Alfred Hitchcock: suspense rétro
1 novembre 2011
Pour Halloween, le Cinéma du Parc présente quatre films du maître du suspense, Alfred Hitchcock: Vertigo, North by Northwest, Psycho et The Birds.

À l’époque des interminables séries Saw, Hostel et Final Destination, les films d’horreur ont pris un mauvais tournant. Il n’est plus question d’intrigue ou de suspense, mais bien de sang, de chair et de morts sadiques et violentes. Les films d’Alfred Hitchcock sont rafraîchissants, parce qu’ils sont des classiques de suspense et de thriller psychologique.

Gracieuseté du Cinéma du Parc

Vertigo (Sueurs froides) est sorti en 1958. Le détective Scottie Ferguson (James Stewart) démissionne de son travail puisqu’il croit avoir causé la mort d’un collègue à cause de son acrophobie (peur extrême des hauteurs). Une connaissance lui demande d’espionner sa femme, Madeleine (Kim Novak) ,qui prétend être possédée.

Comme son nom nous l’indique, Vertigo cause des étourdissements et des vertiges. Les plans mettent l’accent sur les hauteurs et les spirales. Le film a été tourné dans la baie de San Francisco, ville des collines et du Golden Gate. Beaucoup de scènes sont filmées de très haut ou très bas et certains mouvements de caméra sont particulièrement rapides. De plus, l’histoire est difficile à suivre.

En 1959, Hitchcock présente North by Northwest (La Mort aux trousses). Roger Thornhill (Cary Grant) est pourchassé par des hommes qui le prennent pour un certain George Kaplan. Il se lance dans une traversée des États-Unis afin de trouver ce fameux George Kaplan. Après Vertigo, Hitchcock voulait réaliser un film plus neutre et sans symbolisme. North by Northwest ressemble à un film de James Bond et aborde un des grands thèmes d’Hitchcock, l’innocence d’un homme accusé à tort. On appelle cela le suspense de la chasse à l’homme mystérieux.

Gracieuseté du Cinéma du Parc

Psycho (Psychose) arrive dans les salles un an après North by Northwest. Marion Crane (Janet Leigh) vole de l’argent à un client pour son amant. En fuite, elle atterrit au Motel Bates et y rencontre le propriétaire Norman Bates (Anthony Perkins), un homme étrange qui entretient une relation dysfonctionnelle avec sa mère (Virginia Gregg). Marion connaîtra une fin tragique dans sa douche, une scène classique du cinéma qui sera reprise partout dans le monde.

Psycho est sorti au cours d’une période plutôt creuse de l’application du code Hays, qui empêchait les réalisateurs de faire des films trop sexuels, violents ou blasphématoires. Étant donné la diminution des restrictions cinématographiques, Psycho est souvent considéré comme un pionnier du slasher movie, où un psychopathe commet des meurtres en série à l’arme blanche. Toutefois, Hitchcock préférait travailler sur l’intrigue, le suspense et la cinématographie, et moins sur le sang, la violence et la décapitation.

Contrairement à Vertigo dans lequel on misait sur les hauteurs, Psycho porte une grande attention sur la psychologie des personnages. Le film comporte donc plusieurs gros plans dans lesquels l’interprétation des acteurs est clé. Psycho a lancé la carrière d’Anthony Perkins, qui est remarquable dans le rôle de Norman Bates.

Gracieuseté du Cinéma du Parc

Dans The Birds (Les Oiseaux), sorti en 1963, des oiseaux attaquent sauvagement les habitants de Bogeda Bay, en Californie. Après Psycho, Hitchcock cherchait une nouvelle idée d’épouvante et décida d’aborder le sujet de l’apocalypse. Pour angoisser davantage ses spectateurs, Hitchcock ne voulait pas donner une cause précise au comportement des oiseaux. Le film devait provoquer une peur primitive, c’est-à-dire d’être attaqué sans avertissement ou sans raison particulière. Il est donc normal pour un spectateur qui a vu The Birds d’être plus méfiant à l’égard des oiseaux.

Chaque film de Hitchcock tente d’effrayer sans dégouter. Vertigo est un film au suspense terrible  avec ses scènes en hauteur et son intrigue complexe. North by Northwest tient le spectateur en haleine par une chasse à l’homme. Psycho effraie en mélangeant meurtre et problèmes de maladie mentale. Enfin, The Birds aborde le thème de l’apocalypse, lorsque la nature se rebelle contre l’homme. Pour ceux qui en ont assez des films d’horreur inutilement sanglant, les films d’Alfred Hitchcock sont des alternatives intéressantes avec des histoires plus poussées qui angoissent le spectateur sans avoir recours au sang.

 
Sur le même sujet:
24 novembre 2009
27 novembre 2011