The Patriotic Few: le rythme sibérien
8 février 2011
Mark Bérubé and The Patriotic Few nous présente un folk indie inventif avec leur nouvel album June in Siberia.

Imaginez que nous sommes au début de novembre, que les feuilles tombent des arbres et que les journées s’écourtent, de plus en plus sombres. Le manque de lumière et l’absence de chaleur qui marquent cette période se fait sentir sur le moral de chacun. La mélancolie alors éprouvée est un sentiment qui s’impose alors que s’annonce un hiver long et froid.

À travers leur nouvel album June in Siberia, Mark Bérubé and the Patriotic Few (Kristina Koropecki à la contrebasse, Patrick Dugas à la batterie et Amélie Mandeville à la basse)  arrivent à transposer en musique la douce tristesse de cette période. On y retrouve tout de même quelques pièces plus rythmées; l’album se termine même sur une touche humoristique avec l’interprétation du plat pays de Jacques Brel livrée sous forme de message vocal. À travers les douze titres que comprend l’album, le groupe parvient à nous envouter par la performance de Mark Bérubé qui interprète ses pièces avec ardeur et sensibilité, puis par les arrangements musicaux riches et inventifs. On peut d’ailleurs retrouver à travers la composition musicale et les instruments déployés dans cet album un son qui se rapproche de celui de Patrick Watson avec une touche folk.

Gracieuseté de Bonsound

Enregistré en août dernier au studio Hotel 2 tango, June in Siberia est produit par Howard Bilerman, qui a également travaillé avec Arcade Fire, Basiat Bulat et Silver Mt Zion. L’album se distingue des précédents en mettant l’accent sur la voix des musiciens davantage que sur les arrangements musicaux. On peut d’ailleurs y entendre Dan Mangan, et la franco-britanique Emily Loizeau, pour laquelle le groupe avait assuré la première partie lors d’un concert à l’Olympia en 2008. S’y retrouvent également Hattie Webb des Webb Sisters qui interprète la balade inspirée par Fela Kuti intitulée My Me Lady, un des titres les plus rythmés de l’album. Le groupe a aussi collaboré avec CR Avery qui est l’auteur d’un poème duquel est inspiré la chanson Let me go. En entrevue avec Le Délit, Mark Bérubé, originaire du Manitoba et élevé au Swaziland avouait, que Montréal, par la grandeur et la richesse de sa communauté musicale et son cosmopolitisme, était une riche source d’inspiration.

Mark Bérubé and The Patriotic Few se produiront en concert le 1er mars prochain au Verre Bouteille dans une formule 5 à 7  pour le lancement de leur album qui sortira le même jour sous l’étiquette Aquarius. Ils prévoient d’ici la fin de l’année une tournée du Canada et de l’Europe pour la promotion de leur nouvel album.

 
Sur le même sujet: