La politique extérieure de Stephen Harper
16 octobre 2012 - Image par Matthieu Santerre
L’activiste politique et auteur Yves Engler s’insurge contre le gouvernement conservateur.

«Stephen Harper a reçu à New York le prix d’Homme d’État de l’année. Moi je lui donne un autre prix, le Prix Richard Nixon». C’est sur cette note ironique que l’activiste politique Yves Engler a lancé mardi dernier sa conférence sur la politique extérieure du gouvernement Harper.

Yves Engler est l’auteur de plusieurs livres sur la politique canadienne (notamment la politique extérieure). Son plus récent ouvrage, The Ugly Canadian: Stephen Harper’s Foreign Policy a été publié  en septembre dernier.

Le 9 octobre dernier, Yves Engler était invité à discuter de son livre à l’Université Concordia. L’événement était commandité par l’École des Affaires Publiques et Communautaires de Concordia et l’organisation Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO). Le collectif Action Citoyenne était également associé à la conférence.

Féroces critiques

La discussion a tourné autour des principales caractéristiques de la politique étrangère de Stephen Harper et de ses «crimes contre l’Humanité».

Selon Yves Engler, cette politique est trop «militarisée». À titre d’exemple, l’activiste a cité l’Afghanistan, la Libye, et surtout l’Iran. «On est actuellement dans un état de “guerre” de bas niveau avec l’Iran». «Mais la situation est bien plus répressive en Arabie Saoudite qu’en Iran. Pourtant, le Canada entretient actuellement de bonnes relations avec les Saoudiens», a fait remarquer Yves Engler. Selon lui, la politique des  conservateurs est pleine de «contradictions».

Le gouvernement est aussi beaucoup trop «pro-Israël». Yves Engler a mentionné le fait qu’un citoyen canadien peut maintenant recevoir un crédit d’impôt pour avoir fait un don aux colons israëliens, mais qu’il est illégal de soutenir financièrement la cause palestinienne lorsqu’elle est en lien avec des organisations comme le Hamas.

Le Canada sous Harper devient également de plus en plus «anti-ONU», selon Yves Engler.

«Quand on parle des crimes contre l’Humanité de Harper, le crime qui concerne l’environnement est l’un des plus graves». Le Canada est le premier pays à s’être retiré du Protocole de Kyoto. Pour Yves Engler, le gouvernement porte bien plus d’attention au profit des grandes compagnies, notamment des compagnies minières, qu’à la protection de la planète.

«La situation est terrible. Alors qu’est-ce qu’on fait?», a demandé Yves Engler après avoir exposé les grands problèmes. Il a alors souligné l’importance de «défier» le gouvernement, de le «critiquer» et de «protester». La politique extérieure des conservateurs a des conséquences en sol canadien (les citoyens dépensent plus d’argent pour le militaire que pour la santé, par exemple), mais a également des conséquences à l’étranger.  Il en va donc de la responsabilité des Canadiens de changer les choses. «Vous êtes tous ici pour faire une différence. Ne soyez pas découragés», a-t-il déclaré à l’assemblée présente.

Quelle réponse à ces accusations?

Le président de Conservative McGill Brendan Steven connaît Yves Engler de réputation. Mais n’ayant pas lu son dernier livre, il n’a pas pu y répondre directement.

À propos de la politique étrangère de Harper en général, Brendan Steven croit que «ce gouvernement est différent et doit avoir une politique étrangère différente, qui diffuse les valeurs canadiennes à l’étranger».

En particulier, pour ce qui est de la «militarisation» de la politique étrangère pointée du doigt par Yves Engler, Brendan Steven croit que l’ancien gouvernement libéral n’a pas assez porté attention aux forces militaires. «Notre gouvernement se doit donc maintenant d’être plus attentif».

En ce qui concerne l’environnement, Conservative McGill pense que le gouvernement a adopté une bonne politique, compte tenu du fait qu’on est dans une période de «récession» et qu’il faut donc trouver «un équilibre pour à la fois créer de l’emploi, permettre aux industries canadiennes de prospérer, et assurer la protection de l’environnement». «Certaines réglementations sont inutiles et contreproductives», a déclaré Brendan Steven.

Yves Engler est actuellement en tournée partout au Canada pour parler de son livre et dénoncer la politique extérieure des Conservateurs.

 
Sur le même sujet: