«Le succès du rap est dans son ouverture.»
10 février 2015 - Image par Bonsound
Le Délit a rencontré en exclusivité les deux membres du groupe de rap acadien Radio Radio, Jacques Alphonse Doucet et Gabriel Louis Bernard Malenfant.

Le Délit (LD): Pouvez-vous faire un bref historique de votre groupe pour les lecteurs du Délit?

Jacques Alphonse Doucet (JD): On s’est rencontrés en 2002 à Moncton quand on avait différents groupes et projets particuliers, pis on est devenus amis. C’est pas avant 2006-2007 qu’on a commencé à écrire de la musique ensemble pour créer Radio Radio. On a fait un EP pour se faire connaître ici à Montréal pis en Acadie. Et là par après en 2008, après qu’on a rencontré notre label, avec le EP, on a sorti Cliché hot; c’est un premier album qui s’est fait connu. On a joué à l’ADISQ avec Ariane Moffatt. On s’est fait connaître un peu plus au Québec avec «Jacuzzi» qui s’est fait pické up par Telus. Après on a fait Belmundo Regal, avec Timo qui quitte le groupe. Après Belmundo Regal on décide d’aller changer les saveurs pis faire Havre de grâce en Louisiane pis en Nouvelle-Écosse; pour toute changer les idées, pis faire quelque chose qu’y’est plus artistique et flyé. Et là on retourne avec Ej Feel Zoo, un party album, qu’on voulait ajouter pour faire un show live plus énergétique. Depuis, Alexandre aussi a décidé de faire un projet solo.

LD: Est-ce que vous considérez la chanson, et dans votre cas le rap, comme partie de la littérature?

JD: Dans la poésie, oui. Avant Radio Radio on était publiés dans Exit. Quand tu fais ton album t’es publié sur ton livret, d’une façon ou d’une autre,  juste pas de la façon traditionnelle en littérature… On fait pas les salons du livre! Mais je dirais, oui, c’est de la littérature parce qu’on raconte des histoires. Y’a des thématiques, y’a de la poésie. Sauf qu’on le présente pas comme ça. Mais ça ferait drôle pareil: prendre toute les albums pis faire un petit livre de poésie en format régulier. Pour les dix ans de Radio Radio ou dans quelques années.

Gabriel Louis Bernard Malenfant (GM): Moi je pense que c’est totalement de la poésie. C’est rap: c’est rhythm and poetry. C’est pas packagé comme un livre de poésie à l’Édition Perce-Neige [mais] ça pourrait facilement l’être. J’pense que y’a du snobisme à tous les niveaux de la littérature. J’pense qu’avec du recul pis avec de l’ouverture d’esprit, on voit que les jeunes aujourd’hui consomment plus de rap qu’ils consomment de poésie traditionnelle. J’pense c’est important d’avoir les deux. L’idée du rap c’est un gars qu’y a mis son âme, qui communique avec ses mots, son histoire, j’pense par exemple à Tupac: y’a plein de cours universitaires qui l’étudient avec une perspective de littérature.

LD: Qu’est-ce que le rap vous permet d’exprimer de plus que l’écriture seule ou la chanson traditionnelle?

GM: J’pense que le rap et la culture hip-hop sont tellement universels, pis ont pris le globe par assaut: autant que sur la télévision on va voir du gansta rap, qui a un côté beaucoup plus matériel, y’a du rap pour tout le monde: y’a du conscious rap, y’a du christian rap, du spiritual rap, y’a du party rap, y’a du rap de n’importe quoi. Le succès est dans son ouverture, pis dans sa capacité de s’adapter à la réalité de n’importe qui, pis le lifestyle de n’importe qui. Ce qu’y’est cool avec le groupe, c’est qu’on a chacun notre perspective, notre thématique, ce qui fait que nos fans peuvent être de n’importe quelle humeur pis de n’importe quel background pis ça finit par toucher une certaine corde. On peut explorer différents côtés de nous autres.

JD: Moi j’ai tombé dans le rap par accident parce que j’aime beaucoup l’country. J’aimais écouter l’country pis j’aime les histoires du country, et là le rap y’a des histoires aussi. Les deux ont des histoires, mais avec le country je me limitais parce que souvent c’est des courts textes pis tu peux pas aller en détail, pis tu peux pas t’amuser, pis jouer avec la langue c’est plus difficile en country. Dans ma tête y’avait pas assez de texte: avec le hip-hop tu peux aller dans des tangentes pis t’amuser. Avec le country faut vraiment choisir ses mots.

GM: Les thématiques c’est comme: «J’tais drunk, my girlfriend, pis mon truck, pis mon chien»…

JD: … non mais, c’est bien plus que «C’est mon chien qu’est mort». Mais j’trouvais que c’était plus difficile de faire du country que faire du rap, pas dire que le rap c’est facile aucunement, mais c’était trop difficile avec le country parce que j’avais trop de textes…

GM: … pis pas de truck pis pas de chien!

LD: Comment trouvez-vous l’état de la littérature acadienne aujourd’hui?

JD: J’trouve c’est l’fun, j’veux dire avec les artistes qui sort pis qu’écrivent dans leur langue c’est l’fun. Chai pas j’ai hâte de voir comme la prochaine génération, qu’est-ce qu’y vont faire avec. Et non seulement y’a le parler, le côté acadien, mais y’a la littérature aussi. Dans mon opinion, porter l’Acadie c’est l’fun: le Québec découvre l’Acadie, mais j’pense qu’en littérature il faut aller au-dessus de ça, ça doit être compris par tout le monde. Pour pas que ce soit seulement une affaire de «Ah c’est acadien», mais une affaire de «Ah c’est de la bonne littérature». Mais ça s’en vient. Georgette Leblanc j’adore ce qu’elle fait, pis moi comme Acadien j’adore ça.

GM: J’pense que avec les Éditions Perce-Neige, l’éditeur à Moncton qui cherche à pousser la littérature des jeunes beaucoup, ça a commencé avec Gérald Leblanc, c’est rendu avec Patrice Serge Thibodeau, y’a eu beaucoup de livres. J’pense que Georgette Leblanc c’est un bon exemple, c’est le langage acadien but les textes sont quand même universels.

JD: Ça j’aime Serge Patrice pour ça, y’écrit bien mais c’est non seulement français, québécois, acadien… c’est tout.

LD: Est-ce qu’il y a une influence de Gérald Leblanc ou d’autres artistes acadiens dans votre écriture?

JD: Moi personnellement… indirectement oui, directement non parce que j’ai jamais lu un livre de Gérald Leblanc. Mais la personne comme telle je la respecte énormément parce que je l’avais rencontré. Pour ce qu’y’est des artistes acadiens, moi ça vient de la Nouvelle-Écosse: c’est Grand Dérangement et Blou qui m’ont plus influencé.

GM: J’ai pas lu beaucoup de poésie, mais quand j’ai lu Cri de terre de Raymond Guy-Leblanc ça m’a vraiment marqué; il y a [dans le recueil] la révolte de quand t’es un teenager qui a résonnance [pour moi]. Aussi, obviously,  Acadie Rock [de Guy Arseneault], y’avait comme toute une affaire de prise de conscience politique, identitaire, faite à travers du chiac. [C’est] les petits mots qui nous fait vibrer, comme Kent Building Homes [un constructeur de maisons dans les maritimes], c’est voir ton existence sur papier. Parce que chez nous y’a pas de Passe-Partout en chiac, y’avait pas de télévision acadienne, ça fait que le p’tit peu qu’on a pu voir dans la littérature ça a vraiment vibré chez nous. Moi Gérald c’tait Moncton Mantra, j’ai beaucoup aimé ça. Les textes de 1775, la musique c’est sûr que encore une fois ça passe plus dans les maisons. Gérald Leblanc ça a été un des premiers poètes [acadiens] à se faire traduire en espagnol, en anglais, à voyager à l’international.

LD: Quelle est l’influence de Montréal dans votre production de musique?

JD: Toutes nos idées venons d’une ville, soit Moncton ou ici, n’importe où, mais la majorité se fait dans une place isolée loin de tout.

GM: Mais ce qu’y’était drôle c’est que quand on a écrit Cliché Hot on habitait à Moncton…

JD: Tous ensemble!

GM: Ouais, on était tous à Moncton ensemble pis on a fait un album vraiment urbain, c’était électro, pis la couverture c’était des TVs. Pis là quand ce qu’on a fait le deuxième disque, Belmundo Regal, on a déménagé à Montréal pis là on habitait à Outremont, qu’était comme la ville, but en même temps quelque chose d’enchanteur: c’est les arbres, le temps est lent par rapport au reste de Montréal. On a fait un album avec un voilier qui appelait la mer, ou une nostalgie pour chez nous. C’est peut-être une façon de l’interpréter. Pis là Havre de Grâce on a rencontré plein d’artistes. Alexandre y’avait plein de chums qu’y’avait envie d’intégrer dans le projet: y’avait des gars de Montréal, des gars japonais, américains…

JD: Pis avec la Louisiane on voulait faire appel au côté francophone, acadien, cajun, mettre ça ensemble. On voulait pas faire un album cajun, mais on voulait jouer avec l’idée. Finalement on a réussi à faire un mix entre les deux.

LD: Est-ce que c’est important pour les artistes acadiens de venir à Montréal?

JD: Je pense que c’est important d’avoir une présence à Montréal. De vivre ici ça c’est autre chose, y’a d’autres groupes qui veulent rester à Moncton. Par exemple j’ai parlé la semaine passée aux Hôtesses d’Hilaire: ils veulent rester à Moncton, mais ils veulent quand même aller à Montréal pis travailler avec un label québécois. C’est pas nécessaire de vivre ici, mais je pense que c’est plus facile: si y’a une entrevue demain tu peux être là. Sinon ça va couter pas mal cher en billets d’avion, de train ou d’autobus…

GM: Évidemment t’as plus de rayonnement, mais y’a personne qui dit que t’as besoin de déménager ici pour le faire. Dans notre cas, juste économiquement parlant, on a pas de sugar maman pour payer tous ces couts-là [de déplacement]. Juste pour faire des shows, tu peux tourner pis vivre au Québec, mais tu peux pas tourner pis vivre en Acadie.

JD: L’argent rentre quand ça rentre pis t’es pas sûr quand…

GM: Mais comme Lisa LeBlanc elle a créé un gros buzz, elle a resté par ici pis là maintenant a peut rester oùsqu’à veut: à peut rester en Acadie, wherever… faire des grosses runs pis retourner…

LD: Est-ce que vous sentez une plus grande présence des artistes acadiens au Québec avec Lisa LeBlanc que vous venez de mentionner, mais aussi Joseph Edgar, les Hay Babies?

JD: Y’a certainement une présence en général: y’a Jean-François Breau qu’est à la télé, Wilfred [Le Bouthillier] est encore là, pour une raison ou une autre, j’adore le gars… On reste présents, mais ça donne une bonne chance aux autres pour rentrer. Jean-François Breau et Wilfred avions fait leur affaire, mais c’était plus côté québécois, nord du Nouveau-Brunswick. J’pense avec nous autres, on a rentré le côté vraiment acadien, «on abuse la langue parce qu’on est Acadiens». Pis là Lisa LeBlanc est rentrée par après, ce qu’y a fait [les choses] plus faciles pour les Hay Babies et les autres groupes je pense.

GM: Juste le fait que Lisa LeBlanc a été à Tout le monde en parle deux fois. Nous on a été une fois. Juste le fait que le monde entende l’accent. Le fait qu’y’ait des gens comme Guy A Lepage [ça aide]. C’est l’fun de se faire apprécier par les fans qui aiment la musique, mais quand la machine embarque pis dit «C’est ok», elle promouvoit et ça se rend à la masse, c’est big. Au début quand ce qu’on était à Montréal, je pense que l’accent [acadien] était beaucoup plus étranger, ça sonnait comme de l’anglais. On parlait en français pis ils répondaient en anglais. Là maintenant on sait: «Ah c’est acadien» et pas «Ah c’est un anglais qu’essaye parler français». Les mentalités changent, maintenant j’pense que l’accent est pas mal établi.

LD: Comment vous vous sentez si parfois on dit de votre musique que c’est de la musique québécoise?

JD: Sur Youtube y’avait une petite guerre des clans de «Ah c’est de la musique québécoise» ou «Non, c’est des Acadiens!». Alors ça c’est drôle. À la fin on est des Acadiens mais on est un groupe québécois parce qu’on fait tout ici; on est des Acadiens dans un groupe [québécois]. So on est les deux…

GM: … ben on est Acadiens! Ce qu’y’est important c’est qu’on fasse de la musique pis que le monde aime ça. Mais je dirais pas qu’on est un groupe québécois…

JD: Moi j’ai mes raisons: je dirais qu’on est des Acadiens qui font de la musique de l’Acadie, mais j’pense que vu qu’on est ici on est un groupe québécois composé d’Acadiens.

GM: Groupe québécois? (rires) Je sais pas… tu dis pas: «C’est des oranges, but c’est dans un sac de pommes là donc…».

JD: Non, non, non… c’est comme, t’as une équipe de sport, ok? Mettons tu joues au soccer, t’es une équipe au Canada, mais composée portugais. Tu vois ce que je veux dire? C’est dans cette logique-là, notre compagnie, notre marché est ici.

GM: Une équipe de sport est avec une région, mais nous je nous vois plus comme un produit culturel… Mais au final ça change absolument rien.

LD: Est-ce que vous pouvez expliquer la différence entre le chiac et l’acadjun?

GM: Jacques now’s your chance!

JD: C’est vraiment une affaire de région parce que nous [Gabriel et moi] ça fait longtemps qu’on se connait fait que j’ai pris un peu de chiac, il a pris un peu d’acadjun, mais va à Baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse pis dit: «Eille vous parlez chiac», pis on va être comme «C’est quoi le chiac?» On parle pas pareil. Quand j’ai été à Moncton la première fois, les gens me comprenaient pas parce que c’est un différent parler. Les expressions sont différentes. Leur utilisation de l’anglais est différente de la nôtre. Je pense que la raison pourquoi tout le monde dit qu’on parle le chiac c’est à cause de quand on a sorti en 2008 les gens ont vu le chiac surtout…

GM: Parce que le brand était comme déjà formé à cause d’Acadie rock et compagnie.

JD: Pis deux [membres du groupe] étaient du Nouveau-Brunswick et deux de la Nouvelle-Écosse, on était prêts à dire, ok «chiac», peu importe… Mais plus que ça avançait plus qu’on se disait «Ben, c’est pas chiac vraiment…». Ça revient à la même chose quand tu définis ça comme «un peu d’anglais, un peu de français», mais par chez nous on a des expressions complètement différentes que z’eux. Mais on finit par se comprendre.

GM: C’est clair que dans l’acadjun y’a des expressions qu’on n’utilise pas [à Moncton]. Pour la façon de dire les choses y’a des racines qui viennent d’ailleurs en France ou wherever. Moncton c’est français-anglais-micmac, mais avec un gros poids d’anglais parce qu’on était moins isolés que la Baie Sainte-Marie. Moncton ça reste un lieu anglophone où les francophones sont venus, ont dû s’intégrer pour pouvoir travailler, changer LeBlanc et White pis apprendre à parler anglais automatiquement, dès la naissance. Ça fait une grosse différence aussi.

JD: Même quand ce que tu vas de Moncton, pour te rendre à Cap Pelé ou Shediac, l’accent est toujours un peu différent. Y’a beaucoup plus de termes nautiques aussi. Nous autres, on a une tendance d’aller un peu plus vers l’espagnol: à place de «jamais» c’est «h’amais», «j’avions» c’est «h’avions». Le «J» comme ça, on le crisse par la porte; parce que c’est pas utile pour nous autres peut-être, ch’ais pas pourquoi…

LD: Est-ce que la mode et l’image sont des choses importantes dans le milieu musical?

GM: Oui, je pense que c’est relativement important d’avoir un site Web, peut-être pas au même niveau que d’être en santé pis l’amour là (rires)… Mais on est conscient que c’est important, on s’amuse avec ça pis c’est pour ça qu’on a pu changer de style. C’est ce qui est resté constant dès le début; on s’est toujours amusés avec ça.

JD: Ben comme les idées des albums, des choix musicaux, les styles ont changé. De Télé-Télé et Cliché Hot à Belmundo et Ej Feel Zoo, c’est comme le jour et la nuit.

GM: On se disait toujours en jokant: plus que tu t’habilles de différente façon, plus tu peux avoir accès à des différents parties. Si t’es confortable à porter un three-piece suit, ben tu peux aller à des parties

JD: …avec des three-piece suits.

GM: Si tu portes des dekshoo, tu peux aller à un autre party. [Le style], c’est une sorte de dextérité culturelle et sociale. On est des artistes; c’est une façon de s’exprimer, fait que on joue c’te game là.

 
Sur le même sujet: