÉUM,  étant donné qu’elle a peu ou pas d’impact tangible sur leur expérience à McGill. Est-ce qu’ils peuvent s’attendre, l’année prochaine, à ce que l’AÉUM réalise de nouveaux projets concrets et qui les touchent directement?

BB : Absolument. Pour le moment, je consacre beaucoup de mes efforts au projet de semaine d’étude en automne. Je crois qu’il s’agit d’un projet très tangible qui va affecter tous les étudiants et que plusieurs attendent depuis très longtemps. Je crois aussi qu’une partie de ce problème en est un de perception : nous ne communiquons pas assez avec les étudiants à propos de tous ces projets. Donc, j’aimerais qu’on soit en mesure de mieux communiquer avec le corps étudiant.

Une autre chose sur laquelle je veux travailler l’an prochain, avec le Vice-président aux Affaires universitaires, est la politique d’évaluation académique des étudiants, la politique de McGill qui définit comment les professeurs ont le droit d’évaluer leurs étudiants. L’une des choses qui me tiennent le plus à coeur, c’est de me débarrasser des examens finaux qui comptent pour 70% et des moyennes qui sont ramenées vers le bas, un phénomène qui représente vraiment un gros problème dans certaines de nos grandes facultés, comme par exemple Desautels. Parler aux étudiants de nos efforts dans ce genre de dossier devrait leur faire réaliser à quel point l’AÉUM est importante pour eux.

LD : Dans le débat des candidats de mardi dernier, vous avez parlé de votre volonté de créer un comité pour améliorer la communication avec les étudiants. L’AÉUM a déjà plusieurs comités dont peu d’étudiants connaissent l’existence. Quelle forme va prendre ce comité et comment va-t-il être différent de toutes les autres instances qui ont été mises en place auparavant?

BB : Ce projet est différent parce que ce ne sera pas nécessairement un comité ; ce sera un nouveau bureau de l’AÉUM. Vous savez, ce sont différentes positions. Comme bureau, nous avons déjà par exemple le bureau du commissaire à l’éthique, ou encore le bureau de chaque exécutif de l’AÉUM. Chacun de ces bureaux a son propre portfolio. C’est un tout nouveau bureau que je veux créer, appelé Communication AÉUM, qui aura un ou des employés à temps plein. Mon plan pour payer ces dépenses est de faire adopter une augmentation des frais de l’AÉUM de 15 dollars dans un référendum la semaine prochaine, ce qui nous permettra d’avoir la capacité salariale pour avoir un responsable des relations publiques à temps plein pour être sûr de bien communiquer avec nos étudiants.

LD : D’accord, mais la semaine dernière, un référendum pour augmenter les frais de l’AÉUM par 30 dollars a justement échoué. Est-ce que cela va avoir un impact sur vos projets et allez-vous réessayer de faire passer une augmentation malgré ce premier refus des étudiants?

BB : Je pense que le problème que nous avons eu à faire adopter ces plus grands frais vient du fait que c’était une trop grande augmentation proposée trop rapidement. Ces 15 dollars vont nous donner la base dont nous avons besoin pour faire notre travail correctement parce que nous n’avons tout simplement pas assez de ressources en ce moment  pour pouvoir faire tout ce que les étudiants veulent que nous fassions.

LD : On doit admettre que le projet de convaincre McGill de mettre en place une semaine d’étude à l’automne en est un qui est très ambitieux. Qu’est-ce qui a été fait jusqu’à maintenant et comment comptez-vous mener ce projet à bien? Si ça ne fonctionne pas, seriez-vous prêt à laisser tomber?

BB : Je me battrai jusqu’à la toute fin! Vraiment, je crois que nous sommes tellement proche de l’avoir! Honnêtement, tellement de bon travail a été fait l’an dernier, en proposant un sondage, en travaillant avec des administrateurs et des membres du personnel de McGill. Maintenant, il va y avoir un référendum spécifiquement sur l’option qui marche le mieux selon nous ; nous proposons de commencer l’école une semaine avant le jour du travail pour compenser pour une semaine complète d’étude pendant la semaine de l’Action de grâce.

LD : Est-ce que le comité va se pencher sur le problème spécifique de la participation des francophones à leur association étudiante?

BB : Oui, absolument. Je crois que nous ne nous adressons pas assez à la communauté francophone. Surtout que les francophones, je crois, représentent une portion importante des McGillois de premier cycle.  Personnellement, je vais essayer d’apprendre le français et je compte suivre deux cours de langue l’an prochain pour être en mesure de mieux communiquer avec les francophones.

Le Délit a aussi posé une question aux nouv·eaux·elles membres exécutif·ve·s.

Pouvez-vous vous présenter et résumer vos principaux projets pour l’année prochaine?

Sam Haward, Finance:

Je m’appelle  Sam, je suis en U2 en spécialisation économie et sciences politiques. Je viens de Newcastle-upon-Tyne au Royaume-Uni, mais j’ai aussi passé quelques années de mon enfance à Cincinnati, en Ohio. En ce moment, je suis le député de parlement à l’AÉUM. 

Mon but l’année prochaine est de rendre la vie plus facile pour les clubs et services en réformant le processus d’apprentissage du système par les exécutifs. Cela comprendrait l’ajout d’un guide disponible en tout temps à travers Google Classroom. De plus, j’aimerais promulguer des réformes des comités de finances de l’AÉUM, puisqu’en ce moment ils ne se réunissent pas lorsqu’ils le devraient et n’ont aucun mandat clair. En faisant cela, j’aimerais créer un comité de Finances qui pourrait travailler pour rendre certains processus difficiles plus efficaces et agirait comme une entité à laquelle les clubs et services pourraient soumettre des inquiétudes ou des suggestions. Enfin, j’espère travailler avec les Services aux étudiants de McGill pour prendre part à leur renégociation du International Student Health Plan et utiliser les liens de l’AÉUM avec Studentcare pour réduire le coût des assurances pour les étudiant·e·s internationaux·ales tout en conservant le même montant de couverture.

Sanchi Bhalla, Affaires internes

Allo, moi c’est Sanchi, une étudiante de gestion U2, Italienne et étudiante en théâtre. Je suis très heureuse d’être votre prochaine VP aux Affaires internes. Mon but premier est de faire de McGill un endroit plus amical et de l’AÉUM un organisme où les étudiant·e·s veulent s’impliquer. Je planifie de réaliser ce premier but en faisant la promotion d’un sens de fierté de McGill, au lieu de la fierté spécifique à chaque Faculté qui existe en ce moment, et cela en encourageant les élu·e·s de l’AÉUM à tisser des liens avec les étudiant·e·s via des takeovers Instagram sur le compte officiel de l’AÉUM, une chronique bi hebdomadaire dans une publication du campus, et des ateliers sur les fondements d’une campagne politique.

Adam Gwiazda-Amsel, Affaires externes

Bonjour ! Moi c’est Adam, étudiant en philosophie et économie. En tant que Vice-président aux Affaires externes, j’aimerais laisser à vous, les étudiant·e·s, l’opportunité d’utiliser les vastes ressources de l’AÉUM pour pouvoir vous mobiliser quand vous voyez des opportunités d’amélioration de la vie des étudiant·e·s à McGill. On a vu du succès cette année avec les campagnes des étudiant·e·s autochtones, entre autres, ce qui me donne confiance qu’on peut continuer ce travail important. D’autre part, j’aimerais tirer avantage de ma connaissance de la ville pour pouvoir créer des opportunités de liaison entre McGill et Montréal. Ceci comprend l’établissement de nouvelles relations entre des groupes communautaires et les étudiant·e·s afin de renforcer notre sens d’appartenance et pour introduire de nouveaux domaines de bénévolat, engagement culturel, etc. Finalement, j’ai l’intention de renouveler l’effort pour former ou joindre une union collective de différentes universités québécoises, pour pouvoir mieux représenter les intérêts des étudiant·e·s durant nos négociations avec les gouvernements fédéral et provincial.

Madeline Wilson, Affaires universitaires

Je m’appelle Madeline, je suis une étudiante de troisième année en sciences politiques et géographie, je viens de Phoenix, en Arizona, et je viens d’être élue VP aux Affaires universitaires de l’AÉUM pour l’année prochaine! J’ai hâte de commencer l’année du bon pied et tirer parti de l’élan des campagnes étudiantes actuelles. L’année prochaine, nous allons demander des comptes à McGill, travailler pour rendre les cours plus accessibles, et donner aux étudiant·e·s une raison d’être fier·ère·s de leur Association.

Le cinquième membre exécutif, Billy Kawasaki, n’a pas répondu à nos sollicitations.

 

 

 
Sur le même sujet: