Herbert Bayer, père de l’art environnemental – Le Délit
Herbert Bayer, père de l’art environnemental
Par · 23 octobre 2018

De naissance autrichienne, Herbert Bayer débute comme apprenti dans un cabinet d’architecture et de graphisme, à Linz, puis à Darmstadt en Allemagne. L’éclectisme des disciplines est déjà pour Bayer une norme. En peinture, il cristallise les influences majeures et pourtant antagonistes du surréalisme, de l’expressionnisme et du constructivisme. En 1936, Bayer invente ce qu’il nomme ses Fotoplastiken: des éléments abstraits réalisés en sculpture, puis insérés par photomontage dans des paysages naturels ou architecturaux.

Ce détournement de la sculpture au profit de la photographie constitue le fond de l’art publicitaire de Bayer. En 1955, Bayer innove également dans un autre domaine : il invente le paysage sculptural. Son Grass Mound, œuvre de terre et de gazon tantôt concave, tantôt convexe, dans lequel le spectateur peut se promener, sera un modèle pour les jeunes sculpteurs américains des années 1960 et 1970. L’exposition, qui met à profit l’expérience acquise par Bayer, est conçue comme un parcours dramatique tenant constamment le spectateur en éveil : les sols sont envahis de flèches, de traces de pas et de figures directionnelles, les objets sont suspendus dans l’espace et d’immenses photographies créent des ruptures d’échelles. Conseiller artistique, il élabore des projets d’agencements intérieurs partout dans le monde et réalise des espaces en trompe-l’œil qu’il transpose en de véritables espaces ouverts.

Il élabore ainsi l’une des premières formes d’art environnemental et annonce le mouvement du Land art à venir. Sur les pas de Bayer, des artistes du monde entier créeront des « earthworks », de l’art processuel, de l’art écologique. Leurs œuvres, aussi différentes soient les démarches et les interrogations qui les sous-tendent, s’articulent généralement autour de la notion de terrain, autour des réactions individuelles à celui-ci et des activités qui s’y déroulent. Les œuvres sont sculpturales (tridimensionnelles) et/ou fondées sur la performance (processus, site, temporalité) et la façon dont le temps, les forces de la nature, et les spectateurs agissent sur ces espaces.

 
Sur le même sujet:
30 octobre 2007
22 septembre 2015