Agitation mondiale et islam politique
16 novembre 2015 - Image par Eléonore Nouel
Récapitulatif d’une année 2015 marquée par de nombreux attentats.

Suivant différents modus operandi, plusieurs attentats meurtriers ont été perpétrés cette année à l’échelle mondiale au nom d’un islam politique. À l’heure où l’Élysée réplique au groupe État islamique, aussi désigné sous le nom de Daesh, en envoyant dix de ses chasseurs Rafales mener des frappes stratégiques contre un fief syrien contrôlé par le Califat, il convient de faire le point sur les dernières attaques terroristes survenues ailleurs. Tantôt revendiquées par l’État islamique (ÉI), tantôt par Boko Haram, tantôt par des loups solitaires radicalisés, plusieurs attaques ont troublé l’année 2015. Voici une revue des derniers événements.

Le 12 novembre dernier, deux kamikazes ceinturés d’explosifs ont provoqué la mort de plus de 40 personnes et en ont blessé 200 autres à Beyrouth, au Liban. Revendiqué par le groupe djihadiste sunnite État islamique par voie de communiqué, le double-attentat visait un quartier chiite fief du Hezbollah qui, rappelons-le, guerroie en Syrie aux côtés du gouvernement de Bachar Al-Assad contre le Califat qui occupe la moitié du territoire. Rappelons que l’ÉI avait aussi revendiqué sur Twitter quelques jours auparavant le fait d’avoir provoqué l’écrasement d’un avion russe en transit au-dessus de la région du Sinaï en Égypte.

Eléonore Nouel

L’attentat, perpétré au nom d’une «juste réponse» aux attaques russes contre l’ÉI en Syrie, a provoqué la mort de la totalité des passagers de l’aéronef, soit plus de 200 personnes. Rappelons que l’ÉI, a établi un Califat autoproclamé qui étend son emprise sur plusieurs régions moyen-orientales. Disposant de moyens financiers et matériels guerriers croissants, le groupe terrorise les populations locales au nom d’un islam politique radical et recrute des sympathisants à travers le monde en misant sur la haine de l’Occident et sur un désir d’en affaiblir l’emprise sur le monde.

D’autres actes terroristes et violents ont été commis cette année, pouvant être liés directement ou indirectement à l’islam politique et à la haine des valeurs occidentales que ce dernier suppose. Récemment, le groupe extrémiste Boko Haram a perpétré de meurtriers attentats au Nigéria, causant la mort de dizaines de civils. Ces morts ont été causées par pas moins de six événements terroristes depuis le début du mois d’octobre, et ne sont pas les seuls actes violents à avoir été commis par le groupe djihadiste salafiste désormais associé à l’ÉI. Cette année seulement, plus de 1000 écoles ont été détruites dans la région du lac Tchad rapportait récemment Le Figaro.

D’autres attaques terroristes non revendiquées par un groupe terroriste particulier mais non moins meurtrières et toujours à la saveur d’un radicalisme religieux ont frappé la planète cette année. Ainsi à Copenhague, en février, un individu inspiré par l’attaque contre Charlie Hebdo a ouvert le feu à proximité d’une salle où une conférence sur l’art et la liberté d’expression se déroulait. L’un des orateurs invités était le caricaturiste Lars Vilks, menacé de mort après avoir caricaturé un Mahomet coiffé de bombes en 2007. L’année 2015 ayant débutée, nous ne l’oublions pas, avec les attentats contre Charlie Hebdo et la prise d’otage dans un supermarché kasher à Paris. La liste s’allonge et il est difficile d’en offrir une revue exhaustive. Force est de constater que l’islam politique radical, alimenté par un mépris pathologique de l’Occident et de ses moeurs, pose un problème important à l’échelle internationale. 

 
Sur le même sujet: