Bipolarité pop
21 septembre 2010
Avec son look bohème, ses airs de pianos nostalgiques et ses tubes électrisants, Alex Nevsky suscite un enthousiasme qui ne démord pas en cettte rentrée culturelle. Rencontre avec un passionné des mots qui conjugue à un côté fleur bleue tout le charme d’une poésie sombre.

Au Cabaret Juste pour rire, devant une foule composée de journalistes et des proches de l’artiste, Alex Nevsky entre en scène avec ses musiciens. Tout de motifs fleuris et de plumes vêtu, il offre quelques ballades au piano, puis il enchaîne sans attendre des pièces dansantes. D’une reprise de «Pour un flirt» de Delpech à «Shalalala», que le public entonne avec lui, rien n’arrête la nouvelle révélation du milieu musical, si ce n’est le moment des remerciements. Yann Perreau est évidemment mentionné. Mentor et ami, c’est à lui qu’on doit la réalisation de ce premier album, De lune à l’aube, amalgame insolite de spleen et de naïveté joyeuse.

Il y a quatre ans, ce natif de Granby choisissait son nom d’artiste, décidé qu’il était de se lancer en musique. «Le nom s’inspire du film [Alexander Nevsky de Sergei Eisenstein] mais j’aimais surtout sa sonorité, sa poésie. Je ne sais pas pourquoi j’ai voulu un nom d’artiste…» Tout semble s’imposer naturellement dans l’univers d’Alex Nevsky. À l’époque où il étudiait à l’École nationale de la chanson, il fait la rencontre de Yann Perreau, qui l’aidera quelques années plus tard à préparer un démo. S’en suivent «trois jours d’alcool et de plaisirs à Sorel», puis la préparation d’un album, entreprise qui durera près d’un an. Entre temps, un extrait de la chanson «Mille raisons» est présenté par l’animatrice Catherine Pogonat lors de son passage à Tout le monde en parle. Du jour au lendemain, l’attention médiatique se porte soudainement sur Nevsky. La suite est bien connue. Après la saga des concours (le Festival de la chanson de Granby, les Francouvertes et Vue sur la relève), voilà qu’il est recruté par l’étiquette Audiogram. Sacré depuis peu «Révélation chanson» par Radio-Canada Musique, lui-même semble perplexe face à l’instantanéité de son succès: «En bout de ligne, je suis vraiment heureux d’avoir toute cette attention.
Mais c’est un peu irréel… Je catche pas trop».

La lune et l’aube

Depuis les premières ébauches jusqu’au disque lancé tout récemment, le style d’Alex Nevsky s’est étoffé. Les conseils de Yann Perreau lui auront d’abord été d’une grande aide: «Yann m’a donné une conscience. Il m’a appris à mieux structurer mes chansons et m’a permis de gagner deux, trois ans». Inspiré par une belle anglophone qu’il fréquente pendant plusieurs années, il ajoute à ses pièces un côté plus joyeux et plus pop et y intègre parfois quelques refrains en anglais. Puis, d’autres chansons s’ajoutent, créées pour la plupart lors de ses voyages: «J’ai commencé à écrire «Notre cœur» dans un avion. Je l’ai finie dans un train en partance de Bangkok. L’inspiration est un acte migratoire pour moi. […] Il faut toujours que je sorte de mes 100 km2 habituels.» Le résultat final offre un va-et-vient constant entre pop et mélancolie, tout à fait à l’image de sa création. «L’album s’est construit au fil de ma bipolarité, j’imagine. J’aimerais n’être que joyeux, mais le contact avec le piano est un contact de nostalgie ou de tristesse. J’ai appris à être heureux et à le partager en chanson, mais j’aime quand même les tounes tristes.» L’influence littéraire est palpable dans le verbe de Nevsky. Difficile toutefois de cerner ce qui peut l’avoir mené aux deux univers distincts qui se côtoient dans sa musique. Encore une fois, tout est affaire de contrastes. «J’ai surtout été influencé par Henry Miller et Antoine de Saint-Exupéry. Miller m’a rendu un peu fou. Saint-Exupéry m’a rendu beau. J’ai été là-dessus pendant les deux dernières années, explique-t-il, Ce sont deux personnages complètement opposés, deux poésies différentes. C’est la lune et l’aube…»

«Faire l’amour avec le public»

Alex Nevsky assume bien ses contradictions. C’est d’ailleurs ce clair-obscur musical qui guidera ses prochains concerts. Pour monter un spectacle à l’image du compositeur, place au talent de la comédienne et metteure en scène Brigitte Poupart, qui a notamment travaillé avec Yann Perreau, Beast et Florence K: «On commence le processus. J’ai travaillé avec [elle] deux jours avant le lancement pour que ça roule mieux. Je ne serai plus seulement derrière le clavier. […] Nous allons dynamiser le truc et miser sur le côté sombre versus le côté plus clair. C’est très excitant.» Après avoir maintes fois assuré la première partie des concerts de Yann Perreau, tâche qu’il avoue être aussi ingrate que formatrice, Nevsky peut maintenant miser sur une aisance scénique très convaincante, développée de peine et de misère au fil de ses rencontres avec le public: «Le rôle de première partie est un peu ingrat. Tu n’as pas le choix de créer une connexion avec le public. Mais j’ai pu comprendre que le vrai fun, c’est l’échange. C’est la différence entre la masturbation et faire l’amour. Il ne faut pas simplement faire ses chansons une après l’autre et sacrer son camp. Il faut faire l’amour avec le public. Et maintenant [que je l’ai compris], j’ai envie de rester [sur scène].»

Pour la suite…

La nouveauté chez Alex Nevsky ne saurait trop se faire attendre. La sortie d’un EP est déjà prévue pour l’été prochain. Les pièces qu’il veut créer et les collaborations dont il rêve côtoient, encore une fois, des registres on ne peut plus différents. «Je veux flirter avec le hip-hop. J’aimerais travailler avec Oxmo Puccino. C’est vraiment mon fantasme masculin […] J’ai aussi fait un remake d’une chanson de Barbara, «La solitude». J’ai réécrit les paroles. C’est mon plus beau texte. Je tripperais de la faire avec Emily Haines [chanteuse du groupe canadien Metric]. C’est du domaine du rêve, mais on peut rêver.» Dans le «domaine» du réel, le slam et le folk pourraient s’immiscer dans les prochains albums. Un public fidèle ne s’en surprendra pas, habitué qu’il sera, d’ici là, aux accords à la Nevsky: «L’album a le champ tellement large. Ça ne sèmera pas la déception du changement de genre. On ne sait pas où va être Alex Nevsky dans trois ans», conclut-il.

 
Sur le même sujet:
15 septembre 2009
14 septembre 2010