L’absent se révèle
27 septembre 2011
Entrevue avec Matthew Dubé, député NPD de Chambly-Borduas

Matthew Dubé qui a brillé par son absence durant la campagne électorale de 2011 se défend en déclarant qu’avec la fin de session –avec tous les examens et les dissertations à rendre, il n’avait pas le temps nécessaire pour pouvoir faire sa campagne. Matthew déclare également que si le NPD possède une organisation excellente, le parti manque de ressources; voilà pourquoi aucune pancarte du député de Chambly-Borduas n’a été affichée dans le comté électoral.

Matthew Dubé aurait-il été un simple «poteau politique»? Ce n’est pas le cas, répond-t-il. Il mentionne son rôle en tant que président de la Commission des jeunes néo-démocrates du Québec ainsi que celui de coprésident du club campus NPD de l’Université McGill. En somme, il a été choisi pour son potentiel, son sérieux, et pour son esprit militant.

Entre le fait de devoir jongler avec un budget de plus de deux-cents mille dollars, de devoir former l’opposition officielle au Parlement, surtout après le décès de l’honorable Jack Layton, et de remplir toutes les fonctions de député, Matthew semble optimiste et prêt à affronter les futurs obstacles. Ce fut d’abord un immense honneur pour lui de pouvoir obtenir une grande responsabilité comme celle-ci, et cela transparaît par sa façon de nous parler de ses électeurs et de l’intérêt qu’il leur porte ainsi que son engouement à travailler avec et pour eux.

Cet honneur le rend aussi très humble; d’après lui: «C’est en marchant dans les couloirs du Parlement que j’ai réalisé toutes les implications et obstacles que je devrai affronter en tant que membre du Parlement et de l’Opposition Officielle». Mais avec la volonté de servir ses électeurs, Matthew ne pouvait pas se préparer tant que cela face au large budget mis à sa disposition. En effet, combien de jeunes entre 21 et 23 ans ont déjà eu à gérer une telle somme? Pour remédier à la situation, Matthew nous explique qu’il a non seulement bénéficié du programme de formation offert par le Parlement, qu’il a été jumelé à un candidat senior (Malcolm Allen, député de Welland), mais qu’il a aussi posé beaucoup de questions à ses collègues d’expérience. Il s’est ainsi entouré d’individus performants et expérimentés.

Le 24 juin 2011, lors de son premier discours devant la Chambre des Communes, se prononçant sur la crise de Postes Canada, Matthew Dubé a virulemment défendu les droits et la dignité des travailleurs. En visitant ses comptes Twitter et Facebook, le lecteur y remarque de nombreux commentaires favorables et des félicitations en réponse à son discours. Plusieurs thèmes formant le curriculum de cours de politique canadienne à McGill sont notables. Il admet que les cours de sciences politiques l’ont beaucoup aidé à se faire une idée d’ensemble de la politique canadienne. La formation qu’il a reçue l’a aussi aidé à faire le lien entre plusieurs événements, mais ce n’est pas non plus vrai qu’étudier en sciences politiques est un passage obligé pour devenir politicien. C’est une des premières et dernières choses que Matthew souligne: «J’aimerais voir des jeunes s’impliquer, dans n’importe quoi, mais tout simplement le faire». Matthew Dubé réitère ce que Jack Layton a écrit dans sa lettre aux jeunes canadiens: «Vous devez être au cœur de notre économie, de notre vie politique, et de nos plans pour le présent et pour l’avenir».

Beaucoup doivent toujours douter des capacités et de l’expertise de ces jeunes candidats orange. Ceux-là doivent toutefois se rendre compte d’une chose: très souvent les politiciens deviennent de plus en plus carriéristes et de moins en moins idéalistes ou visionnaires avec le temps. En ayant de jeunes voix à la Chambre des Communes, les Canadiens peuvent espérer qu’une vague de fraîcheur entraînera petit à petit les changements nécessaires. Évidemment, les députés feront face à la collectivité conservatrice, majoritaire au parlement, et ce, pour les quatre prochaines années. Mais on se rappelle un point mis en évidence par Jack Layton durant le débat des chefs au printemps. Répondant au chef du Parti Conservateur qui critiquait le NPD d’avoir de jeunes candidats, Monsieur Layton a déclaré préférer envoyer ces candidats dans l’arène politique plutôt que dans l’arène militaire, sur les champs de batailles en Afghanistan. Espérons que cette vision portera ses fruits et ne sera pas le seul artéfact de la démagogie politicienne que les différents partis ont en commun.

 
Sur le même sujet:
24 janvier 2012
20 septembre 2011