Même pas déficitaire!
10 novembre 2014 - Image par Luce Engérant
L’AÉUM publie son budget 2014-2015.

Le conseil législatif de l’Association Étudiante de l’Université McGill (AÉUM) s’est réuni le 6 novembre pour l’une de ses sessions les plus importantes du semestre. En effet, outre les motions présentées et l’invitée cette semaine, la vice-présidente aux finances de l’AÉUM Kathleen Bradley a présenté son budget pour l’année 2014-2015, disponible sur le site de l’AÉUM.

Présentation du budget 

La présentation phare de ce conseil fut sans doute la présentation du budget final de l’association étudiante pour l’année 2014-2015, qui après de nombreuses coupes budgétaires l’année dernière, a été remanié afin de rétablir certains fonds annulés, ainsi que placer certains fonds qui serviront à financer les futurs grands projets de l’AÉUM. D’une manière générale, le bilan de santé financière de l’AÉUM cette année est plutôt positif. Le budget total présente un surplus d’environ 2 400 dollars, qui avec les actifs capitalisables [les investissements qui rapportent sur le long terme] de 47 000 dollars iront financer le fonds de réserve d’immobilisation (CERF) de l’AÉUM, lequel sert à financer les grands projets, comme la rénovation de Gerts ou le nettoyage de l’amiante il y a quelques années. 

L’approbation du nouveau frais du bâtiment Shatner lors du référendum du semestre d’automne y est pour beaucoup, et permet à l’AÉUM de respirer un peu. En effet, le loyer sur le bâtiment Shatner, qui avait été augmenté par McGill l’année dernière, menaçait l’existence des locaux de l’association étudiante, que la cotisation augmentée à 5,78 dollars par semestre par étudiant à temps plein permet maintenant de financer.

Augmentation pour certains services

Cette nouvelle manne qui vient s’ajouter à la contribution étudiante, laquelle finance la quasi-totalité des services offerts par l’AÉUM, a été employée pour plusieurs initiatives. Tout d’abord, le budget alloué aux nombreux clubs (près de 300) sponsorisés par l’AÉUM, qui avait été réduit de 30 000 dollars l’année dernière, a été augmenté et bénéficie maintenant de 86 000 dollars pour ses activités. «Financer ce genre de service au sein de la communauté étudiante est une de nos plus grandes priorités», explique Kathleen Bradley.

Outre le financement des associations et clubs étudiants, l’AÉUM compte également augmenter les salaires de ses employés. Cette catégorie, avec 1 213 536 dollars de dépenses, représente de loin la plus grande partie du budget opérationnel de l’AÉUM. «Les salaires ont été augmentés surtout pour rétablir les positions des portefeuilles des exécutifs qui ont été coupés l’année dernière» rassure Mme Bradley. Ceux-ci représentent par exemple les postes de recherche, auxquels 10 000 dollars ont été alloués, par exemple pour permettre de faire une recherche sur la durabilité de l’AÉUM demandé par la présidente Ayukawa. Les salaires des exécutifs eux-mêmes ne sont cependant pas dévoilés dans le budget, pour des raisons légales.

Les déficits dévoilés

Si certains événements et organisations étudiantes rapportent de l’argent à l’AÉUM en dehors de la contribution estudiantine, d’autres se révèlent plutôt couteux. C’est le cas du Nid, le café étudiant récemment ouvert dans le bâtiment Shatner, qui affiche un déficit de plus de 76 000 dollars cette année, alors que son voisin du dessous Gerts pose lui en bon élève avec son surplus de 15 000 dollars. Kathleen Bradley explique que cette perte provient d’une part des travaux sur la rue McTavish, qui diminuent le flux régulier d’étudiants dans le bâtiment Shatner, et d’une autre du désaccord entre le mandat du Nid et les besoins des étudiants. En effet, le Nid souhaite offrir des produits sains, bios et locaux aux étudiants, ce qui augmente ses prix, alors que les étudiants souhaitent principalement de la nourriture bon marché. «Je veux respecter le mandat et je veux que le Nid offre de la nourriture à moindre coût mais ces deux choses ne sont pas vraiment conciliables», affirme Bradley.

Frosh a affiché un déficit de 3 600 dollars et Four Floors 5 200 dollars, principalement à cause des frais de sécurité imposés par McGill, plus hauts que ceux annoncés par l’administration initialement. Il est à noter cependant que d’autres événements et opérations de l’AÉUM moins connus, et bénéficiant de budget moindres, ont affiché des surplus, comme les Mini Courses ou encore la Nuit des Activités. Au terme des explications, le conseil a approuvé le budget à l’unanimité, avec deux abstentions.

 
Sur le même sujet: