Queer McGill, première Assemblée Générale
2 octobre 2012
Le comité se positionne contre la guerre en Iran.

Le mercredi 26 septembre, Queer McGill se rencontrait pour sa première assemblée générale de l’année. Queer McGill est un service qui offre du soutien aux étudiants queer* et à leur entourage sur le campus depuis 1972. Cette année, le comité a subi plusieurs transformations organisationnelles. Le comité exécutif est passé de 11 à 5 membres. De plus, plusieurs nouveaux groupes de travail ont été établis, dont le groupe d’accueil (pour les étudiants de première année et nouveaux arrivants), le groupe de discussion, le groupe Queer People of Color, le groupe Trans, le groupe d’action politique et le comité francophone dont le but est d’établir un lexique français, car la majorité des mots utilisés dans le langage queer n’ont pas d’équivalent francophone. Ces comités ont été officiellement présentés lors de l’assemblée générale d’automne pour laquelle près de 50 étudiants se sont réunis. Au cours de cette assemblée, de nombreux positionnements face à des enjeux importants ont fait l’objet de discussions.

Contre la guerre en Iran.

Une motion a été adoptée à 15 voix contre 9, avec 5 abstentions, pour que Queer McGill se positionne contre la guerre en Iran et l’utilisation du pinkwashing. Le pinkwashing est l’utilisation de l’oppression de la communauté queer iranienne comme justification à une déclaration de guerre à l’Iran. La question a soulevé beaucoup de réactions et de sentiments opposés. Plusieurs étudiants se sont exprimés entre autres sur le fait que, dans de nombreux pays, le soutien aux communautés queer est très faible ou même inexistant.

La motion a finalement été amendée afin d’y ajouter deux mandats spécifiques:
1. Créer et développer des stratégies et du matériel écrit immédiatement afin de mettre en place des plate-formes de discussions spécifiques à cet enjeu.
2. Développer une plate-forme de support pour les communautés «queer» iraniennes en Iran autant qu’au Canada.

Motion pour un village inclusif

Dans les derniers mois, un groupe de propriétaires de différents établissements du Village gai de Montréal ont fait circuler une pétition réclamant un plus grand contingent de police dans le quartier en raison de la présence d’un trop grand nombre d’«indésirables». Queer McGill s’est positionné contre cette demande. La présence de sans-abris, par exemple, est importante dans le village et ses environs. Mais le Village est un des seuls quartiers dans lequel on a permis à la communauté homosexuelle de Montréal de s’installer. Queer McGill a donc adopté une motion faisant la promotion du respect des droits de tous ceux et celles qui y vivent, travaillent ou sortent, en plus de ceux qui y investissent de l’argent. Ils se sont positionnés contre la présence accrue de policiers réclamée par la pétition. Le comité s’est aussi engagé à promouvoir l’accès à de meilleurs services sociaux dans le Village afin de le rendre plus sécuritaire pour tous ceux et celles qui le fréquentent.

Élections

Finalement, lors de l’assemblée des élections se sont tenues pour le poste de coordonnateur aux communications externes. Trois candidats se sont
présentés et c’est Kimberly Bai qui l’a remporté.

——–
* Queer, mais qu’est-ce que ça veut dire?

Queer, qui vient à la base du mot anglais étrange, a souvent été utilisé comme insulte envers les gais, lesbiennes, bisexuels et transsexuels. Le terme fut récupéré par esprit de provocation par la communauté homosexuelle et transsexuelle dans les années 80. La communauté queer, bien qu’elle soit majoritairement affiliée à l’homosexualité, rassemble tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans l’hétérosexisme et dans l’hétéronormativité de la société.

 
Sur le même sujet: