Printemps-été
5 février 2013
Plongée au cœur de la nouvelle saison des couturiers québécois

Février est arrivé à grands pas, et avec le commencement d’un nouveau mois, la nouvelle saison de la mode débute! Maintenant les magasins sont pleins des vêtements d’hiver en solde, et ils nous tentent tous avec des affiches tape-à-l’œil, avec des «Liquidation!» et des «70% de rabais!». Nous essayons de résister à leur séduction, mais c’est difficile.

La plupart d’entre nous faisons nos courses dans des grands magasins, et, sans nous en apercevoir, nous manquons toutes les petites boutiques et les artisans locaux. À cause de ça, le mouvement «Shop Small» a émergé et il est de plus en plus populaire. Il encourage les gens à soutenir leur communauté et à respecter les petites entreprises.
La mode à Montréal est incroyable et beaucoup viennent ici pour étudier dans des programmes qui se concentrent sur la mode. Montréal, en parallèle avec Toronto, est au cœur de l’industrie de la mode et nous apercevons de plus en plus de couturiers indépendants ici.
Yasmine Wasfy de Lustre et Marie-Christine Quenneville des Enfants Sauvages sont des couturières québécoises d’intérêt installées à Montréal. Les deux couturières ont des styles complètement différents, mais elles ont quelque chose en commun: tous leurs vêtements sont cousus à la main.
La compagnie Lustre a été créée par Yasmine Wasfy, originaire de Montréal. Une petite marque avec des origines modestes, elle a non seulement un magasin sur la Main (le boulevard Saint-Laurent), mais aussi une boutique en ligne.
La boutique est située au-dessus de Duluth avec une enseigne rose pâle. Dans la vitrine, trois mannequins, avec un air d’élégance, portent les plus récentes créations de la couturière. La vitrine vous donne une idée du style classique que Yasmine Wasfy a capturé.
Les habits que vous trouverez au Lustre sont incomparables. La structure des vêtements est intemporelle et flatte tous les corps, mais plus que ça, les tissus sont superbes. Yasmine Wasfy a l’œil pour les textures et les motifs qui sont, en même temps, flatteurs, intriguants et uniques. Elle travaille aussi très souvent avec des tissus vintages qu’elle utilise pour faire de la mode «moderne».
Pour sa nouvelle collection, qui est déjà en vitrine, elle s’est concentrée sur les robes d’été, longues et courtes. Mais toute la collection n’a pas encore été révélée. Nous attendons donc avec enthousiasme les belles créations en production pour le printemps et l’été!
Contrairement au Lustre, Les Enfants Sauvages n’a pas de boutique. Pour l’instant, Les Enfants Sauvages font leurs vêtements dans leur atelier. Quelques magasins ici à Montréal ont leurs habits en stock, mais Les Enfants Sauvages ont surtout une boutique en ligne.
Les Enfants Sauvages se décrivent comme «un mélange de tradition et de modernité, de local, et d’étranger». Leurs vêtements intègrent des tissus exotiques (Afrique, Asie, etc.) avec des éléments vintages pour créer un style moderne, qui est unique parmi les couturiers québécois. Les beaux motifs et les couleurs vives de leurs créations manquent dans les garde-robes d’Amérique du Nord.
Sa collection n’est pas disponible en ce moment, mais récemment Marie-Christine nous a donné trois indices pour le printemps: «Le vert menthe, la soie meisen (une soie japonaise), et jumpsuit short!». En attendant les beaux jours.

VOCABULAIRE:

Tenter: to tempt
Taper à l’œil: to catch the eye
Soutenir: to support
Un couturier: fashion designer
En ligne: online
Au-dessus de: above
Les habits: clothes
Intemporel: timeless
Un tissu: fabric
Avoir l’œil pour: to have an eye for
Atelier: studio
Intégrer: to incorporate/integrate
Parmi: among
Garde-robe: wardrobe

 
Sur le même sujet: