Méandres de musique
2 février 2016 - Image par Salomé Grouard
Plongée dans l’écoute d’œuvres musicales au Centre Phi de Montréal.

Le concept de Die Pod Die est simple et efficace: des séances d’écoute attentive d’œuvres avec du matériel de qualité, afin de redonner du sens à l’album en tant qu’entité. Le 24 janvier, pour cette première édition montréalaise, le Centre Phi présentait les albums Remain In Light des Talking Heads et Zubberdust! du groupe québécois Avec le Soleil Sortant de sa Bouche. Ces événements ont pour but non seulement de promouvoir l’écoute musicale de qualité mais aussi de faire découvrir la scène locale: la séance s’est ainsi terminée sur une discussion avec les membres du groupe local.

Dans un premier temps, la salle s’assombrit et le quatrième album du groupe post-punk américain est lancé sur la platine. On est immédiatement pris dans l’ambiance avec cette basse funky et ces rythmiques africaines. Le public reste assis en silence pour se concentrer sur la musique dans tous ses aspects. Puis quarante cinq minutes plus tard vient le second album. C’est un véritable moment de recueillement et de redécouverte de la musique.

Un moment de transe

Le groove de l’album des Talking Heads nous prend aux tripes. La qualité impressionnante du son ainsi que le cadre de l’événement permettent d’apprécier réellement cette œuvre dans sa totalité. On prend rarement le temps de se poser pour écouter un album du début à la fin, sans rien faire d’autre à côté; mais plongé dans le noir, confortablement installé, on ferme les yeux et on se retrouve en communion avec la musique. Les morceaux s’enchaînent et on s’enfonce dans les profondeurs de ce recueil particulièrement bien produit. La différence est nette par rapport aux débuts du groupe: le son est propre, la méthode de travail différente et les morceaux sont le résultat d’improvisations. Le producteur Brian Eno (ayant entre autres produit l’album Heroes de David Bowie) a eu une grande influence dans le résultat final, tout comme la participation d’autres musiciens tel que le claviériste de Funkadelic. On est pris par les rythmes et on se laisse emporter.

Salomé Grouard

Exploration québécoise

Après ces minutes, plongé dans cette nouvelle vague (New Wave, ndlr) africanisée, Zubberdust! commence. On sent le lien avec l’album joué précédemment: très rythmé, assez funk, et des riffs marqués. Avec le Soleil Sortant de sa Bouche est un groupe issu de la scène expérimentale et souhaitait s’en détacher en créant un aspect plus joyeux que ce qu’on trouve généralement dans le milieu. Cependant, le fait que cet album ait été joué en second, juste après les très reconnus Talking Heads, les met dans une mauvaise position. La production est beaucoup moins poussée et ça se ressent. C’est un groupe jeune issu d’un label indépendant et il est dur de rivaliser avec un groupe aussi mythique, ayant joué avec des icônes du rock comme les Ramones ou encore Blondie. Il aurait été plus judicieux de faire passer leur album en premier car la différence se fait très nette entre les deux œuvres et dévalorise le groupe montréalais. Cela n’empêche cependant pas d’apprécier l’album et de se laisser prendre dans ses rythmes et les riffs. On apprécie également  cette découverte de membres de la communauté musicale québécoise.

Cette séance d’écoute et la mise en parallèle de ces deux albums s’est révélée être une expérience très agréable. Cela change de l’écoute aléatoire sur son iPod et donne envie de se poser plus souvent pour écouter de la musique, et seulement cela. 

 
Sur le même sujet:
27 janvier 2015
17 mars 2015
15 septembre 2015