Des paroles… et les actes?
31 janvier 2017 - Image par Mahaut Engérant
Retour sur la tension entre étudiants et administration au sujet du désinvestissement.

Un récent rapport présenté par le vice-principal exécutif Christopher Manfredi au Sénat ce mois-ci revient sur les forums ouverts à propos de la durabilité ayant eu lieu en septembre dernier. En mars 2016, le Committee on matters of social responsibility (CAMSR) du Conseil des gouverneurs avait choisi de ne pas donner suite aux pétitions de l’association étudiante Divest McGill appelant l’administration à mettre fin à ses investissements dans des entreprises opérant dans le domaine des combustibles fossiles. Le comité avait justifié ce rejet par le manque de preuves quant à l’impact social négatif des industries de combustibles fossiles, ajoutant que leurs bénéfices «l’emportaient pour le moment sur ses impacts préjudiciables». Suite à cette décision controversée, la principale Suzanne Fortier s’était engagée à tenir trois forums publics sur la durabilité et les recommandations du CAMSR. Le rapport du professeur Frédéric Bachand, de la Faculté de droit, revient sur cet épisode et met en lumière la défiance des étudiant·e·s quant aux moyens mis en œuvre par McGill pour faire face au changement climatique.

Un manque de confiance

L’analyse du professeur Bachand met en lumière les difficultés de communication entre l’administration et les corps activistes étudiants. Parmi l’assistance, composée de membres de Divest McGill, d’anciens étudiants, de membres du personnel et du corps professoral, de nombreux participants ont ainsi fait part de leur perte de confiance en l’administration suite au rejet du projet de désinvestissement. Son déni des conséquences dramatiques de l’industrie des combustibles fossiles sur l’environnement a été particulièrement décrié. Le manque de transparence du CAMSR quant à ce dossier a également été pointé du doigt. Certaines des personnes présentes ont également déploré le manque de considération du comité pour les revendications environnementales de Divest McGill, imputable selon certains au fossé générationnel entre l’administration et un corps étudiant qui souffrira considérablement des répercussions du réchauffement climatique.

Un grand nombre de participants ont également pointé du doigt le manque de cohérence de l’administration mcgilloise

Un projet manquant d’audace

La plupart des vues exprimées dans ce rapport regrettent en effet les efforts écologistes trop timides de l’administration, l’appelant au contraire à opérer un véritable virage environnemental. Les participants ont notamment souligné la nécessité de prendre des engagements plus contraignants afin de lutter efficacement contre le réchauffement climatique. Parmi les propositions énoncées, on trouve le développement des services de compostage, l’ajustement du système de chauffage de l’université ou encore l’augmentation du nombre de classes liées aux questions environnementales, sans distinction de programme.

Outre ces suggestions, un grand nombre de participants ont également pointé du doigt le manque de cohérence de l’administration mcgilloise, que ce soit dans sa stratégie environnementale ou dans son engagement en faveur de la réconciliation avec les communautés autochtones. Ils soulignent plus particulièrement l’écart entre les objectifs affichés de McGill et les moyens mis en place pour les atteindre.

Dans cette optique, nombre d’entre eux ont ainsi demandé à l’administration de prendre en compte l’impact social, sanitaire et culturel dramatique du développement des oléoducs sur les communautés autochtones et de réévaluer les conclusions du CAMSR afin d’œuvrer vers une réconciliation effective. Ces témoignages mettent en relief un problème de confiance récurrent dans les relations entre les organisations étudiantes et le corps administratif. Si l’on peut s’attendre à ce que Divest McGill poursuive ses efforts dans le futur, ce rapport suggère que l’avenir de la collaboration entre l’administration et les groupes activistes étudiants reste, quant à lui, incertain. 

 
Sur le même sujet:
27 septembre 2016