Je viens d’un monde en charbon

Je viens d’un monde en charbon
Où les murs ont froid
Il n’enrobe que les mirages
Les étreintes presque soumises ne sont qu’élixirs qui les étranglent
Statues fanées
Où le plâtre ne se verra que décor
Où l’on épouse les cintres de la raison
Qui pendent comme un corps encore chaud