Montréal déficitaire pour 2017
26 septembre 2017
La ville de Montréal a déclaré qu’elle aurait un déficit de $31,4 millions cette année.

Voilà qui doit bien embêter Denis Coderre, maire de Montréal et candidat à sa propre réélection le 5 novembre prochain. Pour l’année 2017, la ville arborera un déficit de 31,4 millions de dollars, alors qu’elle avait pourtant fini l’année précédente avec un surplus de 139 millions. Bien qu’en dessous des 46,5 millions de dollars de déficit annoncés en mai dernier, la nouvelle fait tâche.

C’est le prix à payer, entre autres, pour les festivités du 375e anniversaire de la ville, qui auront coûté aux alentours d’un milliard de dollars, ce que rappelle Valérie Plante, elle aussi candidate aux élections municipales prochaines avec Projet Montréal.

La composition d’un déficit

Faisons un bref rappel à vos cours d’économie.

Qu’est-ce qu’un déficit? Au plus simple, c’est la situation financière de quelqu’un ou de quelque chose qui a moins d’entrées d’argent que de dépenses. Au niveau municipal, quelles sont les entrées de la ville? Tout d’abord, il y a l’aide provinciale qui revient à la ville, les impôts des citoyens, mais aussi les amendes en tous genres, notamment celles de stationnement, qui viennent remplir les caisses de Montréal chaque année. Or, sur ce dernier point, les recettes se font bien maigres par rapport aux prévisions. En effet, 19,7 millions de dollars séparent la réalité de ce qui avait été projeté en début d’année.

Et en ce qui concerne les sorties? Typiquement, il y a les travaux d’aménagement, nombreux à Montréal, et les salaires des fonctionnaires municipaux. Sur ce dernier point justement, les syndicats policiers ont réussi à faire augmenter le régime des retraites des forces de l’ordre, et un accord avec les pompiers ajoute une dépense imprévue à la ville — deux nouveautés qui coutent au-delà de 50 millions de dollars supplémentaires par an.

Mises à part les dépenses classiques, il y a aussi les coûts extraordinaires occasionnels. D’une part, la ville a dû couvrir 41% du milliard de dollars dépensés pour les festivités du 375e anniversaire de la ville, les 59% restants ayant été couverts en majorité par le gouvernement provincial québecois, et le gouvernement fédéral dans une moindre mesure, ainsi que des entreprises privées.

D’autre part, la nouvelle entente avec le gouvernement de Québec, un accord appelé ReflexMontréal et qui donne un statut particulier à la métropole, ajoute 22 millions de dollars de dépenses imprévues dans le budget annuel.

Remettre les points sur les «i»

Lors de son annonce, Yves Courchesne, directeur des finances de la ville de Montréal, a tenu à souligner le caractère minime du déficit. Il est vrai qu’avec un budget annuel de 5,2 milliards de dollars, 31,4 millions ne représentent qu’environ 0,6% du revenu de la ville, ce qui peut sembler négligeable.

L’année 2017 est donc «une année de transition, qui implique des dépenses imprévues. Mais à long terme, la ville sera gagnante parce qu’elle aura droit à une future subvention qui sera indexée», a-t-il expliqué, faisant référence à ReflexMontréal et les possibles bénéfices que cet accord pourrait amener dans le futur.

« La loi ne permet pas à la municipalité montréalaise d’enregistrer un déficit, il va donc falloir couper ailleurs pour compenser »

Conséquences éléctorales

Cette nuance n’a pas empêché les adversaires politiques du maire de reprendre cette nouvelle à leur avantage. «Nous devons gérer l’argent des Montréalais·es plus efficacement et en toute transparence», a martelé Projet Montréal, principal adversaire de Coderre, sur Facebook.

Même reproche issu des rangs de Coalition Montréal: Marvin Rotrand, conseillé municipal de la formation et joint par Le Délit se questionne sur les raisons de ce déficit. «Y a-t-il eu des ententes trop généreuses avec les syndicats? Des coûts cachés dans l’organisation du Grand Prix de Montréal ou du 375e anniversaire de la ville?» s’interroge t-il. «Tout cela reste sous forme de questionnement, je ne peux pas y répondre, mais c’est inquiétant et ça aurait dû être évité.».

La loi ne permet pas à la municipalité montréalaise d’enregistrer un déficit, il va donc falloir couper ailleurs pour compenser. «Le fait que nous soyons en période électorale suggère que cela n’était pas prévu» explique Rotrand. Désormais, l’équipe Coderre est en effet dans l’obligation de trouver un domaine où couper des fonds, une démarche rarement appréciée par les électeurs.


Le déficit de Montréal en chiffres : 

 
Sur le même sujet: