Après le rap, les tambours

Les tambours imposaient le rythme de la 53e marche nocturne hier soir.

Toma Iczkovits
Après un spectacle où la foule survoltée scandait « Libérez-nous des libéraux », une centaine de manifestants ont marché dans les rues de Montréal. Le rassemblement s’est fait à l’intérieur de l’enceinte du festival des FrancoFolies où les manifestants ont pu profiter de l”«immunité diplomatique » de la place des festivals. Ils scandaient « La loi spéciale, on s’en câlisse » tout en formant un attroupement illégal de plus de 50 personnes.

Les tambours canalisaient l’énergie de la finale tout en rouge du groupe de rap engagé, ordonnant le rythme à une troupe de danseurs. La foule a fini par sortir des barrières de la place des spectacle pour s’engager par la suite sur René-Lévesque, Saint-Urbain, la rue Sherbrooke et Saint-Denis.

Une manifestante observe que « tant qu’on reste sur de grandes rues, il n’y a pas de problème », comme si les artères passantes demeuraient des terrains neutres où les policiers ne peuvent prendre le risque d’arrêter en masse. L’absence de la police anti-émeute a toutefois un effet contradictoire, selon  la même manifestante : « Il n’y  a pas de beef aujourd’hui, comme pour prouver que le mouvement s’essoufle… mais en même temps, c’est normal, après des centaines de jours de grève ! ».

Écoutez d’autres commentaires recueillis dans la rue, vendredi 15 juin, dans la manifestation suivant le spectacle des Loco Locass : Vox pop manif après les Loco Locass