Conseil législatif du 16 novembre
28 novembre 2017
Gouvernance, francophonie et antisémitisme à l’ordre du jour.

Autrement plus calme que ceux des dernières semaines, le Conseil Législatif du 16 novembre 2017 fut tout de même parsemé de quelques moments à noter, tels que la démission de la vice-présidente aux Finances de l’Association des Étudiants en premier cycle de l’Université McGill (AÉUM, ou SSMU en anglais, ndlr), Arisha Khan. Voici le rapport du Délit sur cette réunion, les motions qui y furent votées et les rapports qui y furent présentés.

Remise en question

Avant même le début du conseil, une intervention atypique de Martine Gauthier, directrice des Services à la vie étudiante, et surtout d’Ollivier Dyens, deputy provost, vint marquer le coup. Dans cette intervention rapide, Dyens critiqua fermement les problèmes de gouvernance de l’AÉUM, et présenta un réquisitoire des membres exécutifs et de leur politique de gouvernance. Suite à ces remarques, les intervenants quittèrent la salle et le Conseil commença.

Quelques annonces de forme tout d’abord, telle que celle de Jemark Earle, v.-p. à la Vie étudiante qui applaudit SACOMSS (Sexual Assault Center of the McGill Students’ Society, en anglais, ndlr) pour son 23e anniversaire. Par la suite, les exécutifs de l’AÉUM annoncèrent la démission d’Arisha Khan. Cette annonce ne fit pas grand bruit, malgré une question du McGill Daily s’enquérant de la façon dont les tâches de la v.-p. seraient gérées par la suite. Maya Koparkar, v.-p. aux Affaires internes de l’AÉUM répondit que des élections auraient lieu pour le semestre d’hiver, et que les responsabilités de la vice-présidente seraient distribuées entre les autres membres exécutifs en attendant. Le Conseil passa rapidement à la suite.

« Dans cette intervention rapide, Dyens critiqua les problèmes de gouvernance de l’AÉUM »

Motions à l’ordre du jour

La première motion à être débattue fut «La motion pour que le Comité de Nomination du Conseil des Directeurs prenne en charge la sélection des futurs membres du Conseil anonymement». Cette motion fut proposée par de nombreux conseillers suite aux reproches de manque de transparence du Conseil des Directeurs. Son but est de retirer le nom des candidats aux candidatures pour le poste de membre du Conseil des Directeurs, afin d’éviter tout biais ou favoritisme de la part du comité de sélection. Un débat s’amorça immédiatement concernant quelles informations devraient être retirées. Un amendement fut proposé pour que soit retiré non seulement le nom du candidat, mais aussi toute information pouvant l’identifier, ce à quoi l’on rétorqua qu’il faudrait, en suivant cette logique, retirer de la candidature le poste qu’occuperait potentiellement le candidat dans un Conseil, — certains départements n’ayant qu’un unique poste de représentant, la mention de ce poste permettrait donc d’identifier le postulant. La v.-p. Connor Spencer proposa alors de rectifier l’amendement, retirant des candidatures seulement les informations permettant d’identifier le candidat mais ne nuisant pas à sa candidature en lui retirant de l’expérience, ce qui ne comprendrait donc pas les différents postes occupés dans le gouvernement étudiant. La proposition d’amendement fut alors acceptée et la motion approuvée.

La motion suivante pour appeler à une période de référendum spéciale fut longuement débattue elle aussi, pour des raisons logistiques. Cependant, ll n’obtint pas la majorité des votes, et fut donc rejetée.

La suivante faisait suite aux récentes accusations d’antisémitisme de la part du gouvernement étudiant. La motion comptait répondre à certaines des préoccupations en créant un Comité spécial sur l’antisémitisme, chargé de surveiller les pratiques judéophobes qui auraient potentiellement cours sur le campus. Siègeraient à ce Comité un représentant de chaque association juive du campus — Hillel McGill, Chabad at McGill, etc — ainsi qu’un conseiller et un directeur. Ce Comité aurait, de plus, un représentant au Conseil législatif pour rendre compte des rapports et des mesures envisagées. Il serait chargé de «confronter les problèmes d’antisémitisme, à la fois structurels et perçus par la communauté, au sein de l’AÉUM. Il devra développer des recommandations sur comment l’AÉUM peut aider les personnes s’identifiant comme juives à être plus à l’aise sur le campus, surtout à l’intérieur du gouvernement étudiant». Après quelques modifications à la structure du Comité — afin d’y inclure le conseiller Koch qui demandait à être membre, notamment —, la motion fut adoptée.

Une autre motion approuvée fut celle visant à amender les règles du Conseil concernant la soumission de motions. En effet, au dernier Conseil législatif, plusieurs conseillers, notamment la conseillère Campbell, se plaignirent d’un trop grand nombre de motions proposées au dernier moment, sans laisser le temps aux membres du Conseil d’en prendre connaissance et d’y réfléchir. La motion avait pour but d’obliger les motions à être soumise avec une certaine avance.

Enfin, une dernière motion explorait le thème des problèmes de gouvernance de l’AÉUM, et envisageait la création d’un Comité pour régler ceux-ci. Suite à de courtes délibérations, la décision fut prise que différentes options concernant quel chemin envisager seraient proposées au prochain Conseil.

« Isabelle Oke, présenta son rapport en français, devant les sourires admiratifs du Conseil »

Un peu de francophonie

Après l’ordre du jour, la réunion se poursuivit avec les différents rapports de Comités, conseillers et exécutifs.

La v.-p. Spencer fit son rapport sur les Congrès d’automne de l’Association pour la Voix Étudiante au Québec (AVÉQ) et l’Union pour les Étudiants au Québec (UÉQ). Elle rappela ensuite que son comité, pour présenter les associations aux élèves afin de les aider à choisir laquelle rejoindre, était formé, mais toujours prêt à engager de nouveaux membres.

La présidente de l’AÉUM Muna Tojiboeva présenta ensuite le rapport de la première réunion du Comité des affaires Francophones, durant laquelle «nous avons discuté du mandat du Comité et de l’état des affaires francophones sur le campus, et ce que nous pouvions y faire en tant que Comité».

Enfin, inspirée par ces motions liées à la francophonie, la v.-p. aux Affaires universitaires, Isabelle Oke, présenta son rapport en français, devant les sourires admiratifs du Conseil. La réunion se déroula donc sans encombre et sans réel conflit, et se clôtura aux alentours de 23h, plus d’une heure plus tôt que les deux précédentes.

 
Sur le même sujet: