Des Blanches et des Noires
15 novembre 2011
Lumière sur les mélodies mélancoliques de Ludovico Einaudi.

Samedi 12 novembre, Ludovico Einaudi était en concert pour la première fois à Montréal à la salle de concert Oscar Peterson. Un majestueux Yamaha à la lumière posait au milieu d’une scène obscure. Entre le très attendu pianiste vêtu de noir, élégant et sobre à la fois. Il s’assied à son illustre instrument, l’effleure d’un air méditatif, et d’un doigt délicat lui fait murmurer de douces mélodies mélancoliques. De belles berceuses, résonnant à l’oreille des spectateurs, guident ceux-ci sur l’étroite frontière entre sommeil et éveil. C’est ainsi qu’Einaudi réconcilie théâtre et austérité, extravagance et simplicité, spectacle et authenticité.

Il débute la traversée sur le chemin des souvenirs en nous faisant (re)découvrir des airs tirés de ses premières œuvres. On y retrouve des classiques tels que «I giorni» ou encore «Tu sei» qui nous replongent instantanément dans l’univers gracieux du compositeur. Les visages se détendent et les cœurs frissonnent, frôlés par les harmonieuses réverbérations. L’artiste trouve sa force dans la simplicité; des mélodies simples mais chargées d’âme. Ludovico Einaudi n’est pas de ceux qui vous éblouiront à coups de compositions complexes et de techniques à couper le souffle. Qui aurait cru qu’un homme, un piano et quelques notes élémentaires provoqueraient un tel émoi!

Sur Il Divenire, album sorti récemment au Canada, le pianiste est accompagné d’un orchestre philharmonique et utilise ingénieusement des sons électroniques. Ainsi, lorsque Einaudi s’apprête à jouer, on ne peut s’empêcher d’être sceptique. Serait-ce possible de reproduire, seul au piano, l’émouvante tempête des instruments à cordes de «Primavera»? Einaudi nous en donne la preuve. En gardant ses sonorités électroniques, le pianiste anime ses œuvres, nous démontrant encore une fois que le piano reste la pierre angulaire de ses compositions.

Malgré un évident pouvoir mélodramatique, le spectacle était monotone dans son ensemble. Chaque pièce nous immerge dans un courant sentimental, qui reste dans la même veine, le même tempérament. Même si chaque mélodie évoque un souvenir intime, chaque chanson semble familière. Einaudi maintient des thèmes similaires qu’il varie grâce à des suspens, des jeux de volumes et de tempo. Même s’il est vrai que les répétitions sont courantes chez les minimalistes, l’uniformité stylistique ne l’est pas. Ludovico Einaudi édifie des airs sur des progressions d’accords analogues à la musique pop, ce qui limite sa palette émotionnelle et invite au sentiment de «déjà-entendu». Néanmoins, ce sont ces mêmes limitations qui contribuent à son large succès et ravissent un public grandissant.

L’artiste termine le spectacle avec «Primavera», la pièce maîtresse de son album. Les lumières éblouissent les spectateurs qui le gratifient d’une ovation debout. De retour à son piano, il joue «Rose» en rappel, un morceau enchanteur qui réveille l’audience tout en douceur.

 
Sur le même sujet: