Créer l’insécurité : McGill et la grève étudiante
3 avril 2012
La communauté mcgilloise n’aura jamais été aussi informée. Il faudrait éviter de croire qu’elle est pour autant bien informée.

Depuis que le mouvement de grève étudiante a pris de l’ampleur, les membres des corps étudiant et professoral de l’Université McGill reçoivent de l’administration nombre de courriels – parfois plusieurs fois par jour – visant à les tenir informés de tout événement qui pourrait perturber leur routine. L’Université a même lancé un blogue détaillant les actions et déplacements des groupes opposés à la hausse des droits de scolarité. Ces initiatives s’ajoutent aux mises à jour en temps réel permises par ses nouveaux services d’alertes téléphoniques et informatiques, McGill/Attention! et Alertus.

L’administration prétend que ses messages font suite à des craintes exprimées par les étudiants pour leur sécurité. Il semble plutôt que ce soit l’intensité de cette réponse qui crée de toutes pièces l’impression d’une menace et contribue à entretenir un sentiment d’insécurité au sein de la population étudiante.

À force de présenter les événements sans aucune différenciation, l’administration finit par produire un dangereux amalgame entre violence et manifestation. Elle informe d’un rassemblement paisible d’étudiants avec les mêmes moyens et dans les mêmes termes que d’un attroupement d’individus «masqués et cagoulés» défilant au centre-ville ou lançant «des projectiles». La résistance à la hausse des droits de scolarité est ainsi systématiquement assimilée à une lutte violente tandis que ses partisans sont rendus responsables de la «menace» qui pèse sur le campus. En évitant de trier l’information qu’elle envoie et en refusant d’établir de réelles distinctions entre la majorité pacifique des manifestants et quelques groupuscules radicaux, l’administration dénature la réalité des événements de ces dernières semaines et prend implicitement parti contre le soulèvement étudiant.

Au cours des derniers jours, alors que les piquets de grève se sont durcis devant les cours, l’Université McGill s’est mise à dénigrer explicitement l’action des manifestants issus de sa propre communauté. Elle écrit que chacun devrait pouvoir jouir de «la libre expression des opinions», mais cela «sans nuire à la mission de l’Université, laquelle consiste à offrir une formation de qualité à ses étudiants». L’administration restreint ainsi artificiellement le cadre à l’intérieur duquel les opinions peuvent être librement exprimées : si l’étudiant sort de ce cadre, son action devient illégitime. Ce faisant, elle néglige le fait que bloquer l’accès aux cours est l’un des principaux moyens de pression actuellement utilisés par l’ensemble des étudiants en grève au Québec, moyen justifié par le fait que leur «opinion» n’est pas entendue autrement.

Les messages précisent que «tout individu refusant de s’identifier auprès du personnel de sécurité sera considéré comme ne faisant pas partie de McGill. Dans un tel cas, l’Université se réserve le droit de faire appel aux autorités policières.» L’Université représente ainsi ses propres étudiants en grève comme des éléments extérieurs venus perturber la paix. Une telle formulation crée un clivage au sein de la population étudiante, reproduisant celui déjà existant entre le microcosme mcgillois et le reste du Québec. En effet, l’administration encourage de manière insistante les étudiants qui se sentiraient menacés à se joindre à ses efforts, en portant plainte et en appelant les services de sécurité.

Alors que la contestation s’installe progressivement au sein de l’institution, il serait temps que l’administration mcgilloise reconnaisse l’ampleur de ce qu’elle présente comme une «so-called general student strike» – une expression qui n’est, étrangement, pas rendue dans la traduction française du message. Il serait également temps que l’administration cesse de dissimuler ses véritables positions derrière la question de la sécurité, réduisant le débat à une simple opposition entre elle (ses étudiants «menacés») et les autres («menaçants»). Avec la rhétorique douteuse de ces nombreux courriels et alertes, McGill semble moins protéger ses membres que préparer le terrain pour une répression excessive à laquelle certains étudiants ont déjà goûté le 10 novembre dernier après avoir occupé pacifiquement les bureaux de la principale et vice-chancelière.

Pour toutes ces raisons, nous contestons la prétendue objectivité des services d’information de l’Université McGill et estimons injustifiable la multiplication des gardes de sécurité sur le campus. Cette dérive sécuritaire, incommensurable à la dimension de la menace, est indigne de la vocation de l’institution. Nous espérons que notre université se montrera dorénavant à la hauteur de sa «mission», qui consiste non seulement à offrir une formation de qualité à l’intérieur des salles de cours, mais aussi à aiguiser l’esprit critique de ses étudiants et à former des citoyens humains et lucides.

Véronique Samson
Gabrielle Roy-Chevarier
Renaud Roussel
Francis Loranger
Félix-Antoine Lorrain
Aurélie Chevanelle-Couture
Nelly Desmarais
Caroline Loranger
Valérie Mailhot
Julie Beauvais
Myriam Vien
Luba Markovskaïa
Julie Turcotte
Mathieu Simard
Catherine Côté-Ostiguy
Simon Arès
Anne-Marie Bélanger
Alex Noël
Maude Labelle
Xavier Jacob
Claire Leydenbach
Catherine Renaud
Sonia Sara Theberge
Émilie Choquet
Thomas Mainguy
Mai Anh Tran-Ho
Katia Belkhodja

Étudiants aux cycles supérieurs du Département de langue et littérature françaises de l’Université McGill

 
Sur le même sujet: