Entre adultes consentants
17 janvier 2012
Roman Polanski réunit une distribution de premier choix dans une adaptation de Carnage.

Passer de la pièce de théâtre au cinéma est un exercice difficile, même pour un réalisateur de la trempe de Roman Polanski. Son dernier film, Carnage, est l’adaptation de la pièce de 2007 acclamée partout dans le monde, Le Dieu du carnage, de Yasmina Reza. Transposée à New York, l’histoire expose la rencontre de deux couples dont les enfants ont eu une dispute, se persuadant qu’ils régleront ce différend de façon calme et civilisée.

Gracieuseté de Sony Pictures Classics

Très vite, Christoph Waltz (bon comme d’habitude) et Kate Winslet (correcte), s’irritent des manières de l’autre couple qui les a convoqués. Ces derniers, incarnés par Jodie Foster et John C. Reilly, sont à leur tour plongés dans un conflit qui, comme on peut s’y attendre, ne fera que s’envenimer. Mais jusqu’à quelle limite?

Entre gag et bonne réplique, Polanski mène un scénario aux scènes prévisibles toutefois divertissantes, ainsi que des acteurs, eux aussi, sans surprise. Le film demeure bien ficelé, peut-être trop, et les personnages sont ainsi cloîtrés dans des rôles aux caractères excessivement délimités, ce que le scénario original impose.

Le genre est en tous cas assez peu évident pour une production de cette envergure, et on ne peut qu’apprécier la prise de risque des quatre acteurs.

 
Sur le même sujet:
27 novembre 2011
6 mars 2012