Un événement d’envergure mondiale – Le Délit
Un événement d’envergure mondiale
Par · 19 mars 2019
Urgence climatique : les étudiant·e·s dans les rues
Image par Iyad Kaghad | Le Délit

Aux quatre coins de la planète, la jeunesse est sortie dans les rues manifester pour le climat. Elle appelle les décideur·euse·s du monde entier à prendre les mesures nécessaires pour limiter l’ampleur de l’effondrement écologique en cours.

La jeunesse reprend ses droits

Cela fait plus de trente ans que les scientifiques de tous les horizons tirent la sonnette d’alarme. En 1988, les Nations Unies créent le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Cet organisme publie un rapport annuel dans lequel il démontre que la température globale de ne cesse d’augmenter. En 1995, à Berlin, la première conférence sur le climat a lieu.

Malgré un effort de coopération pour le bien commun, les décideur·euse·s du monde entier ne semblent pas se sentir concerné·e·s par la cause environnementale au point de changer leurs projets. Les chiffres de la bourse ont plus d’impact sur leur quotidien que ceux affichés par le thermomètre. La crise climatique ne semble être pour eux·elles qu’un récit futuriste conté par des « Nostradamus des temps modernes. »

À partir des années 2010, les premiers effets du réchauffement climatique commencent à se faire ressentir au quotidien. L’indifférence d’autrefois se transforme en anxiété du lendemain. Les partis politiques écologistes occidentaux rassemblent progressivement des individus aux intérêts variés. Dorénavant, les populations font le lien entre l’extinction massive des espèces et la fragilité du système financier occidental. Il·elle·s comprennent que l’eau est le nouvel or ; que la valeur de leur argent n’a de réalité qu’en fonction des ressources disponibles dans le monde. Les inactions d’hier rattrapent les générations actuelles.

Néanmoins, les réseaux sociaux et l’information disponible presque instantanément semblent avoir permis la responsabilisation massive des citoyens.

En 2018, Greta Thunberg, une adolescente suédoise âgée de seize ans, décide de faire l’école buissonnière une fois par semaine. Tous les vendredis, elle se rend devant le parlement suédois et manifeste contre son gouvernement tant qu’il n’aura pas proposé de solutions viables au réchauffement climatique. Petite fille du réalisateur des dessins animés le Livre de la Jungle et de Blanche-Neige et les sept nains, Greta Thunberg ne tarde pas à devenir une activiste médiatisée. Elle suscite l’intérêt de la presse et devient, en l’espace de quelques semaines, la chef de file du mouvement mondial de la jeunesse pour le climat et la justice sociale. Inspiré·e·s par son activisme, un million d’étudiant·e·s de tous les horizons sont sorti·e·s dans les rues pour la cause défendue par l’adolescente le vendredi 15 mars 2019.

Quelques chiffres

La manifestation du vendredi 15 mars est à ce jour la plus grande marche pour le climat jamais organisée. Au Québec, de nombreuses villes ont accueilli un total de plus de 150 000 personnes qui défilaient pour protester contre l’inaction des gouvernements face au réchauffement climatique, selon les organisateur·rice·s de la manifestation.

Le Parisien compte 40 000 manifestant·e·s dans les rues de la capitale française. À Melbourne, le nombre de manifestant·e·s a été estimé à 20 000. En tout, 2000 manifestations auront été organisées dans 125 pays selon The Guardian. Le pays qui en a organisé le plus est la France avec 209 marches comptabilisées. Il est suivi de très près par l’Allemagne qui en compte 195, l’Italie (178) et la Suède (123).  Dans toutes les manifestations, des slogans et discours appellent à un changement radical de système.

À lire aussi :

 
Sur le même sujet: