La danse dans tous ses états
18 novembre 2010
La danse est un art mystérieux, peu de gens osent s’y initier. Le nouveau spectacle de danse contemporaine de Frédérick Gravel, Gravel Works, est l’introduction parfaite pour se jeter dans la gueule du loup.

Pour commenter un spectacle de danse contemporain, Frédérick Gravel considère qu’il n’est pas indispensable de connaître le vocabulaire technique et d’être un gourou de la danse. Trois gestes suffisent: la main à la tête, la main au cœur et la main au sexe.

Le coup d’envoi est lancé: cinq danseurs et deux musiciens forment la troupe Grouped’ArtGarvelArtGroup (GAG), mise en place temporairement le temps des dix représentations. Gravel Works est en fait une série de tableaux qui forment un tout oscillant entre le spectacle de danse, le show rock et le stand up comique. Les membres du groupe portent plus d’un chapeau tout au long du spectacle; les musiciens rejoignent ponctuellement les danseurs et le maître de cérémonie devient le chanteur. Ceci rend le tout très volage et surprenant.

Nicolas Minn

Anormalement long pour un spectacle de danse contemporain, Gravel Works contient un entracte qui marque une scission dans la forme. La première partie, plutôt lente, est constituée de courts tableaux pendant lesquels la musique est omniprésente. Dans la deuxième partie, les danses sont rythmées par une musique plus techno. La composition est plus collective et les tableaux beaucoup plus longs.

Le grand maître de cérémonie, le créateur lui-même, fait la transition entre les tableaux avec humour et une certaine maladresse sympathique. Fervent pédagogue, Frédérick Gravel explique les tableaux et la musique. Il faut dire que l’homme n’en est pas à son premier spectacle. C’est la troisième série de représentation de Gravel Works. De plus, il avait présenté il y a quelques mois Tout se poète la gueule, chérie [lire la critique dans la chronique de Francis Lehoux dans l’édition du 14 septembre 2010]. Adoptant le chapeau de chorégraphe, interprète, éclairagiste, chercheur, metteur en scène et musicien à tour de rôle, Frédérick Gravel est un artiste complet. Son parcours universitaire l’annonçait déjà, puisqu’il a été le premier a obtenir la bourse David Kilburn, remise à un finissant en création et a complété une maîtrise sur le rôle de l’Artiste dans la société démocratique à l’Université du Québec à Montréal .

Plusieurs aspects de la danse marqueront donc le public dans cette pièce: la qualité des performances des différents artistes qui osent et se surpassent physiquement, la simplicité et la maladresse des propos de Frédérick Gravel qui jase plus qu’il n’explique les tableaux et les choix musicaux qui les illustrent.

Ce voyage contemporain touche à différentes sphères de la création artistique, prouvant que, parfois, nous n’avons pas assez de mains pour les mettre sur «notre tête, notre cœur et notre sexe».

 
Sur le même sujet:
13 novembre 2012
13 novembre 2012