Ces jeunes qui refont le monde
6 septembre 2011
Le sommet des jeunes du G8-G20 se réunissait juste avant l’été en parallèle des Grands de ce monde.

Alors que le G8 présidé cette année par la France s’est terminé le 27 mai à Deauville, le «G8 & G20 Youth Summit» a réuni la semaine suivante à Paris des jeunes venus du monde entier, avec pour but d’apporter une perspective novatrice à la gouvernance mondiale.

pocket welt

Plus qu’une simulation du véritable G8, ce sommet a pour but de produire des recommandations très concrètes aux chefs d’État sous forme d’un Communiqué final adressé aux représentants politiques (et notamment à la Présidence française du G8) comme position officielle de la jeunesse mondiale. Cet évènement a d’ailleurs lieu sous le haut patronage de Nicolas Sarkozy, et accueille tout au long de la semaine des acteurs clés de la sphère politique, économique et sociale. Ainsi, la ministre de l’économie française, Christine Lagarde, a adressé un message aux jeunes délégués, insistant sur la nécessité de rester efficace dans les discussions et les propositions finales qu’ils émettront. Christophe de Margerie, Président Directeur Général de Total, était lui aussi présent afin d’apporter le point de vue d’une firme multinationale sur les relations entre la gouvernance mondiale et les acteurs privés, Maurice Levy, PDG de Publicis, est quant à lui venu partager son expérience de l’e-G8, qui a réuni, en parallèle au G8, des experts technologiques mondiaux autour de la question de l’avenir d’Internet. Ramon Fernandez, directeur général du Trésor français, a, de son côté, animé une discussion sur les objectifs pour la Présidence française du G20-G8 en 2011. De plus, des représentants d’ONG ont pu rencontrer les jeunes délégués afin d’apporter leur point de vue sur l’avenir du développement mondial et le rôle que la société civile  peut avoir dans ce dernier.

Créé en 2006 à Saint-Pétersbourg, ce forum annuel est l’occasion pour la jeunesse mondiale de se réunir formellement et de dialoguer autour des grandes questions politiques internationales, reflétant ainsi le débat qui se tient au sein des sommets du G8 et du G20. Cette année, le «G8 & G20 Youth Summit» avait pour thème général la transition vers un monde multilatéral et durable. Néanmoins, les sujets traités étaient bien plus nombreux, incluant par exemple la réforme de la gouvernance internationale, la cybercriminalité, la réforme du Fonds monétaire international, la refonte du Système monétaire international, la problématique des déséquilibres mondiaux, des financements innovants pour le développement, et la possible création d’une Organisation Mondiale de l’Environnement.

La délégation canadienne, qui comptait neuf étudiants dont deux de McGill, est sortie globalement satisfaite des négociations, parvenant à faire accepter bon nombre de ses mesures clé par les membres du G20, notamment sur la protection environnementale et la régulation d’Internet. La qualité des débats était à la hauteur de la compétence des participants, qui ont subi une rude sélection préalable par un jury comprenant le sénateur Yonah Martin de la Colombie-Britannique, ainsi que des académiciens. Sortis surmenés mais enrichis de ces cinq jours, l’ensemble des participant, parlaient déjà du prochain sommet, qui se tiendra au Mexique en 2012. L’enjeu est de taille à l’heure où le désintérêt de la jeunesse pour la politique semble être pointé du doigt de façon récurrente.

 
Sur le même sujet: